U2 France

Accueil du site > Discographie > Le nouvel album de U2 "No Line on the Horizon" confirme la majesté de (...)

Le nouvel album de U2 "No Line on the Horizon" confirme la majesté de Bono

samedi 7 février 2009, par Corinne/Dead pour U2 France

Toutes les versions de cet article :

Toutes les conversations portant sur le premier album de U2 depuis plus de quatre ans le disent qu’il est orienté différemment et d’une innovation audacieuse. C’est en partie vrai.

par Iain Shedden

Certainement que Get Your Boots On (NDLT : Get on your boots), le single du moment, appuie sur de nouveaux boutons, tout au moins pour eux, les riffs heavy metal de la guitare d’Edge et un semi-rap de Bono qui nous laisse perplexe, mais gratifiant, quelque part entre Red Hot Chili Peppers et Elvis Costello.

Ailleurs, pourtant, l’emphase, l’utilisation intelligente de dynamique et la section rythmée au groove très funk fusionné avec le rock nous sont de manière frappante familières.

Le titre éponyme est peut-être le meilleur exemple du pouvoir de ces éléments collectifs, avec Bono exploitant un énorme refrain hymnique. Stade est écrit dessus partout.

Produit par les militants saisonniers de U2, Brian Eno et Daniel Lanois, avec des contributions additionnelles de Steve Lilywhite, No Line On the Horizon sonne épique.

Sur Moment of Surrender et Unknown Caller l’organe religieux souligne une approche plus mélancolique, bien que ce dernier titre échoue à tenir ses premières promesses.

Deux ou trois autres sont des morceaux de U2, tel que FEZ - Being Born (ça fait un) et Breathe. Cette piste contient tous les thèmes récurrents de l’album - amour, espoir, profiter du jour présent, fêter la vie.

Toutes deux comme White as Snow et Cedars of Lebanon adoptent un ton beaucoup plus sombre, avec la dernière proposant un contraste acoustique avec les orages électriques quel que soit le côté.

Pour ce qui est de tout ce que vous allez entendre constamment sur les ondes radio au cours des plus ou moins six mois à venir, la légèrement funky Stand Up Comedy, le morceau traité heavy metal par Edge, I’ll Go Crazy if I Don’t Go Crazy Tonight et le vaguement ressemblant à Where the Streets Have No Name sont des candidats aux tubes.

Le développement le plus frappant sur cet album successeur de How to Dismantle an Atomic Bomb est assurément la voix de Bono. Toujours commandeur, même en étant mélodramatique, Bono pousse, shoote et hurle en s’aventurant de lui-même en territoire plus mélancolique, plus émotionnel et encore plus Dieu du rock qu’auparavant. Imaginez un peu comment cela va sonner en stade.

Pour continuer à recevoir les infos sur U2, abonnez vous gratuitement au Google Group U2France.

En savoir plus : The Australian

Lien permanent :

Partagez cet article

Inviter des amis à suivre l'actualité U2

Aucun Commentaire | S'identifier pour réagir à l'article

S'identifier

Retour en haut de page