U2, y perdurer encore et toujours - U2 France

U2, y perdurer encore et toujours

mardi 28 février 2012 / par Pauline / Tags:

Auteur : Pauline

Une araignée a élu domicile sur ma box Achtung Baby. Passé le délicat moment d’ôter la vie à cette petite bête sans salir la box – tâche hautement périlleuse car sans droit à l’erreur - , je me suis interrogée sur la dernière fois où j’ai mis le nez dans mon étagère U2esque pour qu’elle ait autant pris la poussière.

Grâce à Gil Grissom et à ses savants raisonnements et calculs, il est apparu qu’aucun des DVD, CD et livres sur U2 n’ont été utilisés depuis une période allant de quatre à cinq mois. M’estimant une fan bien fan, cette donnée m’a étonnée. Loin de moi l’idée de remettre en question le résultat de l’Expert, j’ai tout de même préféré vérifier à l’aide de mon iTunes et sa fonction de classement par date d’écoute pour un artiste spécifique.

Verdict : mes dernières écoutes de U2 sont Your Blue Room et Miss Sarajevo le 20 février. Ensuite cela remonte au 7 février pour Oh Berlin, puis au 21 janvier pour une demi-douzaine de titres parmi lesquels Spanish Eyes et Tomorrow, et pour terminer quelques chansons de Pop et d’How To Dismantle An Atomic Bomb le 5 janvier. En ce début d’année 2012 je n’ai donc fait qu’une quinzaine d’écoutes de U2... Grissom doit alors avoir raison.

Suis-je devenue une fan en fin de vie qui s’éloigne progressivement de la musique de U2 ? Non. Comment je le sais ? Mes rares écoutes de U2 sont toujours intenses. Elles le sont peut-être même davantage du fait de moins écouter le groupe. Il y a beaucoup de plaisir à retrouver, après une période moins intense, quelque chose qu’on a tant aimé. On se souvient alors des raisons (parfois inexplicables) qui font qu’on l’apprécie autant. Ce sentiment je l’ai eu en voyant par hasard une énième diffusion du documentaire de Direct Star sur U2 il y a quelques jours et un extrait - trop court - de la prestation de U2 au festival de Glastonbury.

Mais alors comment expliquer la présence de la bête à huit pattes, pour qui mon manque de mouvement sur l’étagère aura été fatal ? Première hypothèse : les grosses gelées récentes l’ont incité à visiter l’intérieur et elle a trouvé très amusant de tisser sa toile sur un objet qui n’est pas donné. Seconde hypothèse : après ces trois dernières années très intenses, j’ai profité du calme de la période d’attente du prochain album pour décrocher un peu et explorer de nouveaux horizons. Même si la première hypothèse est probable, la dernière est la plus à retenir.

Au programme des actualités du groupe nous avons les voyages de Bono en Amérique Latine et les affaires judiciaires de Lord Clayton... Nous avons connu plus trépidant en matière de news. Malheureusement pour nous c’est le passage obligé entre la fin d’une tournée et l’annonce de sortie d’un album : un désert d’actualité où les membres de U2 en profitent pour vaquer à leurs diverses occupations personnelles. Non pas qu’elles soient forcément inintéressantes, elles ne sont simplement pas ce que nous attendons prioritairement en tant que fan de la musique de U2.

Et pourtant, nous sommes toujours là. Aussi bien les visiteurs lambda qui n’ont rien à se mettre sous la dent que les administrateurs des sites qui n’ont rien à faire. Détour chez les voisins où je constate qu’ils sont dans le même état que nous, à n’avoir rien de spécial à dire dans leurs actualités. Achtung me confie s’ennuyer tandis que je dois me rabattre sur Facebook pour avoir une preuve de vie de Sucking. C’est le calme plat partout.

Voilà donc à quoi j’en suis réduite : à faire un papier qui dit qu’il n’y a rien à dire. Mais vous le lisez tout de même, parce que vous guettez la moindre information de votre groupe favori ou simplement pour « garder le contact avec U2  » en attendant qu’ils refassent parler d’eux.

U2, y perdurer encore et toujours. Même quand des tarifs astronomiques nous hérissent les poils, même quand le groupe nous fait tourner en bourrique avec son prochain album presque prêt mais qui n’arrive jamais, même quand ils choisissent de faire de Crazy Tonight un single, même quand il n’y a rien de croustillant dans leur actualité.

Il est régulièrement mis sur la table le débat : « être fan est-il d’aimer tout ce que fait U2 ? », ; débat qui range dès lors ceux qui critiquent dans le rayon des faux-fans. Après rédaction de ce billet j’en viens à penser qu’être fan n’a rien à voir avec cela. Etre fan est peut-être simplement être patient et continuer de suivre le groupe envers et contre tout, même envers ce qui a tendance à nous déplaire chez lui et même quand il est absent. "Y perdurer encore et toujours".

Finalement, ce billet dit peut-être quelque chose.

Notez cet article (de 1 à 5)

Partagez cet article


Merci à Grissom de s’être déplacé.


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 46

Derniers posts

Instagram widget

go-top