Je pouvais manger une tartine et jouer de la guitare... - U2 France
Accueil / Discographie / Je pouvais manger une tartine et jouer de la guitare...

Je pouvais manger une tartine et jouer de la guitare...

lundi 2 octobre 2006 / par Corine/Dead

Source : U2.com

Pour la toute première fois, chacun des membres de U2 - y compris son manager Paul McGuinness - raconte sa propre histoire de ses plus lointains souvenirs d’enfance à sa première rencontre avec les autres membres du groupe, des accords guitare en ouverture en cuisine chez Larry jusqu’aux venues dans les plus grands stades du monde.

Cette histoire s’intitule ’U2 by U2’ et est sortie le 22 septembre dernier en librairie, U2.com consacre une série de papiers à celui-ci.

Dans ce second extrait, Edge se souvient de la toute première guitare que sa mère lui a acheté dans un dépôt ventes, de sa première collection de vinyles, de ses lectures de NME et de Sounds chaque semaine - grâce à un pote qui avait du boulot - et de la toute première fois qu’il a entendu parler de ce ’gamin agité du nom de Paul Hewson.’

’Mon premier lien avec le rock ’n’ roll a eu lieu un Noël alors que je regardais un film des Beatles à la télé, A Hard Day’s Night. Cela m’a beaucoup impressionné et je me suis dit qu’ils iraient loin. Cela coïncidait avec l’époque à laquelle mon frère s’était procuré un petit magnétophone enregistreur. On a commencé à acheter ensemble des albums. Le tout premier que nous ayons acheté était Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band. Le second fut A Hard Day’s Night. J’ai ensuite voulu avoir un autre album des débuts des Beatles ; Richard voulait lui un de leurs derniers. On était dans une impasse et nous avons trouvé un compromis en décidant d’acheter le dernier Ringo Starr, Sentimental Journey. C’est là qu’il m’est enfin apparu que certains albums étaient meilleurs que d’autres.

JPEG - 40.6 ko

Ma mère devait se douter que j’avais l’oreille musicale car elle m’avait acheté une guitare espagnole alors que je n’avais que 7 ans. Pour moi, c’était complètement fascinant. Je ne savais pas la faire sonner, je ne savais même pas comment je devais la tenir, mais je trouvais ça génial - de ce que j’en savais. Je l’agitais dans tous les sens et faisait semblant de savoir en jouer devant les jeunes naïfs de ma rue. Cette toute première guitare représentait plus qu’un jouet à mes yeux. La toute première véritable guitare qui entra chez nous avait été acheté par mère lors d’un vide grenier pour une livre Sterling. Jamais dans l’histoire de brocante et autres vide greniers, une livre Sterling n’avait été aussi bien dépensée et n’aura rapporté autant en retour. Je pense qu’elle devait l’avoir achetée pour mon frère, mais tous les deux nous en avons joué des heures durant. C’était un instrument grossier mais bien accordée, et quand nous eûmes remplacé les cordes par des nylons de la guitare espagnole, elle semblait tout à fait potable. J’ai appris mes tous premiers accords sur cette guitare, c’est Richard qui m’enseignait et assez vite j’ai appris à jouer des chansons entières. Ca m’intéressait de découvrir que je pouvais faire bien plus avec cet instrument, et je rendais tout le monde dingue à la maison à force d’en jouer n’importe quand tandis que je faisais d’autres choses en même temps. Je pouvais manger une tartine et jouer de la guitare, m’habiller sans manquer une note. Je jouais tous les soirs tandis que ma famille regardait la télé, leur apportant une sorte de musique de l’époque des films muets. Ma pauvre mère se lassa de me crier après pour que j’arrête et se contenta de me frapper avec un large bâton. Même ça ne m’arrêta pas. Je devais avoir alors 12 ou 13 ans, et notre collection de disques s’était élargie et incluait désormais des 45 tours de Slade et d’Alice Cooper.

Avec nos albums des Beatles, nous en avions de Led Zeppelin, Creedence Clearwater Revival, The Rolling Stones, Jimi Hendrix, David Bowie, Yes, Rory Gallagher et Taste. J’ai découvert Derek and the Dominos alors que je séjournais chez mes cousins plus âgés à Blackpool. C’est difficile d’expliquer ce que signifie la musique pour tous les gosses de notre région. Rien n’était plus important en termes d’identité établie. J’avais de longues disputes avec mes amis sur qui était le meilleur groupe au monde, ou quel était le meilleur album de tous les temps. Les émissions musicales à la télé Top of the Pops ou The Old Grey Whistle Test étaient incontournables et aucune excuse n’était valable pour les avoir manquées. Les journaux spécialisés musique britanniques NME et Sounds étaient lus de la première à la dernière page, en grande partie grâce à notre ami Fergus Crossan qui avait un boulot à temps partiel et qui pouvait par conséquent se permettre un tel luxe. A cette époque, j’ai pris des cours de piano, mais ce n’était pas fait pour moi. Je ne m’enthousiasmais pas autant en lisant les partitions pour piano que lorsque je prenais ma guitare et apprenais en me fiant à mon oreille. En utilisant seulement quelques accords, j’étais en mesure de jouer mes airs préférés de Slade, T. Rex et les Beatles. Nous traînions avec nos potes de la région, Shane et les frères O’Connell, et jouions de la musique. Nous nous retrouvions au bout de notre rue, à traîner littéralement avec des guitares, jouant et chantant des chansons des Beatles, Simon and Garfunkel, T. Rex ou de n’importe quel autre artiste dont nous avions appris les tablatures. Il y avait toujours quelques filles qui nous entouraient ce qui donnait un côté intéressant à tout ceci. Tout ceci était considéré comme un développement positif. Au moins nous n’explosions plus de trucs. Ma première école fut le St. Andrew’s National, à moins de 5 minutes à pied de chez moi. Mon frère était extrêmement brillant et réussissait toujours. Ma sœur savait épeler et était bonne en irlandais.

Les enseignants formaient de hautes espérances pour moi aussi, mais je n’étais pas du genre hyper-attentif. J’étais juste agité et semblait toujours vouloir faire des bêtises.

Un jour je me suis assis à mon vieux bureau, en classe, et ai gravé mon nom dessus, prouvant si cela était encore nécessaire, mon incroyable degré de stupidité. Je crois même que j’ai été un peu étonné de voir que mon professeur n’avait vu en ce talent caché qu’une dégradation de sorte qu’il avait immédiatement découvert le coupable, moi en l’occurrence, et m’avait puni. Je suis resté à St. Andrew très peu de temps avec Adam. Il avait les cheveux très courts, des lunettes et les dents de devant très grandes comme les miennes. Adam avait un an et demi de plus que moi, et était dans la classe supérieure à la mienne, mais j’avais vaguement entendu parler de lui car Malahide était une petite ville. Puis on l’envoya dans une école privée. Aussi disparut-il de mon entourage alors que j’avais 7 ans et je ne le revis que lorsqu’il réapparut à Mount Temple. Mon meilleur ami Shane était dans ma classe à St. Andrew. J’avais un an de moins que les autres élèves de ma classe et l’on décida au cours de ma dernière année que je n’étais pas assez vieux pour passer en classe supérieure. Shane poursuivit en allant à la grande école et nous perdîmes en quelque sorte contact. Je le rencontrais, un jour, alors qu’il venait d’arriver à Mount Temple et il me parla de ce gamin très agité de sa classe qui se nommait Paul Hewson. Il semblait partager notre intérêt pour les explosifs bruyants : une histoire impliquant un début d’incendie circulait à son propos, et aussi des rivets pour pistolets pris dans l’immeuble qui allait devenir notre nouvelle école. Ainsi, j’avais entendu parler de Bono deux ou trois ans avant de l’avoir vraiment rencontré.

On peut dire que sa réputation l’avait précédé...

Notez cet article (de 1 à 5)

Partagez cet article


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 34

Derniers posts

Instagram widget

go-top