Qu’arrive-t-il lorsque Bono et Sarkozy s’écrivent ? - U2 France
Accueil / Caritatif / Africa / Qu’arrive-t-il lorsque Bono et Sarkozy s’écrivent ?

Qu’arrive-t-il lorsque Bono et Sarkozy s’écrivent ?

mardi 1er février 2011 / par Corine/Dead / Tags:

par Michael Cosgrove

JPEG - 17.6 ko

Bono n’est pas seulement le chanteur engagé de la formation rock irlandaise U2, c’est également un philanthrope engagé et un militant de l’humanitaire au flair avéré pour enrôler les personnes en vue. Sa dernière prise pourrait bien être le président des Français, Nicolas Sarkozy.

Peut-être était-il inévitable que Bono et Nicolas Sarkozy s’écrivent. Après tout, en théorie, ils ses sont vu en tête à tête sur certaines choses et ils ont un certain nombre de points communs dans leur comportement. Qui plus est, ce n’est un secret pour personne que tous deux ont la réputation d’être les défenseurs inlassables, énergiques et hautement en vue de diverses causes et idées.

La lutte sans relâche de Bono pour que les pays industriels en fassent plus pour l’Afrique est bien documentée et connue de tous, et l’engagement affirmé de Sarkozy envers l’Afrique inclut sa demande en 2009 lors du sommet franco-africain que ce continent occupe un rôle plus proéminent sur la scène internationale dont une représentation accrue aux Nations Unies.

Cette affinité apparente - et le fait que Sarkozy est à la tête cette année des sommets du G8 et du G20, qui font de lui un puissant allié - explique pourquoi Bono lui a écrit une lettre en anglais publiée jeudi dernier dans le quotidien national Le Monde, dans laquelle il a demandé à Sarkozy de l’aide pour l’Afrique. Bono avait déjà rencontré Sarkozy lors du sommet du G8 en 2007 et s’était dit impressionné par sa volonté de rencontrer des militants. Le Président avait dit à Bono : “Je sais qu’il vous faut me torturer au sujet des problèmes africains et je sais qu’il vous faut alerter le monde.” Et c’est exactement ce qu’a fait la lettre de Bono.

Bono veut de l’action sur trois problèmes. L’initiative gouvernance et "Publish What You Pay" (publiez ce que vous payez) qui cherche à forcer les multinationales à déclarer les sommes qu’elles paient aux officiels africains, pour les vaccins et médicaments qui aident la population africaine à éradiquer la maladie et le développement d’une agriculture durable. Sa lettre était amicale et constructive.

Et Sarkozy a-t-il répondu ? Oui, dimanche, en français, des extraits ont été publiés dans Le Figaro, à l’heure où j’écris, rien dans Le Monde (NDLT : et l’intégralité sur le site officiel de l’Elysée. Il a annoncé son intention de demander aux pays membres de l’Union européenne d’imposer le "Publish What You Pay" aux entreprises du secteur extractif présentes en Afrique "dès que possible" et est en total accord avec Bono sur le besoin de beaucoup plus de transparence sur ce sujet.

Il a également affirmé que la France organiserait une conférence d’experts mondiaux sur ce même sujet à Paris au mois de mars.

Les réactions à cet échange dans les liens commentés vont de la prudence au cynisme franc, bien que quelques commentateurs soient heureux de ce dialogue en cours et le considèrent comme un geste positif. La personne la plus excédée dans ces commentaires est un Français, livide que la langue anglaise soit tolérée dans Le Monde. Il a qualifié cela de "d’idolâtrie snobe de la langue anglaise" et voulait savoir quand Le Monde aurait l’intention de publier en italien, allemand, espagnol ou bien encore chinois. Dans les réactions publiées par Le Figaro en ligne, un commentaire très anti-américain voulait savoir quand Bono allait demander à Obama de se retirer d’Afghanistan et son auteur se demandait également "comment était-il possible qu’un Américain ose donner des leçons de morale au sujet de la paix dans le monde." Un autre commentaire lui rappelait gentiment que Bono était, en fait, irlandais.

Bono a déjà embarqué par le passé le secrétaire d’Etat américain au Trésor, Paul H. O’Neill dans une tournée de quatre pays d’Afrique, il est parvenu à enrôler des entreprises telles que American Express, Apple, Converse, Motorola, Microsoft, Dell, The Gap et Giorgio Armani pour sa ligne au logo Product (Red), dont les bénéfices vont au Fonds mondial et il a de nombreuses sources d’aide parmi les politiques et associations engagées envers l’Afrique.

Parviendra-t-il a convaincre également Nicolas Sarkozy de monter à bord ?

Notez cet article (de 1 à 5)

Partagez cet article


Voir en ligne : Digital Journal

Toutes les versions de cet article : [English] [français]


Portfolio


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 34

Derniers posts

Instagram widget

go-top