Accueil / Caritatif / ’It’s All We Can Do’, à la croisée du politique et du personnel (Part (...)

’It’s All We Can Do’, à la croisée du politique et du personnel (Part I)

dimanche 1er avril 2012 / par Corinne/Dead / Tags:

par PAUL DE REVERE

Component est une annexe de Aux.Out. réservée aux articles exceptionnels, aux éditos uniques, et aux orphelins perdus des débats musicaux. Aujourd’hui, Paul de Revere traite de la formation rock irlandaise U2, et de l’efficacité de sa politique.

JPEG - 220.8 ko

Photo © Elizabeth Gipson ; all rights reserved

Bono et U2 ont soutenu de nombreuses causes : musicales, célèbres, politiques et humanitaires. Il serait facile de se laisser prendre dans les deux premières, mais U2 et Bono ont choisi de mettre en avant des causes plus nobles que leur célébrité ou musique. Cependant, lorsqu’ils glissent vers la politique et l’humanitaire, cela a tendance à pousser l’auditeur à faire quelque chose, ce qui peut être une situation conflictuelle et mettant mal à l’aise lorsque l’on veut seulement écouter de la pop dans sa chambre. Quoi qu’il en soit, le sort en est jeté : le personnel et le politique, l’apathie et l’empathie, éprouver simplement de l’empathie et en fait agir à partir de là. le personnel ert le politique pourraient sembler tellement dissociés (après tout, comment la politique affecte-t-elle réellement notre quotidien ?) mais au royaume de la musique et surtout dans celui de U2, ils sont inséparables.





Et j’en reviens toujours à “Where the Streets Have No Name” lorsque l’on aborde la collision voulue par U2 entre le politique et le personnel. Le groupe de rock irlandais et son chanteur leader messianique est peut-être la seule force la plus politiquement active et efficace de l’industrie musicale aujourd’hui. La campagne ONE du groupe, qui œuvre contre malaria, faim et sida et séropositivité dans les pays du Tiers Monde (tout particulièrement en Afrique), en est un bel exemple.

La campagne ONE a “contribué à assurer cent sept milliards de dollars pour l’annulation de la dette des pays pauvres au cours de la dernière décennie”, selon son site Internet. Elle a également “joué un rôle crucial dans la campagne internationale qui a mis la pression avec succès sur le G8 pour … doubler les fonds accordés à l’Afrique” et “œuvré de manière rapprochée avec les officiels américains à la création de programmes PEPFAR pour lutter contre le sida et à rempoter des financements pour le Fonds global de lutte contre le sida, la tuberculose et la malaria depuis et au travers du G8 ; ensemble ces programmes ont aidé à fournir des médicaments pour sauver la vie de près de quatre millions d’Africains atteints du sida ou séropositifs contre cinquante mille personnes seulement en 2002.”

Le militantisme de U2 et le fait de s’engager dans les mondes de la culture, de la politique et de la musique ont fait de moi un fan acharné de U2 d’aussi loin que je m’en souvienne, faisant de l’ombre à ce que j’écoute et à mes goûts musicaux. J’admire Bono. Il est difficile même pour une personne possédant une compréhension extraordinaire de la politique et des talents interpersonnels de faire l’équilibre entre le personnel et le politique et de le communiquer efficacement aux gens.

Hypothèse : Il est plus facile de s’engager dans un commentaire politique et social en fait que de parler à quelqu’un d’une façon qui équilibre des problèmes politiques avec des personnels partagés, et de les sortir avec une honnêteté émotionnelle et intellectuelle. Sous les airs de petit saint de Bono, c’est véritablement son empathie pour les thèmes de ses chansons qui rendent sa musique aussi puissante. La volonté de se connecter à cela est ce qui apparemment fait d’un fan, tel que moi-même, un disciple.

“Pour avoir passé du temps en Afrique et vu des personnes dans les fosses de la pauvreté, je vois toujours un esprit très fort dans ce peuple, une richesse d’esprit que je n’ai pas trouvé en rentrant chez moi”, de confier Bono au magazine Rolling Stone en 1994. “J’ai vu l’enfant gâté de l’Occident. J’ai commencé à penser :‘Ils ont un désert physique, tangible, mais nous avons toutes autres sortes de déserts.’ Et c’est ce qui m’attiré vers le désert comme un symbole en quelque sorte.”

Non pas pour idéaliser l’abjecte pauvreté, je ne peux m’empêcher de demander : existe-t-il une résonance enviable qui l’accompagne ? Peut-être que l’idée qu’il n’y a nulle part où aller si ce n’est vers le haut peut être encourageante d’une certaine façon. Ou peut-être qu’il font simplement briller que dalle et l’appellent or, retirant le meilleur d’une mauvaise, vraiment mauvaise situation ? Des chansons de détermination de dévotion, tel le gospel ou “Where the Streets Have No Name”, puisqu’on en parle, doivent faciliter le processus.

U2 a collaboré avec le Soweto Gospel Choir (chorale gospel de Soweto) dans le cadre de la campagne de promotion de la Coupe du Monde de foot en 2010, montant de nouvelles versions de “Where the Streets Have No Name”, entre autres chansons de U2. Récemment, j’ai assisté à un concert du Soweto Gospel Choir et ses chansons d’adoration enthousiaste m’ont rappelé le buzz “Streets”. À travers la pauvreté et la lutte des villes du sud ouest de Johannesburg, cette chorale une joie incroyable.





Cela montre une attitude plus large de U2 envers les pays en voie de développement — celle de la compassion et également de la commisération. “Where the Streets Have No Name”, comme “Bullet the Blue Sky” et “Mothers of the Disappeared” extraits de The Joshua Tree, paraissent tellement ressentis par Bono. Il semble s’inclure dans la détresse des mères et grands-mères argentines.

Si Bono est la version rock-star de Bill Clinton et ONE la Fondation Clinton, alors les paroles de “Streets” : “I go there with you/It’s all I can do” est son “I feel your pain” (NDLT : je resens votre douleur). Inutile de prétendre, soit dit en passant, que cette phrase reflète autre chose qu’un complexe messianique. C’est absolument le cas. Pour autant que j’écrire ici que je défends U2 et Bono des piques les plus acérées, je ne contesterai pas cette accusation – pas plus que je ne la questionne pour ce qui est d’Obama ou Clinton.

Après tout, The Joshua Tree est un gospel agnostique – l’une des façons de Bono de nous dire que tout va bien se passer et qu’il améliorera tout. Gavin Friday, le chanteur leader des Virgin Prunes, a grandi avec Bono près des appartements de Ballymun, est réputé pour ses performances artistiques bizarres. Aussi, est-ce tout naturellement que Friday donnera à Bono comme cadeau d’anniversaire “des clous, un marteau et du bois avec une note précisant ‘DIY’ (NDLT : do it yourself, fais-le toi-même, kit pour les bricoleurs)” pour son 33 ans lors de la tournée Zooropa (NDLT : je pense qu’il veut plutôt parler de la tournée Zoo TV) en 1993, selon Irish Central.

Bono se considère, de la plus pure façon qui soit, membre de la race humaine. Il croit que si une mère argentine ne sait pas où se trouve son enfant, mort ou emprisonné ou Dieu sait quoi, alors cela nous affecte tous. Si un enfant en Afrique meurt de faim, de la malaria, du sida ou de la séropositivité, nous souffrons tous.

Dans sa célèbre lettre écrite en avril 1963 depuis une cellule à Birmingham, Alabama, le Dr. Martin Luther King Jr. écrivait : “L’injustice où qu’elle soit est une menace à la justice partout. Nous sommes pris dans un inextricable réseau de mutualité, attachés dans le seul vêtement de la destinée. Tout ce qui affecte quelqu’un directement nous affecte tous indirectement. Plus jamais nous ne pourrons nous offrir le luxe de vivre selon l’idée étroite d’agitateur externe provincial. Quiconque vit aux États-Unis ne peut être considéré comme un étranger à l’intérieur de leurs limites.”

De “One” et ONE à “Pride (In the Name of Love)”, lorsque Bono pleure l’assassinat du Dr. King et loue sa courte vie sur terre, Bono prêche ce qu’il pratique. Il fait également l’inverse, ce qui est bien plus que ce que la plupart des autres peuvent dire.

(à suivre)

Notez cet article (de 1 à 5)

Partagez cet article


Voir en ligne : Consequence of sound

Toutes les versions de cet article : [English] [français] [français]


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france

Derniers posts

Tag cloud

Actu The Edge Bono Larry Forum Adam Video Live Songs Of Innocence tickets concerts
Loading

Instagram widget

  • Photo #U2 #RS www.u2france.com
  • #U2 #U2auLGJ #Canal+ #bono  par Maxime Bruno
  • #U2 #U2auLGJ #Canal+ #theedge  par Maxime Bruno
  • #U2 au The Graham Norton Show www.u2france.com
  • #U2 au The Graham Norton Show www.u2france.com
  • #U2 @ #LGJ #Canal+ www.u2france.com
  • Gagnez l'un des albums Songs Of Innocence de U2:  bit.ly/Znhc64 #U2 #songsofinnocence www.u2france.com
  • #U2 en tournée, ce que nous savons à ce jour… www.u2france.com #U2France
  • #U2 #songsofinnocence #SOI www.u2france.com
go-top