Les années 90, le déclin du rock et les perspectives pour le nouveau (...) - U2 France
Accueil / Discographie / Les années 90, le déclin du rock et les perspectives pour le nouveau (...)

Les années 90, le déclin du rock et les perspectives pour le nouveau siècle

jeudi 21 février 2002 / par Anchoup

L’histoire du monde selon le rock’n’roll (Chapitre 5)

" No future, No future for you " [" pas d’avenir, pas d’avenir pour toi "] (les Sex Pistols, God Save the Queen)

Si quelqu’un essaye d’analyser un passé aussi récent comparé au monde de l’histoire, c’est qu’il cherche les problèmes. Mais jusqu’à aujourd’hui, il n’y a eu aucune époque de l’histoire du Rock’n’roll qui ait été aussi troublée que les années quatre-vingt-dix.

En fait, les années quatre-vingt-dix ont bien commencé. En 1991 – 1992, la scène rock était toujours bien debout, avec de nouvelles sorties d’albums de groupes phares des années quatre-vingt, comme U2 (avec une auto-réinvention à couper le souffle), REM et Metallica, qui promettaient de poursuivre dans les années 90 la même gloire que celle que le Rock avait eu lors de la décennie précédente.

De nouveaux noms ont suivi leurs traces, comme Nirvana et le mouvement Grunge [crasse en français !] de Seattle, dont la base musicale était un mélange de Punk et de Heavy Metal. Avec une apparence unisexe pour les garçons comme pour les filles, composée de chemises en flanelle nouées autour de la taille, des T-shirts de groupes de rock en-dessous, et des bermudas amples, le Grunge se caractérisait par la révolte de la " Génération X " [X comme X-files, comme inconnue] contre tout et tout le monde, par des jeunes gens qui avaient grandi dans un monde libéral, mais un monde sans avenir, ou du moins c’est ce qu’ils pensaient. Des groupes comme Soundgarden, Alice in Chains et Pearl Jam ont pris la même voie, et tout allait bien… jusqu’en 1994.

1994 est le moment où les années 80 sont mortes. D’un point de vue, il y avait même une sensation d’euphorie : Blur et Oasis se disputaient le premier rang des classements Pop, et de nouveaux artistes comme Jeff Buckley et les Manic Streets Preachers sortaient des albums qui allaient devenir des symboles de la musique de ce moment.

Et ensuite, ça a commencé : Kurt Cobain, le chanteur / compositeur de Nirvana, un groupe de rock grunge, le plus prometteur du début des années 90, le groupe dont l’album Nevermind allait changer à jamais la façon dont les gamins considèrent la musique, et qui allait catapulter le groupe vers un énorme succès instantané…
Kurt Cobain, un artiste sérieux et pas prétentieux, a eu peur de son soudain succès, et a mis fin à ses jours le 5 avril 1994.

Le choc occasionné par cet acte d’égoïsme et de lâcheté était trop pour le monde du Rock. Très lugubrement, les fans ont perdu la foi dans le Rock alternatif, et se sont tournés vers le culte du martyre, ou vers l’emprisonnement de la culture droguée, et l’espace laissé libre par Cobain et Nirvana a vite était rempli par de la Pop et du Hip-Hop bon marché, dans les ondes de MTV, maintenant bien établie.

Avec la tragédie du Rock international, au Brésil il allait aussi perdre de sa force, et allait être peu à peu remplacé par des rythmes locaux et de la musique pop vulgaire, pour le plus grand dégoût des jeunes gens qui avaient grandi avec le son du rock brésilien, spectaculairement bon dans la décennie précédente. Tristement, seul le Rap, qui mélange maintenant le Reggae et le Ska avec des rythmes locaux comme le Pagode, conserve encore quelques caractéristiques de ce que notre Rock a été dans le temps… Le groupe de Hard Rock Sepultura, qui a un succès international avec ses paroles en anglais, est la seule exception.

Dans la confusion qui a suivi la mort de Cobain, tout s’est radicalisé. Le Rock est devenu encore plus refermé sur lui-même, encore plus alternatif et inaccessible au public qui écoutait la pop sucrée des Boy Bands, des chanteuses adolescentes que l’on rendait artificiellement adultes avant l’âge, et la scène de la musique Dance, arrosée par des drogues comme l’ecstasy, est devenue dominante autant que vide.

Mais le Rock restait quand même actif, avec des groupes comme Radiohead, qui allait petit à petit et sans façons révolutionner le Rock une fois encore, vengeant la mort de Cobain sans perdre son statut de groupe de rock alternatif. Et d’autre part, les " pertes " continuaient, nous privant de musiciens prometteurs et causant de sérieux dommages au Rock. En 1995 est mort Richey Edwards, des Manic Street Preachers, et en 1997, Jeff Buckley, l’une des plus belles voix des années 90, allait précipiter sa voiture dans une rivière, dans un accident tragique.

Mais malgré tout, le changement de siècle a vu des signes de convalescence, avec le retour de grands groupes comme U2 et REM, et l’aventure de nouveaux groupes comme Coldplay et Travis, qui ensemble avec des vétérans relatifs comme les Red Hot Chili Peppers, ont l’air de ramener le Rock à sa vraie place, au centre de l’attention du public en général.

Dans le domaine de l’activisme social, les années 90 ont vu le retour / la suite de projets ayant commencé avec le Live Aid. Toujours mené par Bob Geldoff, et avec Bono de U2 comme principal porte-parole, le projet Jubilee cherche une solution à long terme contre la faim et le sida, qui déciment le continent africain, en utilisant cette fois-ci la stratégie du lobbying. Bono est volontaire pour parler à quiconque veut l’écouter, et les résultats ont été encourageants.

Dans ma tentative de diviser le mouvement Rock en décennies pour cette série d’articles qui se termine aujourd’hui, je me suis autorisée plusieurs simplifications. La pire de mes simplifications a été d’essayer de démarrer chaque décennie du Rock avec les décennies du calendrier conventionnel. La vérité est que, par coïncidence ou à cause d’une ironie cosmique, les grands avancements et les grandes tragédies dans le monde du Rock, ont eu lieu au milieu de chaque décennie. Ainsi, nous avons la première consolidation du rock américain plus ou moins en 1955, la naissance du punk en 1965, son explosion en 1975, le sommet du rock dans les années 80 à savoir le concert Live Aid en 1985, et finalement la mort des années 80 avec Kurt Cobain en 1994.

En tout cas, cela signifie que les " années 90 " du Rock international viennent à peine de démarrer, et si l’on considère les récents développements dans les quelques années qui viennent de s’écouler et la façon dont le Rock refait surface depuis 1995, on peut peut-être prédire que de grandes choses nous attendent encore, que le Rock’n’Roll n’est pas vraiment mort, et sera rené de ses cendres comme le phénix d’ici à l’an 2005, avec l’aventure d’une nouvelle révolution musicale apportée par un jeune groupe qui est encore en train de répéter dans un garage quelque part dans le monde…

Une fois encore, que faites-vous ici ??? Ecoutez… Cette série d’articles est finie. Elle était sympa tout le temps qu’elle a duré, mais maintenant, tout est dit. Alors… vous voyez cette guitare, là, dans le coin ? Allez secouer votre groupe, allez, du nerf ! il est encore temps.

[Cette série d’articles sur l’histoire du Rock est terminée, mais nous retrouverons bientôt l’amie Lucilla pour d’autres articles ! ]

Notez cet article (de 1 à 5)
2.67/5(3) votes

Partagez cet article


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 41

Derniers posts

Instagram widget

go-top