Dans les coulisses de ’One’

mercredi 9 novembre 2011 / par Corinne/Dead / Tags:

Lors de son concert à la maison le 31 décembre 1989, Bono a pris une minute pour laver le linge sale de son groupe. U2 était entré dans la dernière phase de sa tournée Lovetown, initiée en début d’année pour promouvoir Rattle And Hum, et tous ses membres étaient au-delà de l’épuisement.

JPEG - 33.2 ko

par Andrew Leahey

Les problèmes de famille à gérer : Ali, l’épouse de Bono’s venait de donner naissance au premier enfant du couple en début d’année, le mariage de the Edge avec son amour scolaire battait de l’aile. Mais également des problèmes créatifs avaient surgi durant les sessions de Rattle And Hum et débordé sur la tournée en cours.

“C’est simplement la fin de quelque chose pour U2, et c’est pourquoi nous donnons ces concerts”, d’expliquer Bono au public lors du rappel avec “Love Rescue Me”. “Il n’y a pas de quoi en faire une affaire d’état. c’est simplement … qu’il nous faut nous éloigner et rebâtir notre rêve.”

C’était là une manière délicate de présenter les choses. Honnêtement, U2 s’essoufflait. Rattle And Hum avait été conçu comme un hommage aux racines de la musique, mais c’était l’album le plus maladroit de la formation rock irlandaise depuis October, preuve que la fascination de U2 pour le cœur de l’Amérique avait atteint le bout de sa course. “Nous nous sommes beaucoup amusés durant cette tournée”, confiait, des années plus tard, Larry Mullen Jr., “mais il confondait la critique du film et de l’album [Rattle And Hum], qui était en gros : ‘U2 déboule en Amérique, découvre le blues et nous raconte toute son histoire, comme si nous ne la connaissions pas.’”

En quête de nouvelle inspiration, les gars de U2 emballaient leur tourné"e, passaient plusieurs mois chez eux avant de s’envoler en octobre 1990 pour Berlin, débarquant en ville le jour J de la réunification des deux Allemagnes.
La ville était joyeuse. Alors que le mur qui séparait Berlin est de Berlin ouest était démoli, de nouvelles barrières s’élevaient entre les quatre membres de U2. Bono et the Edge étaient avides d’explorer de nouveaux sons et le hip-hop, Madchester et les clubs de musique semblaient un bon début. Adam Clayton, le seul à posséder une véritable expérience des nightclubs disaient aux autres qu’ils n’avaient pas la moindre idée de ce que pouvait être la dance. Pendant ce temps, Mullen reculait devant les machines batteries que les producteurs Brian Eno et Daniel Lanois avaient invité dans le studio. N’était-il pas sensé être le percussionniste du groupe ?

Face à l’avenir plus qu’incertain de U2, “One” allait littéralement rassembler le groupe. Un soir, dans les studios Hansa Studios – le ground zero pour David Bowie de sa plus belle œuvre novatrice en collaboration avec Eno dans les années 1970 – alors qu’il travaillait, the Edge entreprit de composer un pont "bridge" pour ce qui deviendrait par la suite “Ultraviolet (Light My Way)”. Il conçut à toute vitesse les accords mineurs au piano, puis imagina le do majeur. Lorsqu’il opta pour la guitare acoustique et commença à jouer les sections adossées, une nouvelle chanson prit forme. Les autres membres du groupe le rejoignirent et Bono se mit à improviser un texte en s’inspirant d’une récente invitation chez le Dalai Lama, qui avait convié" le groupe à assister à un festival baptisé Oneness (unité, uniformité). En quelques minutes, la trame de “One” était achevée.

Sur un album plein d’ironie, de sexe et d’auto dénigrement, “One” transperce jusqu’au cœur d’une relation. Chaque couplet pose de nouvelles questions – Is it getting better ? (est-ce sue ça va mieux ?) Did I disappoint you ? (T’ai-je déçu ?) Did you come here for forgiveness ? (Es-tu venu te faire pardonner ?) – sans offrir de réponses en retour. En choisissant délibérément de demeurer dans le vague, Bono lance ses interrogations dans l’air, visant son groupe, son épouse, la femme séparée de the Edge ou peut-être même rien de tout cela. Peu importe les destinataires. Après tout, “One” ne traite pas d’amour mais de résignation.
“Cette chanson est un peu tordue”, expliquait Bono à Neil McCormick pour son ouvrage U2 By U2, “c’est la raison pour laquelle je n’ai jamais compris pour quoi certaines la voulaient pour leurs noces. J’ai vraiment croisé une centaine de personnes qui l’ont fait jouer pour leur mariage. Je leur ai dit : ‘Vous êtes dingues ou quoi ? Le thème de ce morceau c’est la séparation !’”

Mais U2 ne s’est pas séparé. Ses membres ont recollé certains des morceaux à Berlin, se sont envolés pour rentrer à Dublin et ont achevé Achtung Baby, l’album qui a réinventé le son du groupe, son image et son public. Ces garçons craignant Dieu, à l’air tellement grave, tellement moralisateur non contrit au cours de leur période Rattle And Hum étaient devenus des hommes intelligents, à l’aise, capables de rire de leur propre succès. Bono avait même commencé à enfoncer le clou sur scène, portant une tenue moulante de cuir noir et des lunettes de soleil noir démesurées, étreignant enfin cette “rockstar” incarnée que son boulot lui avait procurée. Le reste du groupe en fit de même.

Cependant, “One” le moment le plus vulnérable d’Achtung Baby, le coeur humain qui bat entre le gloss (NDLT : brillant) industriel et tape à l’œil de “Even Better Than The Real Thing” et “Until The End Of The World”. Bono chante ce texte dans une voix à demi brisée, l’on sent l’épuisement et la déprime jusqu’aux 30 dernières secondes et là, il fait volte face avec un somptueux falsetto. The Edge, qui avait conclu “With Or Without You” sur un simple accord de guitare au lieu d’un traditionnel solo, renouvelle cet exploit, carillonnant autour de la voix de Bono avec des quarts de notes sonnates et légèrement prolongées. Les deux parties (NDLT : la voix et la musique) se soutiennent l’une, l’autre, s’inspirant vraisemblablement du texte même de la chanson (“We’re one, but we’re not the same / We get to carry each other”) (Nous ne faisons qu’un, mais nous ne sommes pas semblables. il nous faut nous porter l’un, l’autre).

Il se peut que tout cela ait été cuisiné en une demi-heure frénétique d’inspiration, reste que “One” profite d’une longue vie sur les étagères. Chaque concert de U2 depuis 1992 l’a vu jouer. Johnny Cash l’a reprise sur son album sorti en 2000, American III : Solitary Man, et Mary J. Blige en faisait un tube six ans plus tard avec sa propre reprise, qui mutait la fragilité de son air en hymne à l’unité. Dernièrement, “One” a été étroitement liée à l’œuvre de Bono, le militant de l’humanitaire, jusqu’à lui donner le nom de sa campagne : the ONE Campaign.

Les gens ont tendance à attribuer le succès de U2 à sa capacité d’adaptation, au changement et à la réinvention, souvent une foulée d’avance sur la tendance. “One” marque la première transformation majeure du groupe, le morceau qui explose en mille morceaux une décennie de rock ’n roll bien-pensant et signale quelque chose de différent. D’autres transformations ont suivi, dont un éventuel retour aux hymnes qui avaient donné le coup d’envoi à la carrière de U2. Mais sans “One”, il n’y aurait pas d’Achtung Baby … et sans Achtung Baby, il n’y aurait pas de U2.


Partagez cet article


Voir en ligne : American Songwriter

Toutes les versions de cet article : [English] [français]


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france

Derniers posts

Tag cloud

Actu The Edge Bono Larry Forum Adam Video Live Songs Of Innocence tickets concerts
Loading

Instagram widget

  • #U2 au The Graham Norton Show www.u2france.com
  • #U2 au The Graham Norton Show www.u2france.com
  • #U2 @ #LGJ #Canal+ www.u2france.com
  • Gagnez l'un des albums Songs Of Innocence de U2:  bit.ly/Znhc64 #U2 #songsofinnocence www.u2france.com
  • #U2 en tournée, ce que nous savons à ce jour… www.u2france.com #U2France
  • #U2 #songsofinnocence #SOI www.u2france.com
  • #U2 #songsofinnocence #SOI www.u2france.com
  • #ClimateMarch #paris
  • #u2 #time
go-top