U2 s’explique (Fin) - U2 France

U2 s’explique (Fin)

lundi 6 octobre 2014 / par Corine/Dead / Tags:

Cinq ans de réalisation, le nouvel album de la formation rock irlandaise U2 a été dévoilé de manière controversée en atterrissant automatiquement dans des millions de bibliothèques d’utilisateurs d’iTunes. Tom Doyle s’est entretenu avec le groupe à propos de la longue gestation de cet album, des répercussions de sa sortie et "des 70% achevés" de son successeur.

PNG - 419.2 ko

Dans les jours qui ont suivi la sortie de Songs of Innocence, un ouragan de merdes a agité les media sociaux. Alors que les fans étaient enthousiastes à son arrivée, les voix des négationnistes se font faites entendre plus fort. L’argument principal étant que de nombreux possesseurs de produits apple se sont sentis comme « violés » par le fait que l’album soit soudainement apparu dans leurs playlistes iTunes. Pire, ceux qui avaient paramétré leur logiciel pour télécharger directement leurs nouveaux achats ont découvert que l’album figurait désormais dans leur iPhones, iPads et autres ordinateurs.

Un tweeteur en colère a écrit au PDG d’apple : "Salut Tim Cook, mon iPhone a un virus du nom de « U2 », comment dois-je procéder pour le désinstaller ?" Il s’avéra que c’était en fait assez compliqué à effectuer, et de fait, une vraie plaie pour ceux qui ne voulaient pas de l’album. De nombreux sites, dont celui de la BBC, mirent en place des astuces pour supprimer l’album de U2.

Ce qui, à l’origine, ressemblait à un coup de maître semblait rapidement se retourner contre son initiateur, soulevant des questions sur les droits de propriété et menaçant d’éclipser l’industrie du disque elle-même. Quatre jours après ce déjeuner, Q reprenait là où il s’était arrêté avec Adam Clayton, bassiste de U2.

Avez-vous suivi la vague de réactions négatives ?

Adam Clayton : Je suis au courant. C’était en quelque sorte assez prévisible. Certaines personnes en débattront jusqu’à ce que les vaches rentrent à l’étable.

Avez-vous été choqué par cette réaction ?

Adam : Je ne suis pas naïf. Je sais que c’est provoquant. Je veux dire que ça l’est à de nombreux niveaux (rires). Mais, vous savez quoi ? Nous encaisserons (NDLT : mot à mot, le coup dans le menton).

Sachant ce que vous savez aujourd’hui, auriez-vous changé de mode de distribution ?

Adam : Je dois dire que non. Je suis heureux pour ceux qui débattent du sujet dans l’arène. Mais, je ne vois pas où ça les mènera. S’il s’agissait du KLF (NDLT : Front de Libération du Copyright, un groupe de musique des années 1980 qui sortait ses disques sous le manteau, les vinyles blancs), par exemple, au niveau purement artistique, qui reprenait le réseau et disait, que ça vous plaise ou non… Déposer un album dans un demi milliard de comptes iTunes, ça dit quelque chose. C’est très dangereux et j’aime cette audace.

Avez-vous vu le sujet sur le site de la BBC expliquant aux intéressés comment supprimer leur album U2 ?

Adam : C’est extraordinaire. Je suis parfaitement conscient que certains peuvent trouver cela offensif et que cela va à l’encontre de leurs droits. Je compatis. Mais, cela ne coûte rien que ce soit disponible sur iTunes, et il ne faut pas se faire d’illusion sur le monde dans lequel nous vivons. Je dois dire que le débat sur la façon de s’en débarrasser est aussi intéressant que celui de savoir si le disque est bon ou non.

Êtes-vous inquiet que tout cette agitation fasse de l’ombre à cet album ?

Adam : Je pense que l’album refera surface. Je ne pense pas que cela nuira à la musique. Ce disque est une déclaration suffisamment forte pour se mesurer au débat portant sur un modèle de distribution. Il a simplement besoin de temps pour s’insérer dans la conscience des gens. C’est un album très personnel, très révélateur. Je ne crois pas que U2 ou Bono ait jamais écrit ainsi par le passé. Tout ce que je peux dire, à tous ceux qui sont découragés par ce brouhaha, c’est : Acceptez le disque. Je pense que c’est gratifiant.

Bono a révélé sur votre site qu’il y avait un second album à venir, Songs of Experience…

Adam : Ouais. Je pense qu’ils se répondent l’un, l’autre. La manière dont il informe Songs of Innocence sera très intéressante car je pense que cela changera votre façon de l’entendre.

Où en êtes-vous de ce second album ?

Adam : Je pense que nous avons probablement 70 % de ce que nous pensons mettre dessus. Les 30 % manquants vont arriver relativement rapidement. Mais la somme d’énergie nécessaire pour affiner la perspective de ces chansons est difficile à prévoir.

Pour Songs of Experience, vous choisirez peut-être un autre mode de distribution ?

Adam : (Rires) Vous savez quoi, selon le temps que cela prendra pour le terminer, peut-être qu’une tout nouveau mode de distribution sera inventé d’ici là… Je pense que nous allons nous contenter d’attendre et de voir. Un peu d’eau aura coulé sous les ponts avant que nous y soyons. Mais, ouais, je pense que ce serait un peu prévisible de faire la même chose. Mais, voyez-vous, peut-être que la règlementation aura changé d’ici là et qu’il nous faudra trouver un nouveau modèle de distribution.

Pensez-vous que cette escapade pourrait réellement donner lieu à un changement de législation en terme de ce que les entreprises, telles Apple, ont le droit d’installer sur les objets connectés des gens ?

Adam : Je ne sais. Comme je l’ai déjà dit, c’est un débat tout à fait intéressant… Que cette controverse ait endommagé ou non la réputation de U2 de quelque façon durable que ce soit, seul le temps nous le dira.

Dans les jours qui ont suivi la sortie, quand la poussière s’est installée, neuf albums de U2 sont réapparus dans le Top 100 britannique d’iTunes, signifiant que le groupe avait profité d’un rebond à la Kate Bush pour ses ventes.
Entretemps, ils se sont remis à la tache pour la sortie physique de Songs of Innocence, programmée au 13 octobre, achevant la reprise en acoustique de certains titres de l’album pour des formats CD deluxe et vinyle.

En même temps, U2 commence à peaufiner sa tournée, qui devrait débuter en mai 2015 et qui, selon Clayton, pourrait voir le groupe suivre une approche nettement différente de leurs précédentes.

Adam : Nous réservons cette tournée par paires de concerts. Nous voulons proposer deux concerts différents. C’est ce que nous projetons pour l’heure, mais tout cela pourra encore changer.

Nous ne nous amuserons certainement pas à parier contre.

Notez cet article (de 1 à 5)
2.33/5(3) votes

Partagez cet article


Voir en ligne : Q for Music

Toutes les versions de cet article : [français] [français] [français]


Portfolio


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 41

Derniers posts

Instagram widget

go-top