’Si nous ne trouvons pas une raison valable pour sortir un nouvel album, (...) - U2 France
Accueil / Discographie / What’s next / ’Si nous ne trouvons pas une raison valable pour sortir un nouvel album, (...)

’Si nous ne trouvons pas une raison valable pour sortir un nouvel album, autant aller nous faire voir’ (fin)

dimanche 30 octobre 2011 / par Corine/Dead / Tags:
JPEG - 35.1 ko

Bono, le chanteur leader de la formation rock irlandaise U2, à sa sortie du Covent Garden Hotel où une soirée était organisée le 26 octobre 2011 - Photo : Bauer Griffin)

par BRIAN BOYD

"Dans la perspective de Danny Lanois, nous étions des âmes sœurs dans le domaine des racines de la musique", de poursuivre The Edge. "Il aimait particulièrement le sentiment naturel de notre musique, le matériel qui avait donné naissance à The Unforgettable Fire et à The Joshua Tree . Mais personne ne savait comment fabriquer les pièces du nouveau matériel que nous avions pour l’introduire dans les chansons de U2. Les deux premières semaines ont été cauchemardesques. Tout ce à quoi nous nous essayions foirait inévitablement. Au point d’en arriver à perdre la confiance que nous avions les uns envers les autres... et c’était à un dilemme évident.

Nous avions deux options : l’une était de voir si U2 serait en mesure d’absorber du nouveau matériel et de le faire sien ou s’il était un groupe inflexible, incapable d’élasticité. L’autre était de tout balancer, de recommencer et d’élargir l’équipe eu d’intégrer d’autres musiciens."

Le groupe était confronté à des décisions cruciales extrêmement difficiles à prendre notamment sur le fait qu’il devait continuer à se débattre en studio ou simplement tout annuler. C’est alors qu’est arrivé un deus ex machina sous la forme d’un second pont (NDLT : terme musical) abandonné issu d’une chanson intitulée Sick Puppy (plus tard rebaptisée Mysterious Ways ). Ce pont faisait partie de l’intro pour une nouvelle chanson, One. "Dès que One a pénétré dans la pièce, elle a tout stabilisé", d’expliquer Bono. "En quelque sorte, tout le monde a rendu les armes après cela. Et en nous abandonnant, nous sommes venus à bout du dos d’âne."

Avec une chanson pour ancrer l’album, le groupe rentrait à Dublin en décembre et achevait son album dans une maison louée à Dalkey, au sud du comté de Dublin.

Sorti en 1991, et salué unanimement par la critique comme une réinvention finale, Achtung Baby s’est vendu à plus de 20 millions d’exemplaires. Il demeure l’album le plus important de la longue carrière de U2 et la tournée qui en a résulté, Zoo TV, a changé à tout jamais la façon de concevoir, de présenter et d’expérimenter la musique rock en live.

A présent, il fait nuit dehors à Toronto, et cette interview qui a démarré sous le soleil a largement empiété sur le temps. Il reste encore une chose. Cela peut bien être interprété comme un crime de lèse majesté mais je me lance : une interprétation possible de ce film, Bono, est que, sans The Edge, vous seriez encore au Baggot Inn. "C’est certain", acquiesce-t-il de la tête.

"C’est une très belle remarque", de renchérir The Edge. "Mais je ne pense pas que ce soit vrai. C’est symbiotique. Je ne serais pas capable de faire ce que je fais sans Bono, et je pense que c’est réciproque. C’est lui qui me rend grand et je l’aide à l’être."

Avant qu’ils ne s’aventurent sur le territoire du meilleur ami, je dévie la conversation. Bono souligne : "Appartenir à U2 c’est comme être membre du clergé. Il n’y a qu’une issue possible et c’est dans un cercueil."

Achtung Baby ressort en France demain, lundi 31 octobre et sera disponible en 5 formats, dont une édition remasterisée et une comprenant 6 CDs, 4 DVDs incluant le film From the Sky Down (NDLT : l’édition uber deluxe à gagner sur notre site).

La ligne d’horizon de Bono

Le plus récent album de U2, No Line on the Horizon, a été largement qualifié de "peu vendu". Mais Bono ne voit pas les choses de la même façon. "Nous ne sommes pas loin des 5 millions d’exemplaires vendus pour No Line on the Horizon , et de nos jours cela revient à l’équivalent de 12 millions vendus", explique-t-il faisant référence à la période pré Napster et téléchargement illégal.

"En fait, on peut parfaitement baser les chiffres là-dessus. Aussi, l’on peut considérer qu’il a fait les mêmes ventes que All That You Can’t Leave Behind [album tube du groupe sorti en 2000]. Et ce bien que No Line n’ait ni Beautiful Day ni Stuck in a Moment. Pas de chanson pop sur No Line, mais malgré tout il s’est vendu à un nombre équivalent. Son succès est d’autant plus étonnant que c’est une œuvre plutôt compliqué ne comprenant aucune chanson pop.

"Les gens disent que Get on Your Boots n’était pas le bon single à sortir pour sa promotion, mais il est génial en live. Malheureusement, dans les quelques semaines qui ont précédé la touche finale de l’album, nous manquions d’objectivité. Nous avons pensé à Get on Your Boots, plus tard, lorsque nous étions en tournée et c’est devenu une bien meilleure chanson.

"Je pense que Unknown Caller est un standard, tout comme Moment of Surrender et la version en live de Get on Your Boots."

Retour vers le futur

’Le format appli. nous renvoie au monde des double pochettes des vinyles.’

Avec le recul sur le traumatisme occasionné par la mise au point de Achtung Baby et de nouveaux son et identité forgés, Bono précise : "En fait, c’est pire pour nous aujourd’hui que ça l’a été à l’époque de se rendre à Berlin."

Il met de côté d’un haussement d’épaules le fait que son groupe ait engrangé dernièrement la plus grosse recette de tous les temps des tournées de musique populaire et s’interroge sur la pertinence éventuelle de U2. "Nous sommes capables d’avoir du succès et de jouer de la bonne musique et ce dans de grands endroits. Reste à savoir si nous serons en mesure de jouer pour les petites enceintes radio ou dans les clubs ou quel que soit l’endroit où vivent les gens dans l’immédiat, et il nous faut retourner vers cette cible si nous voulons survivre.

"Il y a tant d’albums de U2 en circulation. Nous avons besoin d’une bonne raison pour en faire un nouveau. Nous ne sommes pas un groupe d’art et essai et c’est là tout l’intérêt de faire partie de U2. Notre boulot, tel que nous l’envisageons, est d’apporter l’art et essai à la tendance ; notre boulot est de décontenancer la tendance."

Plus tôt, il utilisait un iPad sur lequel figuraient les chansons et vidéos d’Achtung Baby. "C’est probablement à ça que ressemblera notre prochain album. Ça fait 4 ans que j’en parle.

"Notre dernier opus était le premier à être disponible avec une appli. BlackBerry, mais ça n’a pas marché : cette fonctionnalité n’était pas ce qu’elle aurait dû être. De nouveaux formats vont débarquer. je ne cesse de le clamer à qui veut bien l’entendre. Le format appli. nous renvoie au monde des double pochettes des vinyles, à la possibilité de lire le textes et – à présent de pouvoir jouer et écouter un album chez soi sur un écran plasma TV."

Notez cet article (de 1 à 5)

Partagez cet article


Voir en ligne : The Irish Times :

Toutes les versions de cet article : [English] [français] [français]


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 62

Derniers posts

Instagram widget

go-top