La réponse du manager de U2 aux attaques : si vous n’aimez pas notre cadeau, (...) - U2 France
Accueil / Discographie / Albums / Son gs of innocence / La réponse du manager de U2 aux attaques : si vous n’aimez pas notre cadeau, (...)

La réponse du manager de U2 aux attaques : si vous n’aimez pas notre cadeau, effacez-le

mercredi 17 septembre 2014 / par Corine/Dead / Tags:

U2 est bien conscient des réactions que certains utilisateurs d’iPhone ont exprimé après la découverte du nouvel album du groupe, Songs of innocence, directement téléchargé sur leurs objets connectes dans le cadre du plan marketing d’ Apple.

En fait, U2 avait anticipé ce retour de manivelle, d’expliquer son manager Guy Oseary a Mashable lors d’une interview de vingt minutes portant sur cette sortie peu orthodoxe, son accueil et les craintes des détaillants sur les exclusivités numériques telles que celle de U2.

"C’est un cadeau de la marque à la pomme. Que ceux qui n’en veulent pas le jettent ... Il y en a d’autres qui vont bondir de joie face à ce cadeau alors que d’autres s’en soucieront peu ou pas. Nous savions que ça allait arriver. Ce n’est pas une découverte. Si quelqu’un n’aime pas, pas de problème, qu’il le supprime... Nous voulions le partager avec le plus grand nombre. Celui qui n’en veut pas, n’en a pas besoin, n’a qu’à le supprimer."

Bono partageait cette opinion le 9 septembre à l’annonce de la sortie du nouvel album dans le cadre de la stratégie marketing de la marque à la pomme pour son événement couple au lancement de l’ iPhone 6, lorsqu’il a répondu aux critiques sur le site officiel de son groupe : U2.com.

"Pour ceux qui n’éprouvent pas l’intérêt de tendre l’oreille à ce que nous avons fait, qu’ils envisagent les choses ainsi : Le sang, la sueur et les larmes de gars irlandais sont dans votre boîte de mails pollues," écrivait Bono.

Questions et réponses au manager de U2, Guy Oseary

JPEG - 158.8 ko
Guy Oseary (left) hangs out with Bono and The Edge at a Golden Globes after party on Jan. 11.
IMAGE : JEFF VESPA/GETTY IMAGES FOR THE WEINSTEIN COMPANY

Mashable : peu après la sortie chez Apple de Songs of Innocence, 26 autres titres de U2 se sont retrouvés simultanément dans le classement iTunes des 200 albums notés. Cela vous a-t-il surpris ?

Oseary : J’en suis soufflé. L’album [U218 Singles] figure dans le top 10 de 46 pays. La veille de l’événement Apple, aucun album de U2 ne figurait dans le classement iTunes. Deux jours plus tard, il y en a 26, aussi est-ce très excitant pour moi de penser que de nouvelles personnes découvrent ce groupe et que d’autres le redécouvrent. D’après ce que j’ai entendu, un grand nombre de personnes écoutent le nouvel album, ce qui est génial.

Mashable : Le PDG d’Apple Tim Cook et Bono ont indiqué que l’album serait automatiquement disponibles auprès de cinq cent millions d’utilisateurs iTunes dans 119 pays. Quels sont les chiffres de ces téléchargements à ce jour (Re/code prétend que le nombre de téléchargements dépassait les deux millions vendredi) ?

Oseary : Je n’en sais rien. Je ne pense pas que qui que ce soit ait déjà les chiffres. D’après ce que j’entends c’est fort prometteur. J’entends dire que c’est vraiment très bien, que ces chiffres sont très prometteurs. Mais c’est très difficile à dire car une nouvelle personne pourrait l’écouter dans un mois ou dans un an. Nous ne parlons pas de demande d’écoute immédiate. Écoutez-le quand bon vous semblera.

Mashable : Samsung a été très direct à propos de la sommes versée à Jay Z lorsqu’il s’est agi de donner un million d’exemplaires de son album aux détenteurs du Samsung Galaxy. Apple ou U2 dévoilera-t-il un jour combien il a été monnayé (certains disent qu’il s’agit d’un contrat de cent millions de dollars) ?

Oseary : Non.

Mashable : qu’est-ce qui a déclenché ce contrat et quand les pourparlers avec Apple ont-ils débute pour cet album ?

Oseary : Le groupe et moi-même nous sommes réunis il y a quelques mois de cela. Il a investi cinq ans dans cet album, c’est son plus personnel depuis ses tous débuts, de la première a la dernière chanson... La première fois qu’il a vu les Ramones Et les Clash, la première fois que ses membres sont tombés amoureux, qu’ils ont eu des ennuis, leur première fois en tant que groupe, leur vie d’ados à Dublin.

Lorsque nous nous sommes retrouvés après ces cinq ans de dur labeur pour enregistrer cet album incroyable, nous sommes tous tombés d’accord pour dire qu’il devrait tomber dans les mains du plus grand nombre. Nous ne nous sommes pas limités à nous-mêmes dans ce processus de réflexions. Nous avons vraiment vu large et nous nous sommes demandés : "comment nous assurer que cette œuvre sera partagée par le plus grand nombre de personnes que nous pouvons atteindre ?" C’est ainsi que l’idée à germe, il y a de très nombreux mois de cela. Ça a démarré sous quelques différentes formes et puis organiquement, nous nous sommes retrouvés sur le seuil de la porte d’Apple’s en raison de notre longue relation avec la marque à la pomme. Ils sont très directs dans leur manière de penser, et ils font partie et la famille de U2, tout particulièrement Jimmy Iovine, Eddy Cue et Robert Kondrk. Nous avons un lien.

Nous avons également compris que notre album arrivait pratiquement en même temps que les dix ans anniversaire de la présence du groupe sur scène avec Steve Jobs pour la promotion de ce truc du nom d’ iPod et de l’entrée dans la révolution numérique et la contribution au soutien de la boutique de musique en ligne. A l’époque, les gens pensaient : "C’est quoi ce gadget et pourquoi irait-on acheter de la musique pour l’y mettre ?" Nous avons participé à cette aventure aussi voulions-nous refaire quelque chose. Ça a facilité les choses car nous avions déjà traité avec tous ceux avec qui il fallait traiter.

Mashable : Quel à été l’accueil du public envers l’album et la stratégie d’iTunes, selon vous ?

Oseary : C’est perturbant, et ça n’avait jamais été fait auparavant. Ça va sûrement être disséqué durant les prochaines années — cela a-t-il fonctionne ou non ? — pour de nombreuses personnes restés sur la touche qui ont un avis. Je suis simplement heureux qu’un bien plus grand nombre de personnes écoutent cet album. Un grand nombre de personnes, si l’on en croit les classements d’iTunes, à l’évidence redécouvrent le catalogue du groupe ou le découvrent pour la première fois. Un grand nombre de choses sont inconnue, mais pour ma part, je suis soufflé par ce qu’à pu faire Apple et par ce que nous avons pu faire avec eux. Tout ce qui touche à la musique avec Apple est excitant car c’est une entreprise tellement puissante. J’aime ça lorsque quelqu’un avec autant de pouvoir veut essayer de nouveaux trucs.

Mashable : U2 a-t-il d’autres sorties plus perturbantes ?

Oseary : Je pense que dans l’immédiat nous avons fait suffisamment de perturbations. Nous projetons de poursuivre la promotion de cet album. Une version deluxe sortira le 14 octobre. Nous voulons également partager cet album avec les gens d’un point de vue live, jouant ici et la les chansons face au public.

Je pense que ce que nous avons fait la tout de suite est très bruyant et il reste encore beaucoup de marketing à venir que nous avons préparé. Certains voient ça comme si c’était fini. Non, non, il reste encore beaucoup de marketing à venir avec la pub qui ressemble à un clip vidéo musical. Il y a des trucs que nous aimerions faire avec Apple auxquels nous travaillons et gérés par Robert Kondrk chez Apple où nous avons bossé à de nouvelles idées et à de nouvelles façons de faire, mais rien d’aussi percutant que ce que nous venons de faire.

JPEG - 166.6 ko
u2-album-availability
IMAGE : APPLE

Mashable : cette sortie ne s’est pas uniquement faite avec iTunes. Elle s’est également faite sur iTunes Radio et Beats Music. U2 projette-t-il de sortir d’autres choses de manière aussi inhabituelle grâce à ces services ?

Oseary : nous travaillons sur tous les trucs avec Apple. Ça, en soit-même, était pour faire simple, une simple idée, une grande idée. Et c’est vraiment ça.

Mashable : avec cette version deluxe, qui va-t-il y avoir de nouveau pour les autres détaillants ?

Oseary : il y aura près de quatre nouvelles chansons inédites ainsi que cinq à sept chansons jouées en acoustique... Certaines de ces chansons ne seront disponibles que pour les détaillants.

Mashable : les détaillants devraient-ils être effrayés avec des sorties telles que celles de U2, Beyonce ou même de Jay Z en exclu chez Samsung ?

Oseary : j’ignore s’ils devraient l’être ou non. Toute entreprise se doit d’innover. L’innovation est inévitable. En tant que manager, je dois innover. Je ne peux pas faire les choses de la même façon que je les faisais il y a dix ans de cela et encore moins il y a deux ans. Pour ce qui est des inquiétudes, ce genre de truc n’est pas quantifiable. Très peu d’entreprises peuvent faire un truc pareil. Apple a payé pour cet album. Oh tant qu’on y est, eux aussi décrochent une opération marketing énorme. C’est important.

Mais y aura-t-il d’autres trucs intéressants qui arriveront d’ici un an ou deux pour d’autres artistes ? Assurément. Je suis certain qu’à l’heure où nous parlons quelqu’un a trouvé une nouvelle idée à laquelle nous n’avons même pas pensé — peut-être sur la façon de vendre des places de concerts, de jouer en live, des textes ou des remises. Je n’en sais rien.

Je pense que les gens vont innover et que certains détaillants innoveront avec ça. Certains détaillants pourraient avoir des projets exclusifs également. Il n’y a pas de limite pour ce qui est de savoir qui va travailler avec qui. J’entretiens de bons rapports avec certains détaillants et si l’un d’eux m’appelle la maintenant pour un projet, je suis totalement ouvert aux suggestions. Je suis partant pour faire de nouveaux trucs avec n’importe qui. Nous ne sommes pas dans une situation de "nous" et "eux" — cela concerne tout le monde, le champ est libre.

A de très nombreuses reprises, Starbucks a fait des choses avec la musique ou Amazon, Google, Target ou bien encore Best Buy. Chacun possède un téléphone et peut appeler qui bon lui semble pour travailler avec. Il y a ce ciel d’où tombe en quelque sorte ce concept, mais en réalité pas vraiment. Si l’une des sociétés que je viens de citer m’appelait aujourd’hui, je lui répondrai au téléphone. Si son idée est bonne, nous y travaillerons ensemble.

Mashable : Le fait que Billboard ne classe pas Songs of innocence avant sa sortie réelle dans les bacs le 14 octobre chez tous les détaillants vous dérange-t-il ?

Oseary : Ça ne me gêne pas plus que cela vu que je n’y ai pas encore songé. Les classements ne font pas pour l’heure partie de mes priorités. Je veux simplement que le plus grand nombre et personnes fassent l’expérience de cet album. Ce qui se passe dans l’immédiat avec le catalogue est ce qui est excitant.

Notez cet article (de 1 à 5)
1.99/5(1) vote

Partagez cet article


Voir en ligne : Mashable

Toutes les versions de cet article : [English] [français]


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 56

Derniers posts

Instagram widget

go-top