La musique populaire américaine, du réconfort à la vengeance - U2 France
Accueil / Caritatif / La musique populaire américaine, du réconfort à la vengeance

La musique populaire américaine, du réconfort à la vengeance

vendredi 13 septembre 2002 / par Dom

Bruce Springsteen, U2, Neil Young, Paul McCartney, David Bowie, Mick Jagger... De nombreuses figures du rock et de la pop ont enregistré des titres patriotiques en réaction aux attentats. Au silence des milieux du hip-hop et du hard rock répond l’activisme parfois belliqueux de la scène country.

Dès le 21 septembre 2001, à l’occasion du téléthon "America : A Tribute To Heroes", les stars de la musique populaire, venues aussi bien des Etats-Unis que de Grande-Bretagne, se rassemblèrent à la lueur des chandelles - Bruce Springsteen, U2, Neil Young, Stevie Wonder, Alicia Keys... Le 20 octobre suivant, au Madison Square Garden, à l’occasion du Concert for New York City avec, entre autres, David Bowie, Bon Jovi, Destiny’s Child, Paul McCartney, Mick Jagger et Keith Richards, plusieurs artistes présentèrent des chansons directement inspirées par les événements. Avec My City of Ruins, Bruce Springsteen posait ainsi la première pierre de ce qu’allait devenir son album, The Rising, entièrement consacré au 11 septembre ; loin de son meilleur niveau, Neil Young, dans Let’s Roll, chantait lui l’héroïsme des passagers du vol 93 d’United Airlines tentant de reprendre le contrôle de l’appareil ; dans l’urgence, Paul McCartney se fendait d’un hymne à la liberté, Freedom, d’une embarrassante niaiserie.

Chacun de ces concerts a fait l’objet d’un CD dont les bénéfices vont à différentes associations de victimes, policiers et pompiers. Parmi ces derniers, un chanteur s’est révélé, Daniel Rodriguez, qui, à force d’entonner God Bless America à chaque cérémonie, a fini par enregistrer un single avec la participation de l’ancien maire de New York, Rudolph W. Giuliani. Michael Jackson n’a pas eu cette chance. Alors qu’il avait sillonné l’Amérique pour enregistrer une multitude d’invités (Britney Spears, Céline Dion, Santana), comme il l’avait fait à l’époque du Band Aid, l’ex-"roi de la pop" a vu la sortie de son morceau, What More Can I Give, bloquée par Sony, sa maison de disques, déclenchant un conflit ouvert entre le chanteur et le patron de son label, Tommy Mottola.

SILENCE DE LA SCÈNE HIP-HOP

Whitney Houston a publié un single, The Star-Spangled Banner, au profit du Disaster Relief Fund. R. Kelly, une des stars du r’n’b (compromis dans des affaires de mœurs), a enregistré cette année Soldier’s Hearten hommage aux soldats partis en Afghanistan, mais la scène hip-hop est restée étrangement muette. Comme si, coincé entre sa sympathie pour un islam afro-américain et son attachement à la culture nationale, cet art typiquement new-yorkais n’avait pu trouver les mots justes. Seul Eminem, le bouffon le plus provocateur du genre, aura osé se déguiser en Ben Laden dansant au fond de sa grotte pour la vidéo de Without Me.

Les hard-rockers n’auront pas été beaucoup plus loquaces. Après le 11 septembre, les membres du groupe Pantera avaient annulé leur tournée pour rester au Texas "protéger [leurs] femmes et [leurs] enfants". Le chanteur Jon Bon Jovi célèbre dans son nouvel album l’unité du peuple américain (Undivided), et le Brésilien Max Cavalera, leader des bruyants Soulfly, rend hommage aux victimes des attentats par une minute de silence (9-11-02 : One Minute of Silence).

On ne s’étonnera pas que le genre le plus réactif à l’événement ait été la country, le style musical le plus enraciné dans une vision mythique des Etats-Unis. Très vite, Nashville a célébré les nouveaux héros de l’Amérique. D’abord avec Alan Jackson, qui, dans le refrain de Where Were You (When The World Stopped Turning) ("Où étiez-vous quand le monde s’est arrêté de tourner"), cherche secours dans la religion : "Je chante des chansons simples, je ne suis pas un politicien/ Je regarde CNN mais je ne suis pas sûr de pouvoir faire la différence entre l’Irak et l’Iran/ Mais je connais Jésus et je parle à Dieu/ Et depuis ma jeunesse je me souviens qu’Il nous a donné la foi, l’espoir et l’amour."

Nombre de magasins de disques ont ouvert une section "red white and blue" aux couleurs de la bannière étoilée que les artistes country, comme Randy Travis (America Will Always Stand), Lee Ann Rimes ou Faith Hill se sont empressés d’approvisionner. On trouve là beaucoup de rééditions opportunistes, comme God Bless the USAde Lee Greenwood, écrite à l’époque de la guerre du Golfe, ou celle de l’unique album de John Wayne sur lequel figure Why I Love Her, où l’icône des westerns clame son amour de l’Amérique.

On doit à Toby Keith, ancien joueur de football américain devenu star à Nashville, l’hymne revanchard le plus caricatural de ce répertoire. Courtesy of the Red, White and Blue (The Angry American) ("De la part du rouge, blanc, bleu, l’Américain en colère") abandonne le réconfort pour passer au stade de la vengeance, et est arrivé en haut du classement des meilleures ventes : "Cette nation que j’aime est tombée au combat/ Un putain de coup en traître arrivé par derrière/ Mais dès que nous pourrons voir à travers nos yeux au beurre noir/ Mec, on va allumer ton monde comme un 4 juillet."

Bruce Springsteen se relève parmi les ruines

Dans le paysage musical américain, l’une des grandes différences entre l’avant et l’après-11 septembre tient au statut de Bruce Springsteen. The Rising, album inspiré par les attentats et leurs conséquences, est sorti le 30 juillet et se maintient depuis au sommet du classement des meilleures ventes - ce qui n’était pas arrivé à un nouvel album de Springsteen depuis Tunnel of Love en 1987. Sa tournée de 46 villes américaines, entamée le 2 août, remplit les stades et lui permet de figurer chaque semaine au classement des plus grosses recettes. Et il a fait la couverture de Time sous le titre Reborn In The USA, avec le commentaire "comment Bruce Springsteen a transformé l’angoisse américaine en art".

• ARTICLE PARU DANS L’EDITION DU 12.09.02

Notez cet article (de 1 à 5)
1.99/5(1) vote

Partagez cet article


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 38

Derniers posts

Instagram widget

go-top