’Zooropa’ de U2 a failli mettre un terme à la carrière du groupe, il y a vingt (...) - U2 France
Accueil / Discographie / Albums / Zooropa / ’Zooropa’ de U2 a failli mettre un terme à la carrière du groupe, il y a vingt (...)

’Zooropa’ de U2 a failli mettre un terme à la carrière du groupe, il y a vingt ans…

lundi 8 juillet 2013 / par Corine/Dead / Tags:

par Rob Harvilla

JPEG - 174.5 ko

U2 lors del’édition de 1993 des Brit Awards / Photo by Getty Images

En 1993, un 33 tours a lancé une ère tellement problématique que le groupe a passé l’intégralité de l’ère suivante à s’en excuser...

L’on sait que l’on est devenu un groupe de rock sérieux lorsque une phase entière de sa carrière est tellement problématique que l’on doit passer la suivante à s’en excuser. Alors commençons par la fin, si vous le voulez bien, c’est-à-dire par les excuses de U2, que nous pouvons dater de février 2002 et qui figurent sur la une du magazine Time avec cette manchette (tenez-vous bien) : "Bono peut-il sauver le monde ?" (Au fait, ça n’avait rien de sarcastique - puisque cela remonte à l’après 11 septembre et donc post-ironique.)

Avec cela, son retour sidérant était accompli : la sortie de All That You Can’t Leave Behind en 2000, un succès massif sur les bases du grandiose, une tournée de plus de cent dates avec pour point culminant une set lors de la mi-temps du Super Bowl de 2002 — un U2 qui n’a pas peur de jouer la carte du 11 septembre, avec un mur sur lequel défilent les noms des victimes et Bono exposant un blouson à la doublure à l’image du du drapeau américain — ce qui était un pic véritablement émouvant et cathartique de sa carrière. En fait, cette veste au drapeau américain ferait la couverture du Time. L’intro de ce papier : "Bono est un ego-maniaque." Sa citation qui allait devenir un mot d’ordre : "[Nous] rempilons pour le boulot. Quel boulot ? Celui de meilleur groupe au monde."

Mais pour mettre en scène un retour aussi féroce, il faut d’abord chuter. Ce qui nous amène à Zooropa ...

Samedi dernier, le huitième opus de U2 fêtait ses vingt ans. Ses parents ne lanceront pas des invits pour une fête luxueuse pas plus qu’ils ne lui paieront une Camaro. Non : ici commençaient les années bizarroïdes, les années ironiques, les années kitsch même pour lui, les années flirtant maladroitement avec la dance, les années sombres, et/ou les années craignos et si l’on r-observe ces gars comme des pommes de terre avec de la viande à la guitare à l’éloquence de Dieu. Originellement, Zooropa était un maxi pour combler le fossé entre deux parties de la tournée Zoo TV, mais comme beaucoup de trucs dans l’univers de U2, il ne cessait de grandir. Il ne s’agit pas de son album le plus méprisé — ce serait celui sorti en 1997 le remarquablement tapageur Pop — mais c’est sans conteste le plus bizarre. (La première minute quarante-cinq sans mot ni forme est en gros un Oneohtrix Point Never enregistré : des synthés hésitants, un piano plaintif, une triple VHS doublée de bavardages morbides.) Ce qui sonne totalement normal aujourd’hui montre combien il était étrangement en avance sur et hors de son temps. Comme nous le verrons, l’une des meilleures chansons rock de 2012 a dépouillé le premier single de masse de Zooropa. ce qui le rend encore plus bizarre.

Nous vous proposons de commencer par "Lemon", d’accord ? Okay. Les gens haïssent "Lemon." Peut-être bien que vous aussi. Peut-être que vous hurlez "SHE WO-AH LEMMMON" dans un son pétant dérisoire de falsetto à cet instant précis. Peut-être que le truc du type de Bono qui tond la pelouse dans la vidéo vous file encore de l’urticaire. Ou peut-être vous souvenez-vous de la tournée à demi désastreuse du groupe, PopMart, l’abime de cette ère abyssale, une "satire insensible à la commercialisation en la personnalisant sans raison" fiasco dans laquelle les éléments scéniques du groupe incluaient un miroir à facettes en forme de citron de 40 pieds de haut (plus de douze mètres) à bord duquel le groupe voyageait — sauf qu’à l’occasion, il tombait en panne et le groupe se retrouvait coincé à l’intérieur, ce qui est l’équivalent dans la vraie vie de cela et est une métaphore presque trop évidente pour être vraie. Si l’on devait bien se souvenir d’un truc à propos de Zooropa, ce serait cette chanson, et si c’est réellement la seule chose dont vous vous souvenez, alors c’est plus que vraisemblablement un souvenir désagréable.

"Lemon" a un peu plus de sens, pourtant, à présent que tout groupe sérieux de rock est obligé soit de co-opter pour la dance music ou être éclipsé par elle. C’est insipide d’une manière très courageuse, alors que "Numb" est drôle d’une manière très audacieuse et a bien mieux vieilli : ce serait le premier single précité rock radio trainant presque au ton de poème, "chanté" par the Edge dans une voix monotone narcotique, accompagnée d’un clip vidéo plus tolérable qui parodie gentiment toutes les "merdes" auxquelles the Edge a dû passer des décennies de son existence à s’en remettre, à partager un bus de tournée (et/ou un citron) avec un type indubitablement insupportable que le Time un jour suggérerait en mesure de sauver le monde. (Et oui, il y a les pulsions ronronnantes d’une basse reprises élégamment par Muse sur son atypiquement modéré "Madness.")

Zooropa possède un standard légitime conventionnel et propre à U2 : "Stay (Faraway, So Close !") une lente balade brûlante pleine de compassion dans la veine de "One"/"With or Without You" vénérées à l’époque — en fonction de votre taux d’alcoolémie, vous pourriez même vous convaincre qu’elle est du même niveau. La seconde partie de l’album traîne, mais eh, c’était relativement pareil pour The Joshua Tree. Les détracteurs professionnels de Bono devraient directement s’orienter vers "Some Days Are Better Than Others," qui ressemble à un truc débile en termes de paroles : "Some days are sleepy / Some days are sloppy / Some days you can’t stand the sight of a puppy." (Devinez un peu de quel genre de jour il s’agissait là ?) et, ah oui : tout ce tremblement s’achève par un Johnny Cash chantant une balade electro mièvre intitulée "The Wanderer," qui est monumentalement incongrue et un peu vive sur la séparation de l’église et de l’état — mais hey, elle bat le "Discothèque" de Pop.

Oui, vingt ans plus tard, Zooropa est un mauvais moment bizarre mieux compris comme un présage des rots qui suivaient, un mega groupe trempant le gros orteil dans les eaux troubles de l’art rock avant un plat magistral avec Pop et les mésaventures insensible, coûteuses et finances à plat suivant la tournée. (La partie "préjudiciable", au moins, est la faiblesse qui s’abat encore sur le groupe, même si la tournée à 360° est celle qui a récolté le plus de recettes dans l’histoire de la musique.) La retour conquérant dont parle Time suivrait bientôt. Mais il est dur de ne pas pleurer cette époque, à présent que le groupe s’est installé dans une phase de "ho-hum album simplement pour justifier une nouvelle tournée dépensière" qui pourrait ne jamais finir en fait, ni choquant ni particulièrement stimulant pour qui que ce soit. Marquez ce disque alors comme une célébration d’un temps où U2 était encore musicalement audacieux ; donnez à "Lemon" du crédit au moins pour être parvenu à vous traîner avec succès. C’est le son exaspérant, brouillon, quelque peu mal conseillé, à l’occasion inspiré de très célèbres, très difficiles hommes essayant des vêtements qui ne leur vont pas.

Notez cet article (de 1 à 5)
3.3/5(10) votes

Partagez cet article


Voir en ligne : Spin

Toutes les versions de cet article : [English] [français]


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 39

Derniers posts

Instagram widget

go-top