BONO - époux, père et militant (FIN) - U2 France

BONO - époux, père et militant (FIN)

dimanche 21 juillet 2013 / par Corine/Dead / Tags:

Jim : En fait, Bono, cette très belle citation de C.S. Lewis que j’aime dit que "lorsque l’homme va mieux, il comprend plus et de plus clairement le mal qui est en lui. Lorsqu’il va de plus en plus mal, il comprend de moins en moins sa propre méchanceté." C’est fort, n’est-ce pas ?

Bono : Ouais, ça pourrait arrivait sur le prochain album de U2 mais je ne le créditerai pas plus que vous.

Jim : [il rit] C’est juste. Ça ne me dérange pas.

Bono : Okay.

Jim : Mais ... c’est vrai. Cela parle de l’autosatisfaction de l’humanité. Et lorsque l’on pense que l’on a tout, c’est probablement parce que l’on n’a pas grand chose du tout.

Bono : C’est très, très important. L’hypocrisie du cœur humain est quelque chose de remarquable. Et la piété du fidèle peut être quelque chose de vraiment agaçant — et le jugement. C’est tellement important, voyez-vous, de ne pas être enclin à la critique.

Jim : Parlons du groupe. Nous devons en parler. C’est important. Il s’agit de U2. Lorsque vous aviez quinze ans, vous avez rencontrée votre épouse, Ali, autre chose est arrivé cette semaine. Étonamment, ces deux choses sont arrivées en même temps.

Bono : Bien, elle avait quinze ans, j’en avais seize. J’avais un an de plus, j’étais plus sage.

Jim : Oh, vous vous vantez à présent.

Bono : Mais ouais, ça a été une super semaine pour moi.

Jim : Comment est-ce arrivé ?

Bono : Je ne sais pas, voyaez-vous, c’est une vraie bénédiction — les amis. J’avais un ami, un gras du nom de Reggie Manuel, qui — lorsque Larry Mullen a affiché sa petite annonce au lycée disant qu’il cherchait des personnes pour rejoindre le groupe Larry Mullen — mon ami m’y a conduit. Je ne voulais pas m’y rendre, j’étais intimidé. Intimidé de confronter ce côté de moi-même, même si gosse, je savais que j’avais des mélodies, voyez-vous, je me réveillais avec des mélodies en tête. C’est un peu comme une richesse héritée. Voyez-vous, c’est un don. ce n’est pas quelque chose pour lequel j’ai travaillé ou que j’ai mérité. On me l’ad donné et j’essaie de faire en sorte que cela ne rende pas arrogant. D’autres trucs me rendent arrogant.

Jim : Comme quoi ?

Bono : Umm ... le manque de confiance.

Jim : Vraiment ?

Bono : Bien sûr !

Jim : Vous manquez de confiance ? Bono.

Bono : Avez-vous — le manque de confiance est la meilleure confiance lorsque l’on est un artiste.

Jim : Si on l’utilise.

Bono : Parce que voyez-vous, on transcrit ce vide. On transcrit ce trou, ce vide. On remplit ce vide. Pour moi, voyez-vous, c’était probablement dû à cette perte, dont vous parliez plus tôt. Mais, voyez-vous, ils appellent ça le trou en forme de Dieu, n’est-ce pas ? Mais la musique le remplit. Alors, non, non — j’ai remarqué que je suis vraiment agaçant lorsque je me sens vulnérable.

Jim : Parlons de ce que vous avez fait, parcec qu’une fois encore je pense que c’est primordial. Je sais que vous ne vous en accorderai pas le crédit, mais certains stats que j’ai lues — lorsque vous avez commencé à travailler avec les gouvernements du monde entier et notamment celui des États-Unis, avec PEPFAR et d’autres initiatives — lorsqu’on regarde ce que cela a donné et j’en donnerais une ou deux mais j’aimerais que vous nous en disiez plus, ce que vous avez fait lors de la conférence TED à Long Beach.

Mais plus de sept mille enfants chaque année vivent à cause de cette initiative collective, que vous avez vraiment soutenu au commencement lorsqu’il s’agit de sida et de venir en aide au enfants atteints de maladie, de la malaria et d’autres choses. En plus de cela, l’initiiative que vous avez lancée en faveur de l’annulation de la dette — cinquante et un millions d’enfants en Afrique vont à l’école parce que ces gouvernements peuvent allouer des ressources à l’enseignement, plutôt que payer le poids de la dette. C’est visionnaire et je pense que cela vient directement du cœur de Dieu.

Bono : Vous avez parfaitement raison ; c’est une vision bien plus formidable. Nous avons un pasteur qui nous a dit : "Cesse de demander à Dieu de bénir ce que tu fais, Bono." Ce que, par ailleurs, je fais constamment. "Trouves ce que Dieu fait parce que c’est déjà béni." Et quand on s’aligne sur le but de Dieu tel qu’il est décrit dans les saintes écritures, il se passe quelque chose dans sa vie. On est dans l’alignement. On commence à se mettre dans l’alignement.

Et pour l’annulation de la dette, c’est quelque chose de remarquable à voir — lorsque les personnes s’organisent, comme en rejoignant ONE, voyez-vous, nous avons à présent, je pense, trois millions de membres. Et c’est vraiment important, parce que les politiques vous diront, il est très, très dur de prendre ces décisions. Particulièrement en période difficile en Amérique, voyez-vous, des temps rigoureux en matière d’économie. Et même si — ça n’est même pas 1 % du GDP (NDLT : Gross Domestic Product - produit intérieur but / PIB) du pays, du revenu national du pays, c’est un minuscule fragment de cela, 0,25 %. La moitié va à Israël et à l’Égypte. Aussi, est un minuscule bout qui va aux pauvres dans le monde.

Il est encore dur d’allouer ces ressources. Voyez-vous, on peut vraiment le faire. On en fait la priorité de son pays. Selon moi, c’est une action aussi historique et vaillante que l’intervention américaine durant la Seconde Guerre mondiale pour sauver la vie des Européens. La plupart des deux millions de vies qui sont sauvées aujourd’hui, des personnes atteintes su sida ou séropositives, sont payées par les États-Unis. Aussi, je pense que cela représente 2/3. Cela devrait être crié sur tous les toits ! C’est une histoire héroïque de l’Amérique. Et je suis ici pour remercier les Américains pour cela.

Et je veux également remercier la communauté évangéliste pour cela parce que ça ne serait pas arriver sans son leadership, parce que, comme moi, elle a harcelé George Bush et son administration, qui en fait méritent d’être loués pour avoir initié cela.

Le Président Obama a poursuivi. Ça a toujours été biparti. Ça remonte à un projet de loi au sénat du nom de Kerry-Frist. Mais, voyez-vous, ce sont les évangélistes qui l’ont fait.

Il ne saurait y avoir d’analogie plus évidente que celle de la lèpre et du sida. Et le fait que ce soit difficile et délicat ne signifie qu’il faille s’en éloigner. C’est l’histoire du pharisien et du samaritain. Les gens ne le comprennent pas dans cette sainte écriture — le samaritain était désavantagé par rapport à l’idéologie de la personne pour laquelle il s’était arrêté sur la route. C’est la raison pour laquelle nous l’avons baptisé la campagne ONE. C’est LA chose sur laquelle on peut être d’accord. On peut ne pas l’être. Nous pouvons vous et moins avoir de nombreux désaccords sur les plans philosophique et théologique. Mais, sur ce sujet, nous savons que nous pouvons être d’accord. Et en résultat à cette "unité", si l’on veut, le monde a changé la forme de neuf millions de vies. Et je pense à leurs familles et amis transformés par le leadership américain. C’est fantastique.

Jim : Bono, permettez-moi de vous remercier. Merci pour votre bonté. je sais que l’on vous critique beaucoup parce que vous êtes unorthodoxe, mais j’aime ce que vous faites et nous mettrons certains des moyens sur notre site, pour que les gens puissent se connecter et voir comment s’impliquer. Merci d’avoir été avec nous.

Bono : C’était un honneur. Merci à vous.

(Fin de l’interview)

Notez cet article (de 1 à 5)

Partagez cet article


Voir en ligne : @U2

Toutes les versions de cet article : [English] [français] [français] [français]


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 49

Derniers posts

Instagram widget

go-top