U2 France

Accueil du site > Tournées > U2360 > Willie’s diary > Europe > ’Chaleur accablante’

’Chaleur accablante’

mercredi 8 septembre 2010, par Corinne/Dead pour U2 France

Toutes les versions de cet article :

31 juillet 2010. Turin. Répétitions de production

Le groupe n’est pas venu aujourd’hui car il nous fallait du temps pour installer la scène principale. Ma journée à travailler avec Declan à nouveau, a été productive, finir les séquences audio - un nouveau montage plus serré des questions, deux séquences d’ouverture alternatives et un nouvel ordre de set liste à partir d’une play liste iTunes. Je suis abasourdi par la technologie alors que Declan extrait les fichiers audio de son portable et m’informe qu’ils sont prêts maintenant sur l’iPod de iPod. Ils ont installé un "nuage" pour le transfert des fichiers et l’ont perfectionné alors c’est aussi simple que retire et déposer pour envoyer le matériel d’un élément à l’autre. Une minute durant j’ai eu l’impression d’être un homme des cavernes à Piccadilly Circus - la partie iDisk je la comprends, mais le chargement auto de l’iPod c’est franchement de la simple esbroufe. De nos jours tout est très moderne, c’est sûr.

De nouveau il faisait une chaleur accablante dans le stade, et c’était plutôt charmant de voir certains membres de l’équipe vidéo à l’ombre du poste de mixage, se faire couper les cheveux. Je savais que nous étions en présence d’un techniciens aux talents multiples, mais experts en coupe de cheveux, c’était je dois le reconnaître inattendu.

Une fois le soleil parti du stade, je passais une heure environ avec les charpentiers de la scène à répéter les mouvements de passerelles. Je me suis un peu décarcassé mais finalement les points les plus justes de la chorégraphie passerelle se sont mis en place. C’est drôle sur deux chansons je me suis référé au DVD du Rosebowl et fus amusé de voir que (comme toujours) certaines chansons contenaient des plans piqués aux autres chansons, ce qui signifie que très occasionnellement prennent des positions spontanées d’un shot à l’autre. C’est complètement normal et ça n’entrave pas le fil de l’histoire, mais les passionnés de trains seront à la fête.

A 21 heures, j’avais revu ma liste des choses à faire et avais résolu les problèmes d’éclairages et de vidéo pour 21 h 30. Cependant cette fois, il y avait un autre check up à faire à partir de toutes les entrées son sur scène pour vérifier que le sound system fonctionnait parfaitement. Ce qui implique une monotonie de bangs, crashs, et autres nuisances sonores à des volumes extrêmes, une expérience auditive déplaisante au possible seulement éclipsées par un embouteillage d’aiguilles à tricoter dans les oreilles. Mais bon, c’était le première opportunité pour l’équipe de la back line de monter sur scène cette année, alors la nuit leur appartenait. Ayant appris que cela allait probablement durer jusque 23 heures, je décidais de reporter notre check visuel et renvoyer les équipes vidéo et lumières chez eux, ce qui fit de moi le gars le plus populaire après l’école pour le reste de la nuit. La semaine à venir nous verra sans aucun doute travailler jusqu’au premières lueurs du jour, la plupart du temps, aussi, n’était-ce pas une si mauvaise idée de filer à chacun une nuit de repos (après une journée de travail de près de 12 heures). J’espère simplement, qu’ils se tiendront !

Pour continuer à recevoir les infos sur U2, abonnez vous gratuitement au Google Group U2France.

En savoir plus : u2.com

Lien permanent :

Partagez cet article

Inviter des amis à suivre l'actualité U2

Aucun Commentaire | S'identifier pour réagir à l'article

S'identifier

Retour en haut de page