U2 France
Accueil / Industrie / Ray Charles, Steven Spielberg et Bono : regard sur l’album photo personnel (...)

Ray Charles, Steven Spielberg et Bono : regard sur l’album photo personnel de Quincy Jones

dimanche 12 février 2012 / par Corinne/Dead / Tags:

L’homme qui détient le record de nominations aux Grammys, à ce jour, partage avec THR quelques unes de ses photos préférées avec ses vedettes d’amis et se souvient de cette époque débridée qui a bouleversé l’histoire de la musique.

JPEG - 45.1 ko

Quincy Jones entre Bono et Bob Geldof

C’est une chose que de détenir la récompense pour avoir produit le plus gros album que la planète ait jamais porté (Thriller) et son plus gros single ("We Are the World") de tous les temps — ça en est une autre que d’entrer dans l’histoire de la galaxie. Et personne sur terre ne peut toucher Quincy Jones. Non, ce n’est pas une plaisanterie : son air de 2008 "Walking in Space" était la mélodie du réveil à bord de la navette spatiale Atlantis. Ceci s’est passé 45 ans après que Jones, aujourd’hui âgé de 78 ans, ait remporté sa première statuette gramophone pour avoir arrangé le célébrissime morceau de Count Basie, "I Can’t Stop Loving You".

Depuis, les Grammies ont été incapables de cesser d’aimer l’homme que Sinatra avait surnommé Q : il a été nommé pas moins de 79 fois, un record inégalé depuis la création de ce trophée de l’industrie musicale et en a remporté 27 ! Ses photos personnelles lui rappellent tout cela, des big bands aux bebop en passant par les ados de la pop, le hip-hop, de son pote d’enfance Ray Charles en passant par Paul McCartney jusqu’à Heavy D.

"C’est étonnant le pouvoir qu’exerce la photographie, ne trouvez-vous pas ?", d’interroger Q, qui travaille au lancement des Asian Grammys (grammys asiatiques) en tant que président du conseil d’administration de l’Asia Academy of Music Arts & Sciences (Académie asiatique des arts et des sciences). Et d’ajouter pour Hollywood Reporter : "Elle saisit l’instant tel qu’il était."

[…]

Rencontre avec le Pape

"Là c’est Bono [à gauche], moi et Bob Geldof qui faisons la fête après avoir rencontré le Pape Jean Paul II en 1999 et obtenu 27 milliards de dollars d’annulation de la dette au profit du Mozambique, de la Bolivie et de la Côte d’Ivoire. Quand on rencontre ce gars, il faut lui baiser la main. J’ai baissé la tête et vu qu’il portait des chaussures avec des embouts bordeaux et des chaussettes à rayures fauves, man. Lorsque la photo a été prise, je venais à peine de dire : ’Le Pape porte des chaussures de proxénète, man !’ C’était bizarre parce que dix ans plus tôt, le Vatican m’avait envoyé des poèmes à mettre en musique, pour faire un album avec lui, [et je ne l’ai jamais fait] et je culpabilisai vraiment et espérai qu’il ne s’en souviendrait pas. Bono a dit au Pape, ’Quincy me dit que vous portez d’adorables mocassins.’ "

Un prix et une bague de la part de Sinatra

"Frank m’a remis le Scopus Award [le prix de l’humanitaire international] au nom de l’Hebrew University (l’université hébraïque) à Jérusalem en 1991. Soit il vous aimait, soit il vous renversait avec un gros camion." Mais Sinatra adorait Jones, et ce sentiment était mutuel. "J’adorai ce gars. Notre première rencontre remonte à 1958. Il avait invité mon orchestre de 55 instruments à l’accompagner pour un gala de charité organisé par Grace Kelly au Sporting Club de Monaco. Il m’avait dit : ’Koo-koo, beau boulot fiston’ et je n’ai plus entendu parler de lui jusqu’en 1964. Il m’a appelé par téléphone et a dit : ’Hey, Q’ — c’était le première fois qu’on m’appelait ainsi — ’c’est Francis. Je viens d’entendre le disque que tu as fait avec Basie, "Fly Me to the Moon." J’aime ce que tu en as fait : BOP-de-bopbopbop.’ Au départ, c’était une valse et j’en ai fait un 4/4 temps." C’est ainsi que Jones l’arrangea pour Count Basie et Sinatra. "Quel gars ! Comme s’il vivait sur une autre planète", de confier Jones. En 1969, cette chanson était jouée par les astronautes d’Apollo 11 qui avaient atterri sur la lune. "Nous n’avons jamais signé aucun contrat,, juste une poignée de mains, de 1964 jusqu’à sa mort en 1998. Tina [la fille de Sinatra] m’a fait cadeau de l’une de ses bagues qu’il avait portée pendant 40 ans avec les armoiries de sa famille."


Partagez cet article


Voir en ligne : The Hollywood Reporter

Toutes les versions de cet article : [English] [français]


Nous Contacter

Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france

Derniers posts

Instagram widget

  • #u2 www.u2france.com
  • www.u2france.com
  • #adam #u2 www.u2france.com
  • #TheEge #u2 www.u2france.com
  • #bono #u2 www.u2france.com
  • #larry #u2 www.u2france.com
  • #u2 www.u2france.com
  • Le nouveau s'appelle Songs Of Innocence toutes les infos sur www.u2france.com
  • #TheEge #u2
go-top