U2 France

Accueil du site > Discographie > Last.fm dément avoir livré des données confidentielles permettant à la RIAA de (...)

Last.fm dément avoir livré des données confidentielles permettant à la RIAA de traquer les auditeurs pirates du dernier album de U2

mardi 24 février 2009, par Corinne/Dead pour U2 France

Toutes les versions de cet article :

par David J. Prince

Le fondateur de Last.fm, Richard Jones a été contraint aujourd’hui à répondre aux accusations selon lesquelles sa compagnie aurait filé un fichier de données utilisateurs à la RIAA afin de pouvoir pister les téléchargements illégaux de l’album à venir de U2, "No Line On the Horizon." Le démenti de Jones fait suite à un autre de la part de la RIAA samedi dernier.

Cette controverse a démarré avec la fuite de l’album de U2, "No Line On The Horizon" la semaine passée. L’album est apparu sur des sites d’échanges de fichiers après qu’e la branche australienne d’Universal Music ait malencontreusement commencé à vendre des téléchargements deux semaines avant la sortie officielle de cet opus. Mais, vendredi, le blog Techcrunch a commencé à poster une rumeur selon laquelle Last.fm, propriété de CBS, aurait balancé des données confidentielles à la RIA afin de pouvoir identifier les individus qui auraient écouté les morceaux inédits de l’album de la formation rock irlandaise.

"Je démens avec véhémence tout comme l’ont fait de nombreux membres de l’équipe de Last.fm", écrit aujourd’hui Jones dans un post sur le blog de sa compagnie. "Nous avons démenti cette information sur les forums de Last.fm, sur twitter, au moyen de mails. En gros, nous avons démenti partout et à présent nous le faisons sur notre blog."

Un autre employé, Russ Garret, a publié un "démenti complet catégorique". "Nous n’avons jamais identifié nos utilisateurs auprès d’un tiers - ceci va contre notre éthique.

Le démenti de la RIAA est tombé samedi sur le site ArsTechnica.com. "[Nous] ne sommes pas sûrs de l’origine de cette rumeur", a déclaré Cara Duckworth porte parole de la RIAA sur le site. "C’est faux."

Bien qu’Erick Schonfeld de Techcrunch ait mis à jour le post original intégrant les longs démentis de Last.fm, il n’a pas cédé aux nombreux appels lui demandant de rétracter les posts ensemble. Dans sa mise à jour, il écrit : "Malgré mes tentatives pour corrobore [cette rumeur], je n’ai toujours pas suffisamment d’informations pour déterminer si oui ou non elle est fondée. De même je ne suis pas en mesure de confirmer qu’elle soit fausse, pour les mêmes raisons. Ce que j’ai c’est un grand nombre de questions sans réponse sur comment exactement Last.fm peut partager les données confidentielles de ses utilisateurs avec l’industrie du disque."

"Nous ne partageons jamais les données personnelles et identifiables telles que l’email ou l’adresse IP", a souligné le fondateur de Last.fm, Jones dans son post aujourd’hui. "Les seules données que nous mettons à disposition des labels et artistes, autres que celles que vous voyez sur le site, sont le nombre d’auditeurs et le nombre de fois où les morceaux ont été joués.."

Pour continuer à recevoir les infos sur U2, abonnez vous gratuitement au Google Group U2France.

En savoir plus : Billboard

Lien permanent :

Partagez cet article

Inviter des amis à suivre l'actualité U2

Aucun Commentaire | S'identifier pour réagir à l'article

S'identifier

Retour en haut de page