U2 France
Accueil / Caritatif / Walk On et Aung San Suu Kyi, l’histoire d’une vie en chanson

Walk On et Aung San Suu Kyi, l’histoire d’une vie en chanson

dimanche 15 avril 2012 / par Pauline / Tags:

Ceux d’entre vous qui ont suivi l’actualité internationale la semaine dernière comprendrons que cet article n’est pas le fruit du hasard. Ce 1er avril - et ce n’était pas un poisson comme nous aurions pu le croire il y a encore deux ans – Aung San Suu Kyi a remporté haut la main un siège de député dans son pays natal qu’est la Birmanie. Fans de U2 vous connaissez forcément cette femme même si son nom ne vous dit rien : elle est le cœur Walk On, une chanson de U2 qui fait écho à l’histoire de cette grande dame.

JPEG - 42.3 ko

Aung San Suu Kyi (Photo : ©Christophe Lovigny - Abaca)

Auteur : Pauline

La Dame de Rangoun

Aung San Suu Kyi est née le 19 juin 1945 à Rangoun, en Birmanie. La situation politique de son pays et l’engagement de ses deux parents marquèrent Aung San Suu Kyi et firent d’elle une femme proche des problèmes de la Birmanie, qui finira à son tour par œuvrer pour améliorer la situation du peuple birman.

Son père n’était autre que le général qui négocia l’indépendance de la Birmanie et qui le paiera de sa vie quelques mois avant la proclamation de l’indépendance du pays en 1947. La mère d’Aung San Suu Kyi était quant à elle ambassadrice de la Birmanie en Inde dans les années 60’, après plusieurs années passées à se faire une place en politique.

Néanmoins Aung San Suu Kyi ne s’engagera en politique qu’à l’âge de 43 ans lorsqu’elle retourna dans son pays natal afin de s’occuper de sa mère malade. Avant cela elle vivait en Angleterre où elle fit ses études, se maria et eut deux enfants. A son retour en Birmanie en 1988 la situation du pays commença à changer : le parti socialiste, alors au pouvoir, perdit le contrôle du pays. La junte birmane (des militaires) prit dès lors le pouvoir et exerça une dictature qui réprimanda tout geste pro-démocratique. Suite à ce renversement politique Aung San Suu Kyi fonda la Ligue Nationale pour la Démocratie (LND), un parti politique prônant la démocratie et dont elle est encore aujourd’hui la secrétaire générale.

En 1988 Aung San Suu Kyi devient ainsi l’incarnation de la volonté d’une liberté politique qui est partagée par la majorité du peuple birman. Commence alors de nombreuses arrestations, détentions en prisons, et assignations à résidence d’Aung San Suu Kyi par la junte birmane qui ne supporte pas la position politique dangereuse représentée par celle qui est désormais nommée « la Dame de Rangoun ». En 2003 la junte birmane lança une tentative d’assassinat sur la personne d’Aung San Suu Kyi, tentative qui échoua de peu mais causa la mort de plusieurs partisans de la LND.

La résistance d’une femme face à répression

Au cours de ces vingt dernières années il a été très difficile pour Aung San Suu Kyi d’exercer son activité politique depuis sa résidence surveillée dont elle n’était pas autorisée à sortir. Son courage, son engagement et surtout sa détermination auront finalement raison de la junte birmane qui se retrouva à plusieurs reprises obligée d’organiser des élections voire à laisser sortir Aung San Suu Kyi – ce qui n’était que temporaire puisque le pouvoir trouvait toujours une raison de l’assigner à nouveau à résidence.

En 1990 la junte militaire fut contrainte, sous la pression exercée par les birmans, de faire des élections. Le parti d’Aung San Suu Kyi gagna aisément avec près de 59% des suffrages, ce qui attribua à la LND 392 des 492 sièges de l’assemblée et à Aung San Suu Kyi le rôle de premier ministre. Mais la junte ne l’entendant pas de cette oreilles, le résultat des élections fut purement et simplement annulé. Suite à cet événement les soutiens internationaux d’Aung San Suu Kyi ont commencé à se faire entendre ; un an plus tard Aung San Suu Kyi reçut le prix Nobel de la Paix.

Il faudra attendre novembre 2010 pour que de nouvelles élections législatives soient organisées mais la LND refusa d’y participer sachant pertinemment que les dés seraient pipés. En effet, le parti créé par la junte birmane aurait affiché une victoire leur permettant de s’attribuer 80% des sièges de l’assemblée. L’Europe et les Etats-Unis critiquèrent cette élection et renforcèrent par là même leur soutien à Aung San Suu Kyi ainsi qu’une pression internationale pesant de plus en plus sur la junte. Six jours plus tard le pouvoir birman leva l’assignation à résidence de la Dame de Rangoun. Cette liberté retrouvée pour Aung San Suu Kyi fut une première victoire pour la LND et pour le peuple birman qui était jusqu’à présent emprisonné s’il affichait son soutien au parti prônant la démocratie.

JPEG - 12.2 ko

En ce début d’avril 2012 ont eu lieu des élections législatives très attendues par les Birmans car elles représentaient les premières élections, depuis vingt ans, où la Ligue Nationale pour la Démocratie pouvait espérer obtenir des sièges de députés. Parmi les 45 circonscriptions concernées par cette élection (c’est-à-dire tout autant de sièges de députés à renouveler), la LND se présenta dans 44 d’entre elles. Le succès fut au rendez-vous pour le parti d’Aung San Suu Kyi avec un résultat à faire pâlir nos politiciens français : la LND remporta la majorité des voix dans 43 circonscriptions, soit 95% des sièges. Aung San Suu Kyi deviendra donc ce 23 avril 2012 députée de la chambre basse du Parlement Birman.

Malgré ce franc succès la victoire est à relativiser puisque l’élection ne portait que sur 45 sièges alors que le Parlement birman en compte 664. Mais il n’en reste pas moins une évolution positive pour la Birmanie qui peut enfin entrevoir plus de démocratie après vingt quatre ans de dictature et peut rêver à un nouveau succès pour les prochaines élections qui auront lieu en 2015. Comme l’a déclaré Aung San Suu Kyi, c’est peut-être « l’aube d’une ère nouvelle ».

Image ci-dessus : une birmane arborant sur son visage le drapeau du parti d’Aung San Suu Kyi lors des élections d’avril 2012. ©Pyay Kyaw Myint

Quand des rockeurs irlandais croisent la route d’une vie poignante

U2 ne connaissait pas l’histoire d’Aung San Suu Kyi avant d’assister au Fredom Of Dublin City le 18 mars 2000, une cérémonie honorant des personnalités et des citoyens pour leurs actions héroïques. Ce jour-là les quatre membre de U2 ainsi qu’Aung San Suu Kyi reçoivent le Freedom of Dublin City. La Dame de Rangoun étant absente à cause de son assignation à résidence, son histoire pique la curiosité des rockeurs irlandais qui vont dès lors se renseigner sur elle.

Bono sera instantanément touché par la vie d’Aung San Suu Kyi, aussi bien pour son dévouement envers son pays que le choix qu’elle dut faire de renoncer à voir son mari et ses deux fils. Lorsqu’elle retourna en Birmanie en 1988, retour initialement provisoire puisqu’il s’agissait de s’occuper de sa mère, son mari et ses deux fils alors âgés de 11 et 15 ans restèrent en Angleterre. Mais le soudain changement de situation en Birmanie poussa Aung San Suu Kyi à prolonger son séjour dans le but d’agir en faveur de la liberté du peuple, ce qui donna lieu à la création de la Ligue Nationale pour la Démocratie.

Aung San Suu Kyi n’avait certainement pas prévu qu’elle serait maintenue enfermée chez elle par la junte birmane et qu’elle serait ainsi séparée de la famille qu’elle avait fondée. Le pouvoir militaire a usé des conditions de séparation familiale d’Aung San Suu Kyi : en 1995 il la libère de sa détention et accepte de la laisser partir en Angleterre (puisque cela revenait pour la junte à avoir un puissant opposant de moins sur le territoire birman), mais ce voyage n’aurait été qu’un aller simple. Aung San Suu Kyi comprit que si elle partait revoir sa famille elle devrait abandonner son combat pour la démocratie en Birmanie car elle ne serait jamais autorisée à revenir. Elle choisit alors de rester dans son pays natal et ne revit jamais son mari, décédé en 1999.

Walk On : tout ce qu’Aung San Suu Kyi a laissé derrière elle

Selon Bono le choix fait par Aung San Suu Kyi est un des actes les plus courageux du XXè siècle. L’histoire de la Dame de Rangoun inspira tant Bono qu’elle devint le sujet de la chanson sur laquelle U2 bloquait pour terminer son album : Walk On.

Niall Stokes explique que « Bono a d’abord essayé d’écrire la chanson en adoptant le point de vue du mari et du fils : rêver de ce qu’aurait pu être leur vie commune, s’inquiéter de ne rien savoir d’elle, pas même si elle est toujours en vie. » Finalement Bono abandonna cette idée pour y préférer une chanson d’amour sur celle qui a laissé de côté sa relation amoureuse et familiale afin de se battre pour son pays.

JPEG - 4.7 ko

Bono dit de Walk On : « C’est une chanson sur la noblesse d’âme et le sacrifice personnel, sur ce qu’il est bien de faire, même si votre cœur vous dit le contraire. L’amour, au sens noble du terme, est la seule chose que vous pouvez toujours emmener avec vous, dans votre cœur. » Cette idée explique le logo de la tournée de l’album, l’Elevation Tour, qui représente une valise avec un cœur en son centre. Cœur qui donna ensuite au catwalk de la tournée sa forme (tout est soigneusement pensé chez U2 !)

Bono poursuit : « A la fin du morceau, il y a une litanie d’ambitions et d’achèvements (NDLA : vous pouvez lire les paroles et la traduction de Walk On dans nos ressources). C’est un bûcher de vanités et vous pouvez tout envoyer au feu. Quoi que vous désiriez plus fortement que l’amour, cela doit disparaître. C’est une bonne question à poser : quelles sont les choses que vous désirez encore plus que l’amour ? » Pour Aung San Suu Kyi la réponse semble être la liberté de son pays natal.

Walk On est ainsi en partie une chanson d’adieu à des êtres chers comme le sont comme les titres Kite et Stuck In A Moment (tous deux présents sur l’album All That You Can’t Leave Behind). Cet adieu d’Aung San Suu Kyi lorsqu’elle quitte Oxford pour la Birmanie a inspiré le thème de la pochette de l’album de U2 mais également des clips qui en sont issus : il s’agit de l’image récurrente de l’aéroport, lieu symbolisant le départ. La photographie de la couverture a été prise à l’aéroport Roissy-Charles De Gaulle, endroit où a été tourné le clip de Beautiful Day. Quant aux clips d’Elevation, Stuck In A Moment et Walk On (pour ces deux derniers dans leur version internationale), ils débutent tous par la vue d’un avion en plein ciel.

L’histoire d’Aung San Suu Kyi donna donc naissance à la chanson Walk On, qui donna elle-même naissance à l’artwork de l’album et de la tournée mais aussi au nom de l’album : ’All That You Can’t Leave Behind’, ’Tout ce que tu ne peux pas laisser derrière toi’ en français, est une phrase tirée de la chanson Walk On en écho à la décision d’Aung San Suu Kyi.


Partagez cet article


"Home… I can’t say where it is but I know I’m going home : that’s where the hurt is."

Toutes les versions de cet article : [English] [English] [français]


Nous Contacter

Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france

Derniers posts

Instagram widget

  • #u2 #time
  • 15000 fans sur notre page facebook https://www.facebook.com/U2France Merci, 15000 fois merci. #u2 #facebook www.u2france.com
  • #u2 www.u2france.com
  • www.u2france.com
  • #adam #u2 www.u2france.com
  • #TheEge #u2 www.u2france.com
  • #bono #u2 www.u2france.com
  • #larry #u2 www.u2france.com
  • #u2 www.u2france.com
go-top