Deux vécus de fans pour une même passion : Partie 2, être un fan en version (...) - U2 France
Accueil / Zoonation / Deux vécus de fans pour une même passion : Partie 2, être un fan en version (...)

Deux vécus de fans pour une même passion : Partie 2, être un fan en version 3.0

samedi 19 novembre 2011 / par Lionel, Pauline / Tags:

S’il y a bien une chose dont U2 peut se vanter, c’est d’avoir un panel de fans de tous âges. Il y a ceux qui suivent le groupe depuis plus de dix ans, qui sont passés progressivement à la version de « fan-Internet », et ceux qui sont arrivés plus fraichement dans les rangs pour ne connaître que la version Internet. Mais qu’est-ce qui a réellement changé entre ces deux époques ? Pour le savoir, nous avons comparé le vécu de fan avant et après la révolution Internet. D’un côté Lionel, fan de la première heure qui suit U2 depuis le milieu des années 80’ ; et de l’autre côté Pauline, dont le vécu U2esque a commencé à l’ère d’Internet. Aujourd’hui la suite avec Pauline...

Auteur : Pauline

Malgré les différences d’âges, tous les fans ont un point en commun : ils vivent leur passion à l’heure d’Internet. Beaucoup de choses ont changé par rapport à l’ère pré-Internet, certaines en bien et d’autres moins favorablement...

Les communautés virtuelles : une aubaine pour le fan

La plus grande qualité d’Internet et du développement des réseaux sociaux est surement la possibilité qu’ils offrent d’échanger avec des personnes qui partagent la même passion que nous. Fini le temps de vivre sa passion seul dans son coin parce que nos amis n’ont pas notre goût pour U2 : aujourd’hui nous n’avons qu’à faire quelques clics pour être au milieu d’un essaim de fans. Désormais des Parisiens, des Marseillais et des Nordistes peuvent discuter, sympathiser, et en venir à faire des concerts de U2 ensemble. Chose totalement impossible il y a encore quinze ans. Sans Internet Lionel et moi ne nous serions pas rencontrés, nous n’aurions pas vécu un 18 septembre d’autant plus magique en étant entre fans et nous serions allés voir Killing Bono chacun de notre côté. Nos expériences de fans ont gagné un petit quelque chose en intensité du fait d’être ensemble.

Les forums et autres espaces de discussions permettent de discuter, de comparer les opinions sur U2, de débattre, de réunir et... de diviser. Le fait en lui-même n’est pas étonnant puisque les espaces de discussions ont pour qualité de montrer les différentes opinions. Mais comme si l’échange tuait l’échange, dernièrement cela mène à une sorte de « cataloguage » de la part de certains fans : ceux qui critiquent U2 sont jugés des faux fans, et à l’inverse ceux qui cautionnent sans mot dire ce que fait le groupe sont jugés des « moutons ». Les communautés virtuelles, une aubaine pour le fan à condition ne pas trop s’affirmer ? Heureusement cette stigmatisation des fans reste pour le moment limitée. Il n’en reste pas moins dommage de la trouver alors que le sujet de base nous rassemble tous.

U2.com, une passerelle entre les fans et le groupe

JPEG - 15.8 ko

Le site officiel du groupe, U2.com, manie parfaitement la relation fans-goupe à différentes fins. On se souvient des masques d’Aung San Suu Kyi durant les concerts en 2009, masques mis à disposition via U2.com pour soutenir l’ex-assignée à résidence Birmane et donner ainsi davantage de poids aux propos de Bono. Mais leur site ne sert pas uniquement à relayer les idées du leader charismatique du groupe, il permet également une certaine prise en compte des fans. Pour les concerts de la tournée 360°, le site proposait de diffuser sur l’écran de la scène des photos de fans à la fin de Moment Of Surrender. Certes ces photos avaient pour but de soutenir une nouvelle fois Aung San Suu Kyi, cependant les fans qui ont pu se voir sur l’écran de concert de leur groupe favori n’ont pas boudé leur plaisir. (A l’image, la main de Dom pour Aung San Suu Kyi)

Oscillant entre un intérêt porté aux fans et l’apport d’un soutien politico-humanitaire, le site officiel offre une nouvelle approche dans la relation entre le groupe et son public ou chaque partie peut trouver son compte. Cependant du côté des fans le compte est parfois plus difficile à trouver, comme en témoigne la pétition qui avait été lancée pour demander plus d’avantages à être un abonné payant. Le site officiel semble avoir entendu la demande et y répond en prenant en compte les fans : c’est la première fois que le site soumet un choix au vote des fans, en l’occurrence pour la setlist qui composera le prochain CD envoyé à chaque abonnés payants.

Des informations à la vitesse de la lumière

Il paraît loin le temps où le fan devait être motivé pour se tenir à jour quant à l’actualité de U2 ! Aujourd’hui les informations nous sont livrées sur un plateau. Inscrivez-vous à la newsletter d’un site et l’information viendra frapper à votre porte dans l’heure qui suit sa publication. L’élément sur lequel nous sommes davantage informé (voire même, informé tout court) grâce à Internet est sans nul doute les setlists de concert. Et l’information va de plus en plus vite.

Dans les années 80’ et jusqu’à la moitié des années 90’, pour avoir des informations sur les concerts il fallait acheter les revues citées précédemment par Lionel. Dès les années 2000 et l’essor d’Internet il est devenu plus facile de trouver des détails sur les concerts. Lors du Vertigo Tour on obtenait par exemple les setlists sur U2France dès le lendemain du concert. Avec la tournée 360° les informations se sont faites encore plus rapides : non seulement Twitter a permis de suivre la setlist d’un concert en direct et d’avoir des photos instantanément, mais nous avons également pu écouter ces concerts en direct. Malgré un son médiocre, quel frisson d’avoir suivi en direct le concert d’ouverture de la tournée à Barcelone et d’avoir entendu, là-aussi en direct, la première fois qu’était joué le titre Your Blue Room en concert !

Internet, l’anti-spoiler des concerts

Mais une fois de plus, parmi les joies d’Internet se trouvent des éléments qui laissent sceptiques. Steph avait décrit l’effet néfaste d’Internet sur les concerts dans son article « Twitter overdose, comment Internet a tué U2 ». Pour paraphraser grossièrement mon collègue (lui aussi, comme Lionel, fan depuis les années 80’) : il devient de plus en plus difficile pour les fans de parvenir à se rendre à un concert de U2 en choisissant la carte de la surprise totale. L’information est tellement rapide à arriver et parfois tellement envahissante que ceux qui veulent passer entre les mailles du filet n’y arrivent quasiment plus, à moins de vivre en ermite jusqu’à la date de leur concert.

Désormais il va falloir « unfollow » des comptes Twitter, masquer les publications de certains de nos amis sur Facebook, et si possible ne pas lire nos emails pour être certains d’avoir la surprise totale en concert. Avant il fallait être motivé pour courir après les informations, maintenant il faut se barricader pour y échapper. Et comme sur tout site d’informations, U2France se retrouvera, à la prochaine tournée, confronté à ce problème qui consiste à donner l’information aux fans qui veulent savoir tout en préservant les spoilers des fans qui ne veulent rien savoir... En bonne lâcheuse je préviens dès maintenant mes collègues qu’à la prochaine tournée ils ne pourront pas compter sur moi car je rejoindrai Steph dans sa tanière ;-)

JPEG - 51.5 ko

L’arbre de Joshué à terre, comme un symbole du temps qui passe.

Etre fan de U2, c’était mieux avant ou après Internet ?

Lionel :
Pour moi qui fait partie de cette génération de fans qui a connu l’avant et l’après émergence de l’Internet, il est bien difficile de dire ce qui était "le mieux". Chacune des époques a ses avantages et ses inconvénients. La disparition totale de l’effet de surprise sur les concerts est sans doute l’aspect le plus négatif d’Internet. Mais c’est aussi quelque chose qui est désormais inéluctable. Alors autant faire avec et s’en accommoder. Désormais, lorsque je vais voir un concert de U2, certes je sais ce que je vais entendre et ce que je vais voir, à quelques variantes près. Mais pour moi l’essentiel n’est plus là. L’essentiel, il est dans la rencontre avec d’autres fans, que les technologies actuelles facilitent dans des proportions inimaginables par ceux qui n’ont pas connu les concerts de la fin des années 80’.

L’aspect "collectionneur" a également beaucoup changé de nature. Et j’ai largement préféré la recherche d’objets lorsqu’elle était difficile. Entre celui qui possédait des objets assez rares et celui qui n’en avait pas, il y avait une différence de motivation, de passion, et rarement d’argent. Aujourd’hui, ce n’est pas le plus fan ou le plus passionné qui possède les plus beaux objets, c’est le plus riche... et ça franchement, c’est un recul. En même temps soyons franc (mais là je parle vraiment de ma situation personnelle, et je ne crois pas qu’il faille en faire une généralité). La participation à un forum (avec, derrière, ce que j’appellerai un fan-club, certes informel, mais un fan-club tout de même) permet de mettre en place des "plans" collectifs comme les concerts à l’étranger, qui ne sont pas non plus très bon marché au final. Disons pour résumer que dans mes années de jeune fan, j’avais des rêves, et que les technologies et moyens de communication actuels me permettent de les réaliser...



Pauline :
Difficile aussi pour moi de répondre à cette question puisque je n’ai pas connu l’avant Internet, même si comme Lionel je pense que chacune des époques a ses avantages et ses inconvénients. Je me bornerai alors à parler de l’ère actuelle.

Indéniablement la toile a apporté une nouvelle donne dans la sphère du fan, la rendant plus confortable notamment avec les bootlegs que l’on peut obtenir 2-3 jours après le concert, gratuits et avec un bien meilleur son, ou encore grâce au système de pré-ventes de places de concert sur U2.com. Internet permet également davantage de proximité avec U2, son actualité, et avec les autres fans. Cependant cette proximité à tendance à se retourner contre nous. L’exemple le plus flagrant concerne les spoilers de concert, où Internet nuit quelque peu la surprise. Autre exemple possible : la facilité de communication et d’information liée à la toile ouvre aisément la porte à des rumeurs erronées, des buzz, ou des fakes qui sont vite pris au sérieux par des fans. Toujours en raison de cette facilité d’accès à l’information, les fans semblent devenus plus exigeants et par extension, parfois plus négatifs. Inévitablement le surplus d’informations nous permet de tout savoir, de tout comparer et donc de critiquer (en bien comme en mal). Mais personnellement j’apprécie assez de voir des avis critiques davantage aiguisés, les discussions ne s’en trouvent que plus intéressantes.

Globalement, je pense qu’Internet comporte des limites qui impliquent pour un fan de prendre bien plus de recul qu’avant sur ce qu’il se dit en matière d’informations U2esques. Mais Internet a également permis de repousser des limites pour nous apporter un certain confort et des avantages dont nous ne nous dispenserions probablement plus...

Notez cet article (de 1 à 5)

Partagez cet article


Voir en ligne : La première partie de cet article

Merci Lionel d’avoir accepté d’écrire, et si bien, la première partie !


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 48

Derniers posts

Instagram widget

go-top