U2 France

Accueil du site > Caritatif > Bono défend la campagne vidéo "Kony 2012"

Bono défend la campagne vidéo "Kony 2012"

mercredi 14 mars 2012, par Corinne/Dead pour U2 France

Toutes les versions de cet article :

Le chanteur leader de U2 déclare que le film diffusé via YouTube sur la milice ougandaise vu par 80 millions d’internautes mérite un Oscar pour avoir mis en avant ces atrocités.

par Harry Leech

Bono, le chanteur leader de la formation rock irlandaise U2, a apporté son soutien à la campagne vidéo Kony 2012 qui est devenue un phénomène Internet tout dernièrement. Cette vidéo appelle à prendre action contre Joseph Kony, à la tête de la Lord’s Resistance Army (LRA), un violent rebelle militaire ougandais accusé de meurtres, d’enlèvement d’enfants et d’esclavage sexuel.

Bono qualifie cette vidéo, visionnée par près de quatre vingts millions d’internautes sur YouTube, de “campagne brillante” et salue son créateur, Jason Russell.

“Existe-t-il un Oscar pour ce genre de réalisation ? Jason Russell le mérite”, a-t-il confié ce week-end au Sunday Times. Cette campagne s’est attirée le soutien de plusieurs célébrités au nombre desquelles figurent Angelina Jolie, Rihanna et Oprah Winfrey.

Notre rock star et militant de la défense des droits de l’homme est récemment revenu de Gulu dans le nord de l’Ouganda où il a passé du temps avec son épouse, Ali, avec Jolly Okot, le directeur d’Invisible Children, le mouvement caritatif à l’origine du tube de YouTube. Okot figure dans la vidéo Kony 2012 et a survécu à la violence de la LRA.

Notre couple ; propriétaire de la marque équitable Edun a acheté une partie de ses cotons de fabrique auprès d’une coopérative en partie gérée par Invisible Children.

“je reviens à peine de Gulu avec Edun et Jolly, ce sujet est particulièrement pertinent à mes yeux”, de souligner Bono, en ajoutant que cette vidéo se “répandait comme une trainée de poudre et requérait un débat nécessaire fascinant”.

Cette vidéo a été chargée sur les sites de YouTube et Vimeo il y a un peu plus d’une semaine par Invisible Children Inc, une organisation d’assistance et un groupe de défense basé aux États-Unis.

Bien qu’il n’ait reçu que quatre clics le premier jour de sa diffusion, le samedi ce clip avait été visionné près de quatre vingts millions de fois et a été largement débattu dans le monde entier dans les journaux et à la télévision.

Cette vidéo de trente minutes souligne les crimes supposés de Kony, dont l’arrestation a été demandée par cette campagne.

Kony est tenu pour compte par la Cour criminelle internationale (ICC) de douze chefs d’accusations de crimes contre l’humanité et de vingt et un de guerre.

Il a survécu aux tentatives de capture à son encontre. Le mandat de l’ICC spécifie que la LRA “a établi un modèle de brutalité envers les civils en commettant des actes incluant le meutre, l’enlèvement, l’esclavage sexuel, ainsi que de massifs incendies de maisons et pillages de campements” et que “les civils enlevés, comprenant des enfants, ont été enrôlés de force en tant que combattants, porteurs et esclaves sexuels pour prendre part à ces attaques”.

Bien que la réaction à ce film ait été largement positive, cette campagne s’est attirée de nombreuses critiques, incluant des questions quand au montant des fonds récoltés qui est envoyé en Ouganda, sur le coût de la réalisation de ce film, et savoir si oui ou non la capture de Kony est faisable.

Ce film a également été qualifié de tentative pour ultra simplifier un conflit brutal de plus de ving cinq ans d’existence, et des experts régionaux pointent du doigt le fait que Kony ne serait plus en Ouganda mais se terrerait en République centrale africaine.

Certaines critiques sont plus élémentaires : un journaliste ougandais a tenu à faire remarquer que dans cette vidéo, son pays est décrit comme appartenant à “l’Afrique centrale”, alors que dans les faits il se trouve en Afrique de l’est.

En réponse à ces attaques contre cette campagne, Russell, qui a réalisé et joue un rôle prépondérant dans cette vidéo, a déclaré que l’association Invisible Children “s’engage à être à 100% financièrement transparente et à communiquer en langage clair sur la mission de son organisation de façon à ce que chacun puisse décider de manière informée si oui ou non il souhaite défendre notre stratégie”.

Il a demandé à ce que le public étudie le site internet de l’association qui souligne ses objectifs, décrit ses programmes en Uganda, et explique dans le détail où vont ses fonds.

Cependant, tous les commentaires n’ont pas été critiques. La semaine dernière Maria Burnett de l’Observatoire des droits de l’homme a déclaré : “cela reste à voir, mais l’objectif de mettre la pression sur les dirigeants clefs pour protéger les civils et appréhender le leadership du LRA est important.”

Un point de vue que partage Bono : “Non seulement le public connaît à présent les agissements de Kony et ses atrocités les plus méprisables ; mais il sait également ce qu’un vaste éventail d’experts pense de cela, même s’ils ne sont pas tous d’accord.

Je salue cette strategie qui génère autant d’intérêt si elle est ciblée vers des solutions durables, sérieuses appartenant et dirigées par le peuple de ce territoire dans leur voyage depuis le traumatisme de ces atrocités vers la stabilité et le développement.”

Pour continuer à recevoir les infos sur U2, abonnez vous gratuitement au Google Group U2France.

En savoir plus : The Sunday Times

Lien permanent :

Partagez cet article

Inviter des amis à suivre l'actualité U2

Aucun Commentaire | S'identifier pour réagir à l'article

S'identifier

Retour en haut de page