U2 au SECC Hydro de Glasgow - U2 France

U2 au SECC Hydro de Glasgow

dimanche 8 novembre 2015 / par Corine/Dead / Tags:

Chaque fois que je vois U2 en live, cela me rappelle invariablement pourquoi il est le plus grand groupe au monde.

par Paul Whitelaw

JPEG - 66.2 ko

Photo : Lisa Ferguson

U2

SECC Hydro, Glasgow

Note ****

Pour faire simple, personne ne livre de rock digne d’une grandiose salle théâtrale mieux que ces pros chevronnés en or pur. La flaccidité occasionnelle de leur musique devient hors sujet dans ce contexte. Encore plus que sur un disque, c’est là que leur règne est suprême.

Actuellement, dans la dernière partie de leur tournée mondiale Innocence + Experience, ils ne montrent aucun signe de fatigue due à la tournée à leur arrivée à Glasgow pour la première de leur deux performances à l’Hydro. “Nous sommes si près de chez nous”, de sourire Bono en saluant le public alors qu’il introduit le thème conjonctif de la réflexion et nostalgie qui définit la première heure de cet ingénieux concert mis en scène.

Les vieux tubes sonnant la charge des remparts tel I will Follow, de leur première heure de célébrité en tant que jeunes proselytistes, alternent avec une sélection de morceaux autobiographiques extraits de leur album Songs Of Innocence.

Avec l’aide de la seconde star du spectacle, une "cage vidéo" à double face suspendue au-dessus de la passerelle à une hauteur de près de 100 pieds (un peu plus de trente mètres du sol), Cedarwood Road montre un Bono déambulant le long d’un décor animé reprenant les rues dans lesquelles il a grandi. À peine subtile, qui s’attend à de la subtilité lors d’un concert de U2 ?

Ils sont toujours indiscutablement les rois du grand geste politique dramatique qui leur tient à cœur. Mené par la caisse claire de l’éternel Larry Mullen, ils s’alignent sur la passerelle durant Bloody Sunday Sunday (NDLT : je pense qu’il veut dire Sunday Bloody Sunday) alors que les photographies des 33 victimes des attentats à la bombe de 1974 à Dublin et Monaghan apparaissent et disparaissent au-dessus de leur tête. C’était là un hommage authentiquement fort et émouvant.

Après un entracte sans précédent – après tout, ils ne sont pas nés de la dernière pluie – ils font leur retour avec une heure de leurs grands succès, incluant un hilarant et grandiloquent Bullet The Blue Sky, une charmante performance de Sweetest Thing avec Bono pianotant et un large sourire introduisant une reprise de Mysterious Ways accompagné par une fan filmant cette performance sur son téléphone (elle avait été invitée sur scène, il ne s’agissait pas d’un débordement).

En observant le maître incomparable du ring en stade, Bono, rechercher tout le monde ce soir tel un modèle réduit de Terminator, j’ai été frappé en constatant combien, à l’évidence, il aime tout simplement son boulot. Même après toutes ces années, il a l’air enchanté d’être là-haut face à ce vaste public qui l’adore. Seul un rustre lui dénigrerait ce plaisir. Il a plus que mérité son trône, de droit.

Notez cet article (de 1 à 5)
4.7/5(10) votes

Partagez cet article


Voir en ligne : Scotsman

Toutes les versions de cet article : [English] [français]


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 29

Derniers posts

Instagram widget

go-top