Songwriters - U2 - ’Là où finit l’art et où intervient l’âme’ (Part. (...) - U2 France
Accueil / Discographie / Songwriters - U2 - ’Là où finit l’art et où intervient l’âme’ (Part. (...)

Songwriters - U2 - ’Là où finit l’art et où intervient l’âme’ (Part. I)

mardi 23 août 2016 / par Corine/Dead / Tags:

En cette période de vaches maigres, côté actu. de nos 4 paddies, j’ai fait un tour dans nos archives non traduites à ce jour et vous propose cet intéressant papier sur le songwriting made in U2. Enjoy !




Par Robert Hilburn

"C’est l’un des couplets les plus banals que j’ai jamais entendu", de déclarer, Bono, honteusement à propos des paroles qu’il a écrit pour l’un des morceaux les plus populaires de la formation rock irlandaise U2. "’I want to run, I want to hide...’ Ça, mais vous savez quoi ? Les gens n’entendent pas les couplets lorsque nous jouons ce titre.

"Ils entendent tout autre chose dans la musique. Ils entendent un groupe qui parle d’un endroit unique, un meilleur endroit et qui demande à son public s’il veut l’y accompagner."

Bono, qui écrit la plupart des chansons de U2, sait pertinemment que le pouvoir de la musique provient, souvent, bien plus de la fondation sonore de grande envergure bâtie par son groupe que de son stylo.

"La sensibilité est plus forte que les idées ou les mots dans une chanson", élabore-t-il, en faisant les 100 pas dans son appartement de Central Park West, offrant un point de vue anticonformiste du songwriting de la musique pop.

"On peut avoir 1 000 idées, mais tant que l’on ne saisit pas l’émotion, cela reste un brouillon. J’écris constamment des discours ou des articles pour les causes qui me sont chères. C’est probablement ce que j’aurais fait si je n’étais pas dans la musique, mais il ne s’agit pas de songwriting."

Ces remarques sont surprenantes de la part d’un homme qui consacre tellement de temps aux idéaux – des thématiques spirituelles qui sourdent dans grand nombre des chansons de U2 à sa croisade très médiatisée pour obtenir des pays développés d’annuler la dette du Tiers Monde.

"Le songwriting vient d’autre part", poursuit-il. "La musique est le langage de l’âme. Je pense que les idées et les mots sont nitre excuse, à nous songwriters, pour permettre à notre cœur et à notre âme de s’envoler. C’est alors que la magie opère."

Cela arrive, tellement souvent, chez U2 que le groupe a presque atteint la qualité et la séduction en masse des Beatles au cours de ces 25 années (NDLT : ce papier date de 2004).

Il s’agit de musique pop music au sommet de son ambition – personnelle et suffisamment indépendante pour satisfaire les auditeurs perspicaces, tout en étant ouverte et suffisamment accessible pour remplir des stades. Bien que le groupe se soit essayé à l’électronique et à d’autres sons contemporains, l’essence même de U2 est typiquement rock ’n’ roll.

Pas beaucoup d’humour ni de fêtes à tout casser chez U2. Le Top 40 du quartet irlandais incluant "Pride (In the Name of Love)" et "One", pour l’essentiel, des hymnes ascensionnels forgés autour du même message de fraternité qui caractérisait les dernières années des Beatles. Cependant, l’écriture des chansons pour U2 opère d’une façon bien différente.

John Lennon ou Paul McCartney écrivaient, généralement, les chansons pour ensuite les apprendre à George Harrison et Ringo Starr. Mais U2 collabore à un rare degré – un processus reposant sur l’alchimie unique des quatre musiciens.

Bono et le guitariste the Edge apportent les idées au studio – le titre, un début de mélodie ou un riff accrocheur – puis le bassiste, Adam Clayton, et le batteur Larry Mullen participent à la véritable composition des chansons. Cette manière de travailler éreintante s’étend, parfois, sur des semaines alors que nos musiciens s’échangent constamment des idées, partenaires égaux dans cette quête de l’émotion qui semble fraîche et profondément ancrée.

Lorsque ces sessions marathon se déroulent bien, affirme Mullen, le studio de répétitions ressemble à une cour de récré. Lorsque ça se passe mal, on se croirait sur un ring.

"Nous sommes des durs", d’enchaîner Clayton. "Nous savons que nous finirons par y arriver. Une grande part est de la sueur. Il faut simplement y mettre des heures et de son temps." The Edge adore répéter la blague à part du groupe qui est : "le songwriting arrive par hasard."

"C’est plus une manière de faire à la Miles Davis qu’aux Beatles, d’une certaine façon", reprend Bono, alors qu’il arpente le parquet du living room inondé de soleil, dont le mobilier minimaliste reflète peu le mode de vie caractéristique d’une rock star.

Ce n’est qu’une fois que le groupe a trouvé cette puissante émotion, qu’elle soit très heureuse ou mélancolique, que commence le processus de l’écriture des paroles. Parfois, il (Bono) écrira des phrases entières ou prendra des notes dans ce carnet qu’il emporte avec lui, même lorsqu’il est en vacances ou qu’il rencontre les grands de ce monde, du Président Clinton au Pape Jean-Paul II. De temps en temps, il travaillera à partir d’une chanson terminée qu’il aura apportée en studio.

La plupart du temps, il essaie de saisir la spontanéité que lui inspire la musique – une stratégie créative qu’il a appris en écoutant les deux premiers albums solo de Lennon : Plastic Ono Band et Imagine.

"Il a prouvé que la meilleure façon de se déverrouiller en tant qu’auteur, était tout simplement de dire la vérité", de souligner Bono, s’installant sur le canapé, tandis que sa femme, Ali, et leur fille de 13 ans, Eve, prennent leur petit-déjeuner à côté. "Lorsque l’on doit écrire une chanson ou remplir la page blanche, contentez-vous de décrire ce que vous avez en tête – pas ce que vous aimeriez avoir en tête. Si vous avez l’impression que vous n’avez rien à dire, votre première phrase sera alors : ’Je n’ai rien à dire.’ "

Une méthode bien à lui

L’improvisation de Bono en studio commence, souvent, par des marmonnements de sons qui semblent suivre le flot musical créé — "le Bono-eze," comme le qualifient ses camarades de jeu.

"Lorsque Bono se lance dans son Bono-eze, cela peut changer ce que nous jouons et emmener la chanson dans une autre direction", d’expliquer Mullen. "S’il fait quelque chose de très intense, il se peut même que ce ne soit pas ce qu’il dit, mais la manière dont il se comporte, ou sa façon de balancer le micro alentour. L’énergie et l’intensité contribuer à modeler la chanson."

Graduellement, Bono commencer à transformer les sons en mots et lignes, essayant d’articuler les sentiments que la musique remue en lui, en faisant appel à un stock d’expériences et de croyances.

Bien qu’il n’ait pas été au-delà du lycée, c’est un lecteur avide qui aime passer des soirées à discuter à tout le monde, du poète au politicien. Tout ceci nourrit son écriture, apportant invariablement de la musique de U2 à un niveau de substance rare parmi les artistes de la pop les plus vendeurs.

Dans l’une des premières chansons du groupe, "Rejoice", il esquisse son objectif personnel, qui reflète la forte spiritualité chrétienne du groupe : "I can’t change the world, but I can change the world in me." (NDLT : ces mêmes paroles figurent presque à l’identique sur Lucifer’s hands, sortie après Songs of Innocence (2014) - Yes, I can change the world… But I can’t change the world in me)

Contrairement à de nombreux grands songwriters, il ne passe pas beaucoup de temps à revoir ses textes. Il affirme même que "l’art et le goût peuvent être l’ennemi du songwriting" car ils encouragent à suivre certaines règles plutôt que de simplement se fier à ses émotions – non qu’il ne souhaite pas, parfois, être revenu sur les paroles.

Prenons, "Where the Streets Have No Name", sortie en 1987, la vision d’un monde libre de division religieuse et raciale.

Cette chanson, extraite de l’album récompensé par un Grammy, The Joshua Tree, est une poussée d’adrénaline de guitare, basse et batterie dont le rythme galopant et des images gracieuses communiquent l’idée d’une route ouverte et d’un voyage si bien qu’il n’est pas surprenant qu’un fabricant de voitures has proposé des millions pour l’utiliser dans un spot publicitaire.

Ça commence ainsi :

I want to run
I want to hide
I want to tear down the walls
That hold me inside
I want to reach out
And touch the flame
Where the streets have no name.

Quand on lui tend une feuille avec les paroles, Bono sourit. Il peut rejeter ce couplet d’ouverture mais ne peut nier la puissance qu’il déclenche, chaque fois, que le groupe joue cette chanson.

"Nous pouvons être au milieu du pire concert de notre existence, mais lorsque nous nous lançons dans ce morceau, tout change", confie-t-il. "Le public est debout, en chantant à l’unisson chaque parole. C’est comme si Dieu traversait, tout à coup, la salle. C’est le point où l’art finit et où l’âme commence/intervient. Comment pourrait-on l’expliquer autrement ?"

Suivre l’évolution de la musique

Quand l’œuvre essentielle du groupe inclut des chansons aussi élégantes que "I Still Haven’t Found What I’m Looking For," "Running to Stand Still" et "With or Without You", on sait que Bono trace une ligne extrêmement fine lorsqu’il affirme que l’art n’est pas important.

Croyez-le, U2 emploie plein d’art. Sa force est qu’il ne se repose pas dessus. L’une des arisons pour laquelle les songwriters vétérans, dont de grands artistes McCartney, ont, parfois, du mal est qu’ils commencent à se contenter de l’art. Ils mettent une chanson sur un album, seulement parce qu’elle possède une forte mélodie ou un texte intelligent.

U2 respecte des normes plus strictes.

Songwriters - U2 - ’Là où finit l’art et où intervient l’âme’ (Part. II)

Songwriters - U2 - ’Là où finit l’art et où intervient l’âme’ (Fin)

(à suivre)

Notez cet article (de 1 à 5)
4.92/5(13) votes

Partagez cet article


Voir en ligne : LA Times

Toutes les versions de cet article : [English] [français] [français] [français]


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 27

Derniers posts

Instagram widget

go-top