U2 offre ‘Songs of Experience’ à un monde consumé par les flammes - U2 France
Accueil / Discographie / Albums / Songs of Experience / U2 offre ‘Songs of Experience’ à un monde consumé par les flammes

U2 offre ‘Songs of Experience’ à un monde consumé par les flammes

dimanche 10 septembre 2017 / par Corine/Dead / Tags:
JPEG - 78.1 ko

Adam Clayton, Larry Mullen Jr., Bono et the Edge ont retravaillé “Songs of Experience” après les élections britanniques et américaines pour “intégrer ce changement important”, de confier Bono. Credit Sam Jones

par JON PARELES

En mars 2016, la formation rock irlandaise U2 se trouvait à Killiney, une luxueuse banlieue en bord de mer de Dublin, immergé dans ses sessions d’enregistrement pour le successeur de son album de 2014, “Songs of Innocence.” Le groupe avait loué une résidence blanche victorienne et l’avait aménagée en studio d’enregistrement, avec tout l’équipement installé dans un petit salon près d’une baie vitrée arrondie de façon à ce que le groupe — Bono, the Edge à la guitare, Adam Clayton à la basse et Larry Mullen Jr. A la batterie — puisse jouer ensemble.

Monsieur Mullen avait un second kit stocké temporairement sous l’escalier à l’écho rugissant — une technique d’enregistrement apprise par Led Zeppelin et ayant fait ses preuves. La veille, je lui avais rendu visite et the Edge avait converti une ligne de basse d’une chanson de Haim en un riff pour sa guitare, avec Bono immédiatement à la tâche pour créer un texte à partir de là.

Lorsque j’arrivais, ce jour-là, U2 et l’un de ses producteurs, Jolyon Thomas, s’étaient réunis pour jouer cette nouvelle chanson et une demie douzaine d’autres destinées à cet album. Un enregistrement en live devait également avoir lieu. Bono, toujours plein d’énergie, annonce qu’il s’est levé à 5 heures du mat. avec un tout nouveau refrain pour cette chanson. “Je l’ai rêvé, aussi il se pourrait que ce soit affreux”, prévient-il.

Avec l’enregistrement de secours à fond dans le petit salon, sans casque ou cabine pour le chant— il chante les nouvelles paroles, prise après une rapide prise. Un bref silence s’ensuit et Bono demande l’avis de tous ceux présents dans la pièce. “ça me paraît plus crédible”, lance the Edge et tout le monde d’acquiescer d’un hochement de la tête. Les choses semblent s’accélérer.

L’album n’était plus loin d’être terminé lorsque les élections britanniques et américaines ont boulversé le monde entier, retardant à nouveau sa sortie et apportant une ombre encore plus sombre et politique à ses paroles. “Nous avions besoin de recul”, de confier Bono. “Le monde avait changé. Il nous fallait mettre les choses en suspens et intégrer le niveau de ce changement.” L’album, “Songs of Experience,” est à present programmé pour une sortie le 1er décembre.

Il intervient au moment même où la culture populaire rassemble ses esprits de vertu et de résistance— un moment qui pourrait bien convenir à U2, dont le carillon des guitares et les battements de défilé ont traversé le temps pour devenir sa signature sonique rock pleine d’idéalisme. “Songs of Experience” mêle reflexions personnelles et nouvelles du monde plus élargi, et en appelle à la compassion, l’empathie et au sens moral. “Le mal de ce monde, nous l’avons laiser perforer cet album”, de poursuivre Bono. “Mais il devait demeurer très personnel et non pas susciter la polémique.”

Et d’ajouter, “Ces élections ont provoqué un choc au niveau du système personnel et du politique, pas seulement en Amérique mais aussi en Europe. Il est ma réponse personnelle par le texte à ces deux chocs. J’ai plus appris côté personnel que côté politique, mais l’aspect politique est présent pour mettre en perspective ces chansons personnelles avec le temps et l’Histoire.”

Bono était au téléphone, il y a tout juste une semaine, dans le sud de la France. “Alors que je regardais par la fenêtre, la mer Méditerranée, tellement calme aujourd’hui, je vois ces jeunes familles qui s’éclaboussent. Et de l’autre côté, dans une faible distance, toutes ces personnes ramassant leur vie en pièces de bois et réant ces flottilles humaines pour échapper à ce qui est toujours en guerre sur leur passage. Je voulais écrire à ce sujet.”

U2 a sorti “The Blackout” une vidéo de l’une de ses performances, à la fin du mois d’août. C’est un morceau rock bourdonnant et lancinant qui commence par “Dinosaur wonders why it still walks the earth” (le dynosaure se demande pourquoi il parcourt encore la terre) et plus tard “Is this an extinction event” (est-ce la manifestation d’une extinction) ; il observe également, “Statues fall/Democracy is flat on its back.” (les statues tombent, la démocratie est à plat sur le dos). En composant et recomposant cette chanson, Bono souligne que le thème en est “la démocratie et non une rock star vieillissante.”

U2 refuse de se précipiter pour ses albums. Encore plus averti de son singulier statut de groupe rock, tout juste entré dans sa cinquième décennie avec ses membres d’origine — et qui vend toujours à guichets fermés ses concerts en salles et stades — le groupe s’appuie constamment à la fois sur son passé et sa détermination d’aller de l’avant. Ses ambitions sont nobles à grande échelle et son attitude demeure honnête, patiente et comparable à de l’artisanat.

“Nous croyons toujours profondément que nous pouvons faire un album génial”, me confiait the Edge au téléphone, le mois dernier depuis Dublin, alors qu’il réfléchissait à la séquence finale de “Songs of Experience” et œuvrait aux sons de sa guitare pour la prochaine tournée de U2, bâtie autour de cet album. (Pour l’heure, la tournée mondiale en stade du groupe célèbre le 30e anniversaire du “Joshua Tree” et ce jusqu’en octobre). “C’est une motivation extrêmement différente de s’atteler à faire un album plutôt que d’y penser, ‘Bien, nou devons en faire un pour les fans.’”

C’est un sentiment partagé par Bono. “C’est Presque impossible d’être génial”, appuie-t-il. “C’est bien pour ça que ça se qualifie de génial. Et il s’avère que c’est notre drogue de prédilection. Très bien est l’ennemi de génial — il y a beaucoup de ça. Mais qui veut appartenir à un très bon groupe à ce stade ? Quoi que l’on pense de notre œuvre, ou du groupe U2, nous essayons toujours de nous surpasser.”

Lorsque U2 a sorti “Songs of Innocence”m il avait immédiatement promis un successeur au titre que les lecteurs de William Blake espéraient : “Songs of Experience.” Mais “Songs of Experience” n’est pas à proprement parler une suite. “Songs of Innocence” était explicitement aussi autobiographique que U2 ait jamais pu l’être incluant une chanson en hommage à la mère de Bono et portant son prénom, “Iris,” et une autre renvoyant à la rue dans laquelle il avait grandi, “Cedarwood Road.” En contraste, “Songs of Experience” renvoie au spectre plus large qui remplit le catalogue de U2 : l’amour, la peur, la mortalité, la responsabilité et l’espoir.

Nombre de ces chansons, explique Bono sont comparables à des lettres adressées à des destinataires bien précis : sa famille, ses amis, le public, l’Amérique. Par-dessus tout, ce nouvel album prône “la joie comme acte de défiance”. Et Bono de ponctuer : “C’est là le cœur du rock ’n’ roll, sa force vitale.”

Comme d’habitude, U2 a continué de bosser — encore et encore — sur cet album avec de multiple producteurs de diverses sphères te styles. Mr. Thomas a travaillé avec le duorock Royal Blood ; les autres producteurs comprennent Ryan Tedder de OneRepublic, Jacknife Lee et l’un des collaborateurs de longue date du groupe Steve Lillywhite. Le groupe a également envoyé des échantillons de son labeur à Kendrick Lamar, espérant l’avoir en invité en tant que musicien à la conscience sociale. Au lieu de cela, Mr. Lamar a emprunté une phrase au chant de Bono pour son titre “XXX” figurant sur l’album “DAMN.” Sur l’album de U2, cet extrait (snippet) fait partie de d’un titre tout entier dédié à l’Amérique et à son passé de terre d’accueil des immigrants.

Ces nouveaux morceaux vagabondent entre hymnes en salles de U2 et ambiants célestes, échos du rock des années 1950 avec des soupçons de disco et de new wave. “Toute notre meilleure œuvre oscille entre expérimental et clarté pop”, de souligner Bono.

Pour “Songs of Experience,” l’agenda que s’était imposé U2 était “un engagement envers le bel art du songwriting”, d’enchérir Bono. Avec the Edge, ils avaient parlé d’entendre plus d’innovation en dehors du rock plutôt qu’en son cœur : en R&B, hip-hop et pop. “Voir le trépas d’un certain genre de songwriting, surtout dans le rock, avait motivé la détermination du groupe à suivre cette direction. Des chansons travaillées, des mélodies et des modulations et des paroles que les gens pourraient suivre. ‘Sunday Bloody Sunday’ — ça c’est une grande mélodie, un titre déclaratif, et pas une tentative pour paraître cool. Le problème du rock aujourd’hui est qu’il essaie d’être cool. Mais des pensées claires et de grandes mélodies — si elles viennent du fond du cœur, non seulement elles saisissent l’instant présent mais deviennent éternelles d’une certaine façon.”

The Edge a offert un simple critère : “Pour cet album, nous nous sommes demandé, sera-t-il joué par d’autres dans un bar, dans 25 ans ?’”

Après des décennies sur le devant de la scène, U2 est totalement complexé. Bono, qui s’est appuyé sur son statut de rock-star de renom pour des initiatives globales incluant la lute contre les Sida et le HIV, la diminution de la misère, analyse constamment ses propres efforts.

“Quelle est la différence entre ‘Innocence’ et “Experience’ ?”, interroge-t-il. “Le noyau de ‘Innocence’ selon moi est une phrase de notre second album, qui dit, ‘I can’t change the world, but I can change the world in me.’ (je ne peux changer le monde mais je peux changer mon monde). Le noyau de ‘Experience’ est — et c’est impertinent ! — ‘I can change the world, but I can’t change the world in me.’ (je peux changer le monde mais ne peux changer mon monde). Et c’est ainsi que l’on comprend que le plus gros obstacle sur le chemin est soi-même. Certaines choses méritent d’être raillées et d’autres méritent notre rage, et l’on doit comploter et conspirer pour les renverser. Mais le plus rusé et vaillant de nos ennemis s’avérera soi-même. Et c’est l’expérience.”

“Songs of Innocence” était sorti sous la forme d’un album gratuit dans les bibiliothèques des utilisateurs d’iTunes du monde entier. Certains avaient embrassé l’idée et d’autres s’étaient senti attaqués dans leur collection musicale privée — le prenant plus comme un témoignage d’orgueil démesuré plutôt qu’un acte de générosité. Et pourtant les membres du groupe restent persuadés qu’au bout du compte, cela leur a permis de se faire connaître auprès de nouveaux fans lus jeunes qu’ils ont vu dans le public lors de leur récent concert.

“Songs of Experience” est présenté plus comme un album plus traditionnel, qui sorti par les canaux classiques avec plein de pub. U2 a joué l’un de ses titres, “The Little Things that Give You Away,” pendant sa tournée “Joshua Tree”, et vient de sortir le premier single de cet album “You’re the Best Thing About Me.” C’est aussi direct qu’une chanson d’amour que n’importe laquelle du repertoire de U2 — déclenché par l’exemple des chansons vintage de la Motown, mais qui s’est terminé sur quelque chose de tout autre.

“Tu sors une chanson sur ta petite amie alors que le monde part en flammes ?”, d’interroger Bono, anticipant une réaction. “Oui. La joie est un acte de défiance.”

Notez cet article (de 1 à 5)
4.93/5(14) votes

Partagez cet article


Voir en ligne : New York Times

Toutes les versions de cet article : [English] [français]


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 39

Derniers posts

Instagram widget

go-top