Vie gâchée - Apparition d’un Bono - U2 France

Vie gâchée - Apparition d’un Bono

dimanche 12 février 2012 / par Corine/Dead / Tags:

par Moe Bishop

JPEG - 36.8 ko


La nouvelle selon laquelle les actions de Bono, le chanteur leader de la formation rock irlandaise U2, dans Facebook l’avaient enrichi de 800 millions de dollars m’a remis en mémoire un tragique accident survenu il y a de cela deux décennies. Le 16 janvier 1996, la police jamaïcaine avait tenté mais échoué d’abattre un avion transportant Jimmy Buffett, le fondateur d’Island Records Chris Blackwell, et Bono, dont le sang mêlé aurait pu satisfaire les fantômes affamés de Buddy Holly, Ritchie Valens, et le Big Bopper. Hélas, les tireurs comprirent leur erreur après avoir tiré des centaines de cartouches contre l’avion et Bono, Buffett et Blackwell sont aujourd’hui bien en vie et riches.


Ces Jamaïcains étaient de piètres tireurs mais de bons critiques musicaux. Le premier single de U2, Three, était de la pop inoffensive dans la veine des Boomtown Rats, mais pour le second, I Will Follow, le groupe avait dépouillé Public Image Ltd. C’était là une bonne chose pour sa carrière. Il s’avéra que remplacer le pseudonyme d’un Johnny Rotten dégoûté de lui-même par un Bono Vox assuré, le spleen anticlérical de PiL par le christianisme renaissant de U2 et échanger le arrêter de penser par le commencer à pleurer, oh pourquoi, le résultat sonnait génial dans le studio d’enregistrement. Échanger honte contre fierté, dote contre foi, et vous voilà l’auteur d’une piscine (NDLT : comprendre avec des recettes qui vous permettront de vous acheter une piscine), ou quel que soit l’équivalent de la piscine pour les Irlandais, probablement des toilettes avec chasse d’eau.


Il y a deux ans de cela, Rotten avait affirmé au Daily Star que U2 était un groupe qui n’aurait jamais dû exister, qu’il n’y avait aucune expérience vécue dans ses chansons. Les fans ne suivent pas un groupe pour son expérience vécue, mais pour un sentiment de vertu irréfléchie, probablement la raison pour laquelle votre église locale vous offre un U2charist (NDLT : sur le modèle de l’eucharistie). Avez-vous entendu la bonne parole ?


Bono vit pour les louanges. Chaque fois qu’un documentaire ou une émission spéciale est faite, il est là, à faire l’éloge du sujet. Il a été impatient de s’associer avec le Livre des psaumes, Jésus, Bob Marley, Suicide, Bruce Springsteen, Bob Dylan, Kurt Cobain, the Pixies, R.E.M., Joy Division, the Clash, Leonard Cohen, Quincy Jones, Billy Graham, B.B. King, Elvis Presley, Charles Bukowski, Paul McCartney, Morrissey, Mick Jagger, Kylie Minogue, the Pretenders, Roy Orbison, Frank Sinatra, David Bowie, Tony Bennett, en résumé avec quiconque ou quoi que ce soit qui bouge à qui ça ne rapporte rien d’être associé. Le tout jeune quartet du nom du Velvet Underground avait assuré la première partie de U2 en 1993, et ils n’ont pas vraiment eu de retour de faveur puisqu’après ça, ils n’ont plus jamais joué ensemble. Les Pixies, qui avaient eux aussi prêté leur attitude cool en assurant la première partie de la tournée Zoo TV en 1992, a aussitôt splité après cette tournée.


Même lorsqu’il se veut critique, Bono ne tarit pas d’éloges. Il a tenté d’insulter les chanteur de Coldplay, Chris Martin dans une interview en 2009 accordée à la BBC , le qualifiant de branleur mais en ajoutant aussitôt de manière compulsive que Martin avait un grand sens de la mélodie à l’égal de Ray Davies, Noel Gallagher et Paul McCartney. Prends ça, espèce de branleur !


Pour être juste, Bono est un homme de principe. Il est opposé à la misère, au sida, ce qu’il a prouvé en faisant chanter sa foutue chanson par les plus défavorisées d’Afrique face au secrétaire d’état du trésor américain, Paul O’Neill. Son groupe a embrassé le détachement par l’ironie et le post modernisme en 1991 avec son Achtung Baby, ce qu’il a prouvé lorsque sa maison de disques a poursuivi Negativland pour son single parodie. dernièrement, ce saint des derniers jours a posé au côté de Glenn Beck, dont les critiques acerbes pour Spider-Man : Turn Off the Dark avaient sincèrement réchauffé le cœur de Bono, non pas pour lui mais pour toutes ces personnes qui avaient bossé si dur (c’est-à-dire, qui étaient mortes ?) pour ce spectacle.



Lorsque Bono a remis un trophée ou un autre truc à Patti Smith en 1997, il avait alors qualifié la chanteuse de “sœur, amante et mère.” La Commandeur des Arts et des Lettres lui avait sagement rétorqué : “Je ne suis pas ta mère, Bono. Fais ton sale boulot toi-même. Va te faire voir.” Ça serait sympa de savoir ce qu’aurait répondu Elvis

Notez cet article (de 1 à 5)

Partagez cet article


Voir en ligne : Vice

Toutes les versions de cet article : [English] [français]


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 60

Derniers posts

Instagram widget

go-top