Songwriters - U2 - ’Là où finit l’art et où intervient l’âme’ (Part. (...) - U2 France
Accueil / Divers / Songwriters - U2 - ’Là où finit l’art et où intervient l’âme’ (Part. (...)

Songwriters - U2 - ’Là où finit l’art et où intervient l’âme’ (Part. II)

samedi 27 août 2016 / par Corine/Dead / Tags:

En cette période de vaches maigres, côté actu. de nos 4 paddies, j’ai fait un tour dans nos archives non traduites à ce jour et vous propose cet intéressant papier sur le songwriting made in U2. Enjoy !




par Robert Hilburn

C’était évident, alors que le groupe apportait la touche finale à son album, Pop, en cet après-midi hivernal de 1996. À, seulement, une semaine de la deadline, tout était ouvert à changement.

Ce soir-là, Bono voulait jouer avec les mots sur une chanson. Assis sur une chaise dans la salle de contrôle de Dublin, où le groupe écrit et enregistre la plupart de ses tubes, il chante le nouveau couplet alors qu’une piste instrumentale joue.

Il parcourt la pièce du regard en quête d’une réaction. Clayton et Mullen pensaient tous deux qu’il fallait qu’il ajoute plus de sentiment dans la voix, aussi s’y remet-il. Cette fois, les mots sont tellement émouvants qu’il se lève et se déplace avec la musique.

Étant donné l’assurance de Bono sur scène, c’était très révélateur de le voir combien il pouvait être vulnérable dans l’attente du verdict de ses camarades de jeu. Quelque peu nerveux, il suggérait qu’il devait peut-être revoir deux ou trois mots de plus. Non, non, rétorquèrent-ils, les paroles et la voix sont bonnes. Il parut soulagé.

Dans les mois de la création d’un album, les autres musiciens sont fréquemment mis à l’épreuve de la même façon Bono, lors de cette session. Ils se nourrissent de leur processus commun et biologique d’élaboration de chansons.

"À différentes reprises, nous avons tenté de coller au songwriting conventionnel", souligne Mullen, de Dublin. "Mais au bout de quelques mois, nous voyons que cela ne fonctionne pas. Il nous faut démanteler les idées et recommencer."

Et the Edge d’enchérir : "Mon pire cauchemar est que cela « sonne » ’professionnel.’ Je pense que nous travaillons mieux lorsque nous poursuivons notre avancée dans l’inconnu."

Œuvrer par instinct

Le songwriting non orthodoxe de U2 est né de la nécessité.

Lorsque les membres du groupe se sont mis ensemble au collège, ils n’étaient pas suffisamment bons avec leurs instruments pour jouer des reprises convaincantes des tubes de l’époque. Pour cacher cette inexpérience, l’idée leur est venue de jouer leurs propres chansons.

"Très tôt, il nous a semblé évident que nous n’avions aucune idée de la technique du songwriting", de poursuivre the Edge. "Notre manière de nous glisser dans le songwriting était de le rêver. Nous tentions d’imaginer comment les autres pourraient faire la chanson, les Clash, Lennon ou les Jam. L’instinct était tout pour nous, et ça l’est vraiment toujours."

La façon de chanter fascinante de Bono et les notes à la guitare de the Edge allaient devenir le premier signe distinctif du groupe.

"J’aime un joli son tintant à la guitare, et pour la plupart de mes accords, je trouve deux cordes et les fait vibrer sur la même note, de fait que c’est presqu’un son de 12 cordes", confiait-il, il y a des années. (NDLT : en français, on a pour les notes de solfège do, ré, mi, fa, sol, la, si, do… Lorsque l’on commence, on dit donner le « la », donc, en anglais, le « la » correspond à la première note soit « A » et on repart dans l’ordre français, ce qui donne – La = A, Si = B, Do = C, Ré = D, Mi = E, Fa = F et Sol = G). "Ainsi, pour obtenir un E (mi), je pourrais jouer B (si), EE (mi, mi) et B (si)."

Comme il n’aimait pas le son grave de sa guitare Gibson Explorer, Edge s’est concentré sur les notes hautes des cordes de celle-ci, donnant à sa musique des pointes aigües séduisantes. C’est le brillant accord claironnant de sa guitare qui a injecté une riche et irrésistible qualité dans "I Will Follow", la pièce maîtresse de l’album des débuts du groupe, sorti en 1980, Boy.

Les paroles de cette chanson, avec l’imagerie de "I was lost, but I am found", sont un lieu commun sur la page, mais s’envolent dans l’énergie et l’optimisme juvénile du morceau.

Les membres de U2 ne s’imaginaient pas songwriters avant leur 3e album, sorti en 1983, War.

Avant de débuter ce projet, Edge, le musicien le plus talentueux du groupe, avait passé trois semaines à tenter d’assembler des idées musicales de sorte qu’ils ne commenceraient pas vraiment à partir de rien en répétition. Deux de ces idées allaient donner "Sunday Bloody Sunday" et "New Year’s Day", des chansons qui allaient élever le groupe vers de nouveaux sommets.

"Mon boulot consiste à trouver une image qui, en quelque sorte, évoque la musique", souligne Bono, "et, c’était facile pour ’New Year’s Day.’ Les notes du piano étaient glaciales et la partie à la basse par Adam nous dit que cela se passe à l’extérieur, pas à l’intérieur."

Debout en studio, en ce jour de 1982 alors que U2 finalisait "New Year’s Day", Bono a eu cette image mentale de Lech Walesa, le leader de Solidarnosc, debout dans la neige, le 1er janvier, menant une grève de travailleurs. Elle a résonné en lui.

Les membres du groupe avaient traversé des épreuves et ils n’étaient plus sûrs de vouloir poursuivre ensemble. Leurs valeurs spirituelles semblaient en contradiction avec le style de vie du rock, mais ils finirent par comprendre qu’ils pouvaient utiliser la musique pour partager leurs croyances. Comme si le groupe débutait à nouveau.

Sur un arrière-plan musical léger, Bono assemblait un message sur un nouveau départ et la solidarité, un message d’innocence et d’espoir.

Pour "Sunday Bloody Sunday", l’autre titre phare de l’album War, l’idée pour la chanson comme pour son titre et les accords de base sont venus de the Edge. La mélodie et le cadre militarisant combinés à un soupçon d’inspiration des Clash furent ajoutés en studio.

"L’idée était d’obtenir le contraste entre le Bloody Sunday (dimanche sanglant), au cours duquel 13 manifestants pacifistes irlandais ont été tuées par les troupes militaires anglaises, et le dimanche de Pâques", d’expliquer Bono. "À l’époque, je venais de commencer à découvrir le principe de la non violence, et il y a également une part de cela dans ce morceau."

L’ouverture de la chanson :

I can’t believe the news today (Je ne peux croire les nouvelles du jour)
I can’t close my eyes and make it go away (Je ne peux pas fermer les yeux pour les faire disparaître)
How long, how long must we sing this song ? (Combien de temps, combien de temps, devrons-nous chanter cette chanson ?)

Lorsque War est sorti, U2 avait largement été salué comme le meilleur jeune groupe de rock, depuis une éternité. Pourtant, son songwriting restait en questionnement. "Sunday Bloody Sunday" et "New Year’s Day" étaient de bons débuts. Mais où était son "Let It Be" ?

Ils le trouvèrent l’année d’après.

Blues et prières

Hommage à la doctrine de non violence prônée par le révérend Martin Luther King Jr., "Pride (In the Name of Love)" a été le premier single du groupe à figurer dans le Top 40 U.S. Dans celui-ci, l’art et la spiritualité se rejoignent.

U2 travaillait, alors, avec les producteurs Brian Eno et Daniel Lanois, qui encourageaient le groupe à adopter des textures musicales encore plus majestueuses et atmosphériques.

Pour "Pride", la musique semble aussi majestueuse que les cloches d’une cathédrale alors que Bono chante :

Early morning, April 4 (Tôt le matin du 4 avril)
Shot rings out in the Memphis sky (Des coups de feu retentissent dans le ciel de Memphis)
Free at last, they took your life (Libre, enfin, ils t’ont ôté la vie)
They could not take your pride (Ils n’ont pas pu prendre ta fierté)

Le chef d’œuvre du groupe – et le premier album purement rock à remporter le Grammy du meilleur album depuis celui des Beatles, Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band – n’était qu’à quelques mois d’achèvement.

L’Amérique exerça une fascination sur U2 durant la tournée qui allait précéder l’album The Joshua Tree.

Alors que les influences musicales de ses débuts incluaient Bob Marley, Elvis Presley, Bruce Springsteen et un grand nombre de groupes punk et post-punk tels les Clash, les Sex Pistols, Television et Patti Smith, sa période aux Etats-Unis allait l’amener à explorer les racines blues et les sons country qui avaient contribué à la naissance du rock.

Tout au long de la tournée, Bono a lu, dévorant les œuvres de romanciers, dramaturges et poètes américains tels Flannery O’Connor, Tennessee Williams, Charles Bukowski, Sam Shepard et Allen Ginsberg, parmi des centaines d’autres. Tout cela l’avait aidé à devenir plus intime et intuitif en tant qu’auteur. Et les saintes écritures étaient, comme ça avait toujours été le cas depuis le début, une constante source d’inspiration.

Le fruit de l’exploration du groupe allait donner The Joshua Tree, dont "I Still Haven’t Found What I’m Looking For" récolterait une nomination au Grammy du disque de l’année.

Comme "Where the Streets Have No Name," "Looking For" est un rock épique construit autour de la guitare enivrante de Edge, l’impression de marche /défilé militaire donnée par la batterie de Mullen et la séduisante offensive des accords de la basse de Clayton. En termes cinématographiques, l’équivalent serait un événement en technicolor et en 16/9e.

Les paroles de Bono soulignaient la quête d’une soif de satisfaction et de salut :

I have run I have crawled (J’ai couru, j’ai rampé)
I have scaled these city walls (J’ai escaladé les murs de cette ville)
Only to be with you (Uniqument pour être avec toi)
But I still haven’t found (Mais je n’ai toujours pas trouvé)
What I’m looking for. (Ce que je recherche)

Songwriters - U2 - ’Là où finit l’art et où intervient l’âme’ (Part I)

Songwriters - U2 - ’Là où finit l’art et où intervient l’âme’ (Fin)

(à suivre)

Notez cet article (de 1 à 5)
4.62/5(8) votes

Partagez cet article


Voir en ligne : LA Times

Toutes les versions de cet article : [English] [français] [français] [français]


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 28

Derniers posts

Instagram widget

go-top