Quel est le point commun entre War, Pop, No Line On The Horizon et le Zoo (...) - U2 France
Accueil / Discographie / Albums / Quel est le point commun entre War, Pop, No Line On The Horizon et le Zoo (...)

Quel est le point commun entre War, Pop, No Line On The Horizon et le Zoo Tv Tour ?

jeudi 1er mars 2012 / par Pauline / Tags:

Ils ont tous les quatre choisi la semaine de la fin février-début mars pour fêter leur anniversaire. Le 27 février c’était les 3 ans de No Line On The Horizon, le lendemain War soufflait sa 29è bougie, puis vînt le tour du Zoo Tv Tour qui débuta le 29 février 1992 ; quant à Pop il fêtera son 15e anniversaire le 3 mars. No Line On The Horizon fera très prochainement l’objet d’un article, aujourd’hui nous nous limiterons à évoquer un élément précis et commun à War, Pop et le Zoo Tv : l’aspect visuel et fort chez U2.

JPEG - 70.3 ko

Auteur : Pauline

War, ou comment faire une pochette symbolique

La pochette de l’album War c’est tout d’abord un mot, un mot fort et écrit en grosse lettres rouges. Ce mot ’guerre’ en titre d’album et avec une telle écriture ne peut qu’attirer l’attention. La pochette c’est ensuite la photographie de Ian Finlay, celle de cet enfant de huit ans dont personne n’a oublié le regard mécontent et accusateur qui fixe quiconque le regardant et que l’on a presque du mal à soutenir tellement il nous met au défi. Impossible de passer devant une telle pochette sans la remarquer.

Elle est la pochette d’album de U2 la plus tape-à-l’œil en étant la sobre avec son image en noir et blanc, à la différence par exemple de Pop qui sera elle aussi facilement remarquée mais pour ses couleurs vives. La pochette de War est peut-être la plus efficace de toutes celles des albums de U2 parce qu’elle est celle que le public, même chez les non-fans, n’a pas oublié. Comment pourrait-on oublier ce regard de Peter Rowen que nous avions laissé en enfant paisible et doux sur la pochette de Boy trois ans plus tôt ?

Depuis l’album Boy (sorti en 1980) l’enfant, représentant U2 lui-même qui n’avait alors que 20 ans, a découvert le monde et sa violence quotidienne. Le visage insouciant de l’enfant a alors fait place à un visage qui s’est endurci. Cette pochette paraissant simpliste au premier abord se trouve être en réalité très réfléchie. Reprendre le même enfant, le faire poser dans la même position, le photographier en noir et blanc mais à un détail près : changer son regard. Et c’est ce regard qui a fait toute la différence en illustrant si bien le mot ’WAR’ et l’album qui l’accompagne.

Le Zoo Tv Tour : une mise en scène ironique

JPEG - 19.8 ko

La tournée Zoo Tv se voulait une réponse aux critiques négatives qui décrivaient U2 comme des rocks stars très sérieuses. Bono s’est ainsi amusé à jouer la carte de l’ironie en endossant sur scène les costumes de trois personnages caricaturaux. Il n’y eut pas un seul concert où Bono est apparu en « Bono », c’est-à-dire dépourvu de ses accoutrements.

Le premier de ces personnages à apparaître est The Fly, qui donnera ensuite naissance à la chanson du même nom. Tout de cuir noir vêtu (l’habit rouge n’ayant servi qu’à un concert) et arborant de grosses lunettes rondes ’de mouche’, The Fly est le stéréotype de la rock star-sexy, imbue de sa personne et aimant être sous les projecteurs. Bono s’est inspiré d’un livre de Jenny Holgen composé d’aphorismes pour créer ses propres truismes (tels que « l’ambition ronge les ongles du succès », « un ami est quelqu’un qui vous laisse l’aider », « tout artiste est un cannibale ») et créer le personnage de The Fly qui joue sans cesse avec les caméras pendant les concerts.

Le deuxième personnage fut spécialement conçu pour continent américain, il s’agit de Mirror Ball Man. Il est la combinaison de deux stéréotypes américains : le télé-évangéliste (ces prêtes qui disent la bonne parole à la télévision américaine) et le cowboy. Le côté cowboy du personnage transparaît dans son costume gris argenté avec un chapeau de cowboy. Sa facette télé-évangéliste n’est visuellement pas visible, elle se trouve dans les propos et actions de Mirror Ball Man qui n’est autre qu’un business man empruntant les paroles des télé-évangélistes. Pour Bono, Mirror Ball Man est une forme de représentation du diable.

Dernier des personnages et pas des moindres, MacPhisto. En réalité MacPhisto est un mélange de Mirror Ball Man et de The Fly : il prend à Mirror Ball Man son aspect maléfique, qui se retrouvera cette fois très nettement dans le costume du personnage, et à The Fly le fait d’être une rock star. A la différence de The Fly, MacPhisto est une rock star déchue, oubliée avec le temps qui s’est écoulé. Une nouvelle fois Bono s’est inspiré d’un livre pour concevoir son personnage : Tactique du Diable de C.S. Lewis (l’auteur des Chroniques de Narnia). Ce roman met en scène Screwtape, un vieux démon, qui apprend à un démon novice à devenir maléfique. Pendant les concerts MacPhisto avait pour habituer de téléphoner à des personnalités ou encore commander 1000 pizzas, voire même d’appeler un taxi... et partir !

En lire plus sur ce sujet : le Zoo Tv Tour et les looks de Bono dans nos ressources.

Pop(Mart) et le rapport au Pop Art

JPEG - 49.6 ko

Illustration ’Pop et le Pop Art’, réalisée par The Fly pur U2France

Le Pop Art est un courant artistique des années 60’, rendu célèbre notamment par Andy Warhol, Roy Lichtenstein ou encore Jasper Johns. L’idée du Pop Art était de questionner sur la consommation de masse en traitant ce sujet de façon visuellement agressive.

Pour la pochette de l’album de Pop l’influence du Pop Art est présente : les portraits des quatre membres du groupe sont en couleurs primaires, sur fond de gris métallique, et juxtaposés. Avec le packaging de leur album U2 semble alors avoir trouvé ce qui serait le thème de la tournée promouvant Pop : des concerts sous le signe du Pop Art.

Le sujet de la société de consommation est repris à travers une satire des supermarchés, visible notamment durant la chanson Even Better Than The Real Thing où était diffusée l’animation d’un singe se transformant progressivement en homme pour terminer un caddie en main. Le signe le plus flagrant de cette dérision grâce au style Pop Art est le nom de la tournée lui-même : PopMart n’est autre qu’une mélange des termes ’Pop Art’ et ’K-Mart’, une chaîne de supermarchés américains où U2 s’était même amusé à faire un concert promotionnel pour leur album.

La mise en scène de la tournée resta fidèle au courant du Pop Art. Des œuvres d’Andy Warhol, de la boîte de conserve aux Marilyn, étaient projetées sur l’écran durant Hold Me, Thrill Me, Kiss Me, Kill Me. Des peintures de l’artiste Keith Haring furent également utilisées en tant qu’animation vidéo pour One, ainsi que les comics de Roy Lichtenstein pendant Bullet The Blue Sky. Et lorsque l’on regarde la scène du PopMart, elle n’est pas sans rappeler les constructions architecturales invraisemblables de Claes Oldenburg...

En lire plus sur ce sujet : l’album Pop et le PopMart Tour dans nos ressources.

Notez cet article (de 1 à 5)

Partagez cet article


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 82

Derniers posts

Instagram widget

go-top