Boom ! - U2 France

Boom !

lundi 3 décembre 2012 / par Wraitii / Tags:
JPEG - 21.4 ko

21 mars 2011. Santiago. Embarquement.

Il n’y a que 3 heures de décalage horaire entre le Chili et le Royaume-Uni, mais j’ai étais surpris par mon état de la nuit dernière. C’est un voyage sacrément éprouvant pour le mental (et j’avais passé la nuit d’avant dans un avion) donc je suppose que je ne devrais pas être trop étonné d’être en moyenne forme. Toutefois, tout doute qui aurait pu subsister quant à la nécessité de mon assaut à la Basil Fawlty (ndlt : personnage so british de la sitcom anglaise Falty Towers) contre la direction de l’hôtel la nuit dernière a disparu au petit déjeuner, où j’ai rencontré deux de mes collèges ni rasés ni lavés. Je m’étais demandé, dans la quiétude nocturne, si je n’avais pas réagi un peu trop fort, mais clairement, j’avais ben fait.

Le matériel de l’équipe fut rassemblé après le petit-déjeuner, pour faire le tour de ce qui pourrait être nouveau sur ce leg et les suivants. J’ai bon espoir qu’on trouve de nouveaux éléments intéressants, et on a encore plusieurs mois devant nous, donc autant en tirer parti le plus possible.

Joe et moi sommes allé dans le stade à 2 heure de l’après-midi. Il faisait un temps superbe et la Griffe s’élevait fièrement par delà les abords du stade. On a déjeuné et on a discuté avec plusieurs de nos équipiers du secteur restauration. Tout le monde avait l’air d’être de très bonne humeur, d’autant plus que toute l’équipe était de retour parmi nous (nous étions un peu juste en Australie, encore plus en Afrique, et ça se voyait). Apparemment, Barack Obama résidait dans leur hôtel. Je ne pouvais m’empêcher de me poser des questions sur le niveau de ses stocks d’eau, et de chercher à savoir si par hasard il y avait des chambres de libre là-bas.

En haut, dans la tour de mixage de la pelouse, j’ai repéré ma boîte à outil (une boîte nomade qui en a vu depuis 1987, servant pour U2, R.E.M, David Bowie et même Lady Gaga. Honnêtement, elle pourrait avoir son propre documentaire). Je ne suis pas l’homme le plus possessif, mais je n’aime pas trop qu’on utilise ma boîte à outil pour transporter n’importe quoi. Le problème n’est pas que d’autres l’utilisent, mais que si on entasse trop de choses, ça peut l’abimer. Ça fait des années que je m’engueule avec mes collèges en fosse, mais, comme je pars en premier et arrive en dernier, j’ai toujours soupçonné qu’on l’utilise comme "mule" pour transporter tout un tas de choses. Je les ai parfois pris la main dans le sac, et j’ai trouvé de tout, allant de vêtements à des disques durs. Aujourd’hui, en ouvrant la boîte, j’ai découvert quatre (j’ai recompté, quatre) ventilateurs tassés dedans, utilisé pour rafraichir l’équipe quand le soleil tape sur la table de mixage. Je me suis rendu compte, comme personne ne m’écoutait et que ma dignité semblait compromise (et, surtout, parce que c’était des trucs pas chers), qu’il fallait faire un exemple. J’ai appelé le responsable à la radio et je lui ai dit que j’allais lancer les objets incriminés depuis le dernier étage de la zone de mixage. Le premier à partir fut un ventilateur en plastique, qui s’est totalement désintégré à l’impact avec le sol en acier du dessous. Boom ! Il a littéralement explosé, c’était génial. Un gémissement s’est fait entendre à la radio (j’ai fait la sourde oreille), mais les coupables sont arrivés juste à temps pour attrapé le deuxième ventilateur en plastique dans sa chute. "Ok", annonçais-je à la radio, "ceux en métal arrivent". Ils étaient plus lourds qu’ils en avaient l’air, mais j’ai réussi à les lancer. Le premier a été récupéré par un membre de l’équipe qui a du se froisser plusieurs côtes dans l’affaires, et le second a touché la barricade et a ricoché contre le sol en acier comme un palet de hockey sur glace.

Il y a eu un instant de silence bizarre après ma tirade, et c’est alors que je me suis aperçu de la présence de tous les médias chiliens juste à l’extérieur de la zone de mixage. Il y avait quelques douzaines de caméras, pleins de photographes en train de prendre des images pour les journaux télévisés, photographiant la scène, interviewant le directeur de production et le représentant de Live Nation. Leurs interviews se sont terminés abruptement, et tous se tenaient là la bouche ballante d’avoir vu de l’équipement aéroporté être lâché du haut de la chambre de mixage et être rattrapé (ou pas) par un roadie en dessous. Ça a été pris par caméra, et, j’ajouterais, la presse de demain pourrait être intéressante à regarder. Quant à moi, j’ai failli faire dans mon pantalon. Au moins, la leçon a du être comprise, ils ne sont pas prêts de mettre des écrans vidéos dans ma boite à outil.

Notez cet article (de 1 à 5)

Partagez cet article


Voir en ligne : u2.com

Toutes les versions de cet article : [English] [français]


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 30

Derniers posts

Instagram widget

go-top