Arthur Fogel : l’homme derrière les mega tournées de Lady Gaga et (...) - U2 France
Accueil / Industrie / Arthur Fogel : l’homme derrière les mega tournées de Lady Gaga et (...)

Arthur Fogel : l’homme derrière les mega tournées de Lady Gaga et U2

mardi 25 mars 2014 / par Corine/Dead / Tags:




par Dina Gachman

En dehors de l’industrie musicale, Arthur Fogel est parvenu à rester relativement inconnu et c’est tout simplement comme cela qu’il aimerait que ce soit. En tant que président de Global Touring et PDG de Global Music pour Live Nation, Fogel a œuvré en coulisses pour créer des mega tournées pour certains des plus grands noms de la musique : Madonna, U2, Sting, David Bowie, Justin Timberlake, et Lady Gaga qui font tous partie de ses numéros abrégés.

Le réalisateur de long métrages pour la première fois, Ron Chapman a tenté de convaincre Fogel d’affronter la caméra pour raconter son histoire et ça n’a pas été chose aisée. Après plusieurs années de suppliques, il a finalement réussi à se mettre d’accord avec Fogel est le résultat est un regard depuis les coulisses sur l’homme à l’origine des plus grosses tournées de ces dix dernières années. L’industrie musicale est en flux tendu depuis longtemps et le déclin des ventes de disques a eu pour conséquence sur la plupart des musiciens de tourner plus souvent - et des tournées plus grandes. Ce film, à juste titre intitulé Who the F–k is Arthur Fogel ?, braque les projecteurs sur le nabab de l’industrie des tournées et l’homme derrière les stars que sont Bono, Sting, et Lady Gaga qui lui font entièrement confiance.

PNG - 794.8 ko

Dans ce film, Bono qualifie Fogel “de mec unique” et Madonna clame à qui veut l’entendre que c’est un “génie de la tournée”. Lady Gaga dit qu’elle faisait banqueroute pour sa tournée de 2009, Monster Ball BLL (avec -1.13%), jusqu’à ce que Fogel vienne à la rescousse. Encore plus récemment Fogel a réagi avec véhémence face aux rumeurs selon lesquelles la tournée de Gaga connaissait quelques difficultés.

Le 19 mars, la chaîne Epix diffusait Who the F–k is Arthur Fogel ? et je me suis entretenu avec Fogel pour connaître les raisons qui l’avaient finalement poussé à passer devant la caméra, sur ce qui justifie le prix exorbitant des places des tournées qu’il produit et sur ce qui l’a le plus surpris à propos de l’industrie musicale au cours de toutes ces années.

Forbes : Vous avez dit que vous étiez réticent à tourner ce film, qu’est-ce qui vous a décidé à vouloir passer devant la caméra ?

Fogel. J’ai été contacté pour le faire il y a quelques années de cela et j’avoue que cela ne m’enthousiasmait absolument pas. J’ai résisté pendant un bon bout de temps et le réalisateur a eu l’intelligence de s’adresser à mon épouse. Elle m’a convaincu que ce serait génial pour nos gamins et la famille, aussi ai-je cédé. Après l’avoir vu plusieurs fois, je dois dire que je suis heureux de l’avoir fait.

Forbes : Pourquoi, étiez-vous aussi réticent ?

Fogel. Il y a eu plusieurs choses. Ce n’est pas qui je suis, je suis habitué à être en coulisses. Je ne voulais vraiment pas occuper le devant ou être au centre de la scène. L’un des éléments de ma relation avec les artistes avec lesquels je travaille est que je ne suis pas au centre ni sur le devant de la scène et qu’eux le sont. Au bout du compte, ils m’ont témoigné un incroyable soutien.

Forbes : Qu’est-ce que ce film peut apporter à ceux qui le voient selon vous ? Qu’est-ce qui fait que vous êtes content d’avoir fini par le faire ?

Fogel. Il y a de nombreux niveaux. Le retour que j’ai entendu des personnes qui n’appartiennent pas à cette industrie et qu’ils ont été en quelque sorte captivées par ce récit. Les personnes de cette industrie tendent à être un peu plus conscientes sur la façon dont tout cela opère. Les étrangers à cette industrie apprécient le récit, d’en savoir plus sur l’évolution du monde des tournées et sur la façon dont elles sont créées. Du point de vue personnel, j’ai tellement apprécié et été ébahi d’entendre toutes ces grandes choses que les gens avaient à dire à mon sujet. C’est un peu bouleversant.

Forbes : Quels changements de cette industrie vous ont le plus surpris ?

Fogel. Lorsque j’ai commencé les maisons de disques et toute l’industrie s’articulaient autour de la vente de disques. Jamais, je n’aurais pu imaginer que la performance en direct serait devenue une sorte de vortex de ce domaine. C’est un changement sismique véritablement. Jamais je n’aurais pu imaginer que cela arriverait, et je pense qu’une partie de la trame de ce film repose sur ce changement.

Forbes : Certains sont critiques face aux prix exorbitants de certains spectacles. Vous êtes en coulisses, à assembler ces spectacles, alors comment justifiez-vous ces coûts ?

Fogel. Selon moi et les artistes avec lesquels je travaille, il existe une véritable appropriation du spectacle. Il ne s’agit pas seulement de monter sur scène, de jouer de la guitare et de chanter sa chanson. Je vois de nombreux jeunes groupes et il ne s’agit que d’eux qui jouent leur musique, et c’est génial. La vérité est que les gens se rendent au spectacle parce qu’ils veulent voir un spectacle. Lorsque les gens parlent d’un spectacle qu’ils ont vu, ce n’est pas parce qu’ils ont entendu une chanson, c’est parce qu’ils sont excités et préparés au spectacle. Dans ce contexte, le prix de la place est toute relative. Il ne s’agit pas seulement de choisir un chiffre au petit bonheur la chance.

Forbes : Ce qui entre dans la production de ces spectacles ? Ont-ils réellement besoin d’être aussi extravagants ?

Fogel. Lorsqu’ils sont malins, les artistes motivés par le spectacle s’assoient là pour comprendre ce qu’ils veulent faire créativement et quel genre de spectacle ils veulent monter… On arrive à de larges productions avec parfois des centaines de personnes employées pour la tournée, et à voyager autour du monde avec des camions et avions. C’est cher, lorsqu’on met tout à plat, on en arrive à un prix de billet que l’on comprend. Je pense que la plupart des gens respectent cela. Ce sont les personnes qui paient beaucoup et ne voient pas le spectacle, qui ne voient que quelqu’un debout qui chante une chanson, qui disent en quelque sorte – c’était cher. Les gens veulent voir et expérimenter ce qu’ils paient pour le voir et l’expérimenter.

Forbes : À quoi ressemble une journée de votre quotidien ?

Fogel. L’un des trucs géniaux dans ce que je fais est que presque tous les jours sont différents. Les artistes sont différents, les tournées sont différentes, les défis différents et cela exige que l’on soit totalement engagé dans ce que l’on fait et d’être au sommet de son art pour faire en sorte que tout cela fonctionne. Selon moi, c’est la partie excitante de ce que je fais.

Forbes : À quelles tournées travaillez-vous pour l’heure ?

Fogel. Justin Timberlake est en tournée cette année ; Lady Gaga démarre la sienne à la fin du mois. En fait, elle donne quelques concerts avant sa tournée en salles pour finir par le Roseland Ballroom à New York. Je viens tout juste de terminer le spectacle de Sting et Paul Simon, c’était génial et je bosse sur quelques petits trucs à venir.

Who the F**k Is Arthur Fogel ? a été diffusé pour la première fois le 18 mars sur EPIX.

Notez cet article (de 1 à 5)

Partagez cet article


Voir en ligne : Forbes.com

Toutes les versions de cet article : [English] [français]


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 63

Derniers posts

Instagram widget

go-top