Accueil / Collaborateurs / ’Les molécules de la musique...’

’Les molécules de la musique...’

samedi 29 mai 2010 / par Corinne/Dead / Tags:
JPEG - 94.3 ko

Ingénieur du son et producteur, Declan Gaffney, n’avait que huit ans lorsqu’est sorti Achtung Baby. Il a mixé plusieurs morceaux de No Line on the Horizon, et avec son collaborateur Matt Paul sous le nom de Fish Out Of Water a remixé ’I’ll Go Crazy...’ (sorti en face B du single) et Magnificent. Aujourd’hui, leur remix de Get On Your Boots figure sur Artificial Horizon.

Qu’est-ce qui vous donne envie de faire un remix, au départ ?

Declan : Le remix de Boots est le premier que j’ai jamais fait ! J’avais bossé avec le groupe sur une sorte d’intro musicale de cette chanson pour les Grammies. Il l’a aimée et elle a été utilisée durant la tournée. Le groupe l’aimait beaucoup et je lui ai proposé de la finir. Puis j’ai demandé à Matt de me rejoindre à bord pour travailler avec moi dessus.

Matt, qu’as-tu apporté à ce remix ?

Je suis plus du côté électronique des choses. Avec un remix, il s’agit de parcourir les enregistrements multipiste et de trouver des petits morceaux qu’on aime. L’on essaie de ne pas trop s’impliquer dans le morceau original ; au contraire, on essaie de trouver des petites accroches ou beats, et on crée presqu’une nouvelle chanson.
D’autres remixent pour les pistes de danse. Mais ce n’est pas la direction que nous avons choisie.

Bono vous a-t-il guidé ?

Declan : Pour l’intro originale, il avait l’idée de ce que devrait être le concept, mais le remix a fini par ne plus ressembler du tout à l’intro. J’étais nerveux lorsque j’ai du le jouer pour le groupe pour la première fois. Mais il a vraiment aimé son énergie ; vers la fin Bono a donné des suggestions sur les arrangements et des trucs du genre.

Alors U2 s’intéresse vraiment à ces remixes ? Il s’implique ?

Oui, tous les quatre. Nous avons fait le remix de Crazy avec eux à Dublin, alors qu’ils répétaient. Ils répétaient sur la scène "son" et nous ont appelés toutes les deux heures pour voir où nous en étions. Chacun nous donnait un retour.

Matt : Bono aimait cette nouvelle direction ; ça l’a inspiré pour inclure de nouveaux chœurs à ce remix.

Comment a évolué la nouvelle version de I’ll Go Crazy ?

Declan : Lorsque nous sommes arrivés à Barcelone, le groupe parlait d’une partie du spectacle qui renverrait en quelque sorte à la "dance" - et il y a eu une discussion sur quelques choses. Ils aimaient vraiment tous le remix Redanka. Aussi, nous avons fini par un mélange de ce dernier à mi-chemin avec celui de Dirty South. Le groupe l’a ensuite interprété en live avec un arrangement totalement nouveau.

Quand sait-on qu’il faut s’arrêter pour un remix ?

Declan : Lorsque l’on est heureux de le jouer pour le groupe, puis, heureusement, le groupe l’écoutera et en sera heureux ! Pourtant, dès que l’on entre dans la pièce et appuie sur le bouton "play", l’on écoute avec une oreille différente. Si quelque chose ne va pas, ça devient alors évident.

Etes-vous poli avec U2, si ça ne l’est pas ?

Matt : Il ne nous est encore jamais arrivé de nous retourner et de voir les gens catastrophés avec les mains couvrant leur visage. Il s’agit plus de précisions constructives.

Declan : C’est génial de bosser à l’intérieur du studio car ils sont tellement ouverts. Ils veulent expérimenter.

Declan, comment en es-tu arrivé à travailler avec U2 ?

Richard Rainey était ingénieur sur le dernier album ; j’avais travaillé avec lui par le passé et il m’a demandé si j’aimerais l’assister. U2 étant U2, il vous donne toujours plus à faire. J’ai commencé par enregistrer l’overdub guitare bizarre, et ainsi de suite jusqu’à ce que je me retrouve à New York à mixer avec Danny puis à Londres.

Qu’est-ce qui a été le plus stressant ?

Un soir, Edge avait fait des parties à la guitare pour Magnificent et il était parti pour vérifier dans une des autres pièces et m’a dit : "Fais un mix de ça". Environ une demi-heure plus tard, je l’ai rejoué et je n’oublierai jamais avoir levé la tête et lavoir vu les quatre membres du groupe, plus Steve Lillywhite, Brian Eno et Daniel Lanois, tous assis sur le canapé derrière moi, attendant d’entendre ce mix. C’était surréaliste !

Pas de pression, ensuite.

Le truc tout entier était comme un trip ? Je n’oublierai jamais le jour où nous avons travaillé sur Cedars of Lebanon - Daniel Lanois et moi-même étions à la console à New York, et les quatre membres du groupe étaient dans le fond de la pièce. Dan aime jouer en live. Les haut-parleurs étaient à fond, et j’avais l’impression que le vent parcourait ma chevelure. Il criait ce qu’il fallait faire, on se rentrait dedans, les vibrations étaient étonnantes, et le groupe applaudissait et nous acclamait du fond de la pièce.

Et tu as mixé le son live pour le Letterman et certaines des diffusions media les plus importantes ?

Ils voulaient quelqu’un dans les parages qui connaissait le matériel pour travailler avec les gars sur place dans les différentes stations de TV et de radio. Letterman a été une belle réussite. Et, bien entendu, nous sommes montés sur le toit de la BBC.

Ca a dû être quelque chose !

Il se passait tellement de trucs. Nous avons fait le Live Lounge with Jo Whiley le matin, et tout devait monter en haut des escaliers pour arriver au concert sur le toit. L’on n’avait pas le temps de s’arrêter ni de se sentir nerveux.

Aimes-tu écouter la musique sur laquelle tu as travaillé ?

Au départ, non - l’on entend encore les molécules de la musique. Après un temps, on l’écoute différemment...
L’autre jour, Cedars of Lebanon passait quelque part, et je me suis dit, c’est vraiment, vraiment bon. Je peux l’apprécier de la même façon que j’apprécierais une belle musique à laquelle je n’aurais pas contribué.

Ce doit être agréable.

Lorsque l’album est sorti, nous étions à New York. Je me suis rendu au Virgin Megastore à Time Square, et me suis retrouvé face à un mur rempli de la pochette de No Line on The Horizon.
Les gens me bousculaient, me passaient devant dans leur hâte d’acheter l’album et ça a été un instant intense pour moi : j’avais vu une partie de mon travail avec U2 arriver à son terme. C’était merveilleux.

JPEG - 66.1 ko

Partagez cet article


Voir en ligne : u2.com

Toutes les versions de cet article : [English] [français]


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france

Derniers posts

Tag cloud

Actu The Edge Bono Larry Forum Adam Video Live Songs Of Innocence tickets concerts
Loading

Instagram widget

  • #U2 #U2auLGJ #Canal+ #bono  par Maxime Bruno
  • #U2 #U2auLGJ #Canal+ #theedge  par Maxime Bruno
  • #U2 au The Graham Norton Show www.u2france.com
  • #U2 au The Graham Norton Show www.u2france.com
  • #U2 @ #LGJ #Canal+ www.u2france.com
  • Gagnez l'un des albums Songs Of Innocence de U2:  bit.ly/Znhc64 #U2 #songsofinnocence www.u2france.com
  • #U2 en tournée, ce que nous savons à ce jour… www.u2france.com #U2France
  • #U2 #songsofinnocence #SOI www.u2france.com
  • #U2 #songsofinnocence #SOI www.u2france.com
go-top