U2 s’explique (Part II) - U2 France

U2 s’explique (Part II)

dimanche 5 octobre 2014 / par Corine/Dead / Tags:

Cinq ans de réalisation, le nouvel album de la formation rock irlandaise U2 a été dévoilé de manière controversée en atterrissant automatiquement dans des millions de bibliothèques d’utilisateurs d’iTunes. Tom Doyle s’est entretenu avec le groupe à propos de la longue gestation de cet album, des répercussions de sa sortie et "des 70% achevés" de son successeur.

PNG - 1.6 Mo

C’est donc de là que vient le thème de l’autobiographie ?

Bono : Ouais. C’est un truc qui relève du défi. Ce que cela signifiait c’était que rien, rien ne devait être caché. Et c’est comme ça qu’on arrive avec une chanson - je veux dire, combien c’est foutrement embarrassant. J’ai écrit les paroles d’une chanson dont le sujet est ma mère [Iris]. Pourquoi voulais-tu appartenir à un groupe en premier lieu ? Pour moi, c’est venu du deuil. Remplir ce vide avec la musique. C’était un peu comme : Vas-tu t’aventurer par là ? Aussi, l’ai-je fait. Voilà un truc dingue - ma mère s’est écroulée sur la tombe de son père pour ses funérailles il y a de cela quarante ans, hier et je viens juste de lui envoyer une chanson d’amour. C’est un truc assez insoutenable. Aussi, avons-nous décidé de nous lancer et d’écrire sur la rue dans laquelle nous avons grandi, les amitiés qui sont nées de ces épreuves, d’aller voir un concert des Ramones et de découvrir que quelqu’un d’autre que soi chante comme une fille et que toi aussi tu peux faire partie d’un groupe. De nos souvenirs de concerts dans un pub de Dublin, le Baggot Inn et des gens qui gueulaient "Plus de punk dans les Monkees" (rires). Et puis voir les Clash et le changement mental et spirituel. Nous sommes rentrés chez nous, avons dormi dans nos lits. Mais nous ne l’avons pas vraiment fait. Nous sommes partis. Nous avons rejoint une autre unité. Un petit mélange du nom de U2 et nous ne reviendrons jamais en arrière. Aussi, est)ce là que nous nous sommes rendus.

Pour Songs of Innocence, vous avez bossé avec Danger Mouse et Paul Etworth (Adele, Florence and the machine). mais, l’on pourrait être surpris de voir aux crédits Ryan Tedder (Beyoncé, Leona Lewis)…

Bono : Les popsters battent les autres en terme de mélodie. Pas en paroles, pas en esthétique, mais ils écrivent de meilleurs airs. Ça n’était pas le cas des Beatles ou des Stones. Les Beatles écrivaient de meilleurs airs que les posters et ne faisaient pas de compromis ni sur les paroles ni sur l’esthétique. Lorsque Brian Burton (Danger Mouse) a fini par manquer de temps pour bosser avec nous - et il est de loin la plus forte présence sur cet album en tant que producteur - nous avons dû bosser avec Paul Epworth et Ryan Tedder. Leur seul intérêt est la mélodie inédite et son unicité. Aussi, cela a-t-il changé la donne pour nous.

Alors, finalement, quand cet album a-t-il été terminé ?

The Edge : Mardi 2 septembre. je veux dire que c’est tellement récent pares que ça a été un sprint. Ça arrive toujours avec les disques de U2 quand on commence à voir où il va et les décisions sont tellement plus faciles à ;prendre car on commence vraiment à être au cœur de l’œuvre, par opposition à se prendre la tête sur quelque chose qui ne l’est pas. On essaie d’obtenir la meilleure version de ce qu’on a, en fait. Les quatrederniers jours ont été à fond.

Pendant un moment, vous sembliez vous dirigez vers une sortie au début de l’année 2014. En quoi cet album est-il différent de ce que vous auriez alors sorti ?

The Edge : C’est tellement difficile à dire. car ce n’était pas la première fois que nous nous équipions pour finir cet album. Il y a eu deux ou trois trucs lorsque nous y étions presque. (Bono glousse). je crois que nous avons dû explorer l’âme pour comprendre "Nous aimons ce que nous raison, nous aimons ce matériel mais il n’est tout simplement pas terminé.’ Une partie de ce que nous tentions de faire était de réaliser des chansons, les meilleures que nous puissions faire. mais, il fallait également qu’elles soient dans l’esprit de U2. Elles ne pouvaient sonner comme si elles avaient été mises bout à bout dans un atelier de songwriting. Aussi, y a-t-il eu une phase finale qui a été du genre : ’Fait suer. Comment jouer ça en live ? Quelle est la quintessence de U2 en matière d’arrangement pour cette chanson ? C’est vraiment là que ça a pris vie pour moi. Nous connaissions le matériel mais ça n’a pas été avant qu’il ait ça que nous avons pu le signer comme achevé. Et je pense que ça a été assez récent pour certaines chansons.

Alors, on peut dire que cet album a été réalisé en gros au cours de ces six derniers mois ?

The Edge : Ouaipe. je veux dire que les vestiges de certaines chansons et idées ont été dans les parages pendant longtemps. Mais, le plus gros a été réalisé assez rapidement au final. Nous avons accompli tellement au cours de ces deux dernières semaines. Mais, ça a toujours été un peu comme ça pour un enregistrement de U2. Nous passons tout ce temps à comprendre ce que la musique veut être et une fois que nous savons, c’est presque sans effort, d’une certaine façon. Je suis passé par une période très sombre le lendemain du jour où nous avons terminé. Je réécoutais et étais trop proche. Puis, j’ai compris, instinctivement, que nous allions dans la bonne direction et que tout ce travail final que nous avions réalisé était étonnant.

Y a-t-il eu un moment de découragement quand vous pensiez ne jamais l’achever ?

The Edge : Pratiquement toutes les semaines durant ces quatre dernières années, je voulais me tuer tellement j’étais obsédé.

Bono : Il y a de l’humiliation impliquée (dans le fait de ne pas être en mesure de l’achever). Ça demande une certaine dose d’humilité pour comprendre que l’on peut être intelligent, avoir de la jugeote, aimer la musique mais faire que la musique vous aime en retour est un processus mystérieux. C’est une amante jalouse et elle réclame vraiment toute votre attention. Elle veut que vous vous abandonniez à elle. Et nous ne sommes pas les seuls. Posez-vous la question de savoir pourquoi les n’ont pas fait de bonne musique en vingt ans et vous pourriez arriver à la même conclusion. Nous avons progressé dans la douleur pour y parvenir. C’était un peu comme « Nous en avons une autre. » Mais ça nous a pris cinq foutues années. Nous n’avons pas cédé jusqu’à la toute dernière minute.

Apparemment, vous avez fêté cet achèvement en vous rendant dans un bar karaoke de Malibu ?

Bono : Ouais, mais il m’a fallu écouter le conseil d’Edge pour ne pas m’emparer du micro d’un gars qui massacrait Vertigo. Ce n’était pas l’envie qui me manquait mais Edge m’a dit : S’il te plaît, ne fais pas ça, pas ce soir. Internet… ça a ses hauts et ses bas.

(à suivre)

Notez cet article (de 1 à 5)

Partagez cet article


Voir en ligne : Q for Music

Toutes les versions de cet article : [français] [français] [français]


Portfolio


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 38

Derniers posts

Instagram widget

go-top