L’anthologie des clips de U2 (Part. III) - U2 France

L’anthologie des clips de U2 (Part. III)

samedi 17 septembre 2011 / par Pauline / Tags:

U2France vous propose une série d’articles consacrée aux clips de U2 en suivant leur évolution de 1980 à 2009. La troisième partie retrace les années 1990 : un virage historique dans la carrière du groupe pour les clips de ses albums Achtung Baby, Zooropa et Pop.

Auteur : Pauline

Pour U2 les années 1990 vont rimer avec changement et nouveauté. Sa musique, son look, ses tournées mais aussi ses clips vont évoluer tout au long de cette décennie.

En 1991 sort l’album Achtung Baby et son premier single et clip, The Fly. Le public découvre un clip des plus dynamiques où le fou et la vitesse sont de mise. La mouche est rapide, bruyante, elle aime embêter les passants dans les rues et se regarder à la télévision. Il ne s’agit pas seulement d’un changement radical visuel et musical pour U2 dans ce clip, mais aussi un changement d’esprit de la part du groupe qui se veut plus ironique et audacieux dans tout ce qui touche à sa musique. Ce premier clip de la décennie ne se contente pas de prendre de court le public, il présente également l’idée du groupe pour la tournée qu’il prépare : le Zoo Tv. C’est le premier clip où U2 annonce la couleur de sa tournée, tournées qui deviennent davantage des shows dès les années 1990. Dans le clip The Fly on voit ainsi pour la première fois le logo « Zoo Tv », les thèmes de la tournée « watch more TV » et « everything you know is wrong », ainsi qu’une multitude d’écrans. En somme, U2 nous informe que dès lors la télévision sera au centre de sa tournée.

Deux des clips d’Achtung Baby vont davantage montrer des effets techniques et le détournement des images dans ses clips. Pour commencer, Mysterious Ways et son miroir déformant qui va permettre un effet de déformation de l’image pour rendre le clip plus dynamique. Suivra Even Better Than The Real Thing, et sa plate-forme unique de caméras de renversement à 360° créant un mouvement circulaire pour filmer le groupe. Ce clip remportera d’ailleurs un MTV Video Music Award en 1992 dans la catégorie « meilleurs effets spéciaux » grâce à ces mêmes caméras de renversement à 360°.

Les deux autres clips issus de l’album Achtung Baby ne mettent pas l’accent sur de nouvelles technologies, ils revendiquent plus de simplicité. Who’s Gonna Ride Your Wild Horses présente une séance photos en noir et blanc mêlée à des images de concerts du Zoo Tv ; quant à One il offre pas moins de trois versions : une version de Mark Pellington montrant principalement des bisons, une version de Phil Joanou filmant Bono dans une discothèque (qui sera le clip attitré de la chanson), et pour finir une version d’Anton Corbijn. La version d’Anton Corbijn est la première qui ait été faite et devait être la seule, mais U2 avait finalement refusé ce clip au grand damne de Corbijn. Nos quatre Irlandais admettront quelques années plus tard que ce clip vidéo figure certainement parmi les plus beaux de leur carrière. Ce clip a été tourné en sépia à Berlin, ville du célèbre mur qui venait de tomber et dont les deux parties de la ville venaient d’être réunifiées pour n’en former plus qu’une. Corbijn exploite dans ce clip toutes les interprétations possibles et imaginables du mot « un » : un père et son fils qui ne font qu’un (dans le clip il s’agit de Bono et de son père, l’homme que l’on voit figé), mais aussi un homme et une femme. Cette dernière interprétation des deux sexes qui ne font qu’un explique pourquoi les membres de U2 apparaissent tantôt en homme, tantôt en femme, et pourquoi les deux voitures sont peintes pour représenter un homme et une femme.

Deux ans après Achtung Baby, c’est l’album Zooropa qui voit le jour. Les clips s’avèrent plus sobres que ceux d’Achtung Baby du point de vue des effets, mais toujours aussi travaillés : U2 n’ayant de cesse d’innover.

Premier clip de Zooropa, Numb ose un plan simple filmé en une séquence et dépourvu d’effets. Encore plus audacieux, durant le break il ne se passe absolument rien, c’est un écran noir (les producteurs n’ayant pas la moindre idée de ce qui pouvait être fait). Le pitch : une télévision montrant les images d’un Edge totalement imperturbable souffrant les pires mises en scène et tortures ;-))

Dans la veine de Numb, Stay (Faraway, So Close !) ne s’appuie pas sur un arsenal d’effets techniques ou spéciaux mais colle au rythme lancinant et à la douceur de la chanson. Un clip somptueux en grande partie en noir et blanc filmé avec maestria par Wim Wenders. Un titre que U2 avait écrit à l’origine en hommage à Sinatra. Il le complètera pour le film de Wenders (la suite du magnifique Les ailes du Désir) lorsqu’il apprendra que le metteur en scène allemand recherchait une chanson pour ce long métrage. Ce clip se rapproche davantage de la simplicité de ceux de la fin des années 1980 que du dynamisme et de la technique des clips d’Achtung Baby.

Lemon explore à nouveau l’univers des effets visuels puisque c’est le premier clip de U2 où apparaissent des éléments en couleur sur une image en noir et blanc. Mark Neale (également assistant de Wim Wenders sur le clip de Far Away So Close), le producteur, s’inspire du cliché illustrant ce titre dans le livret de l’album. La photographie est d’Eadweard Muybridge, le premier homme à avoir capturé le mouvement rapide sur film à la fin du XIXe siècle. Muybridge fait l’étude de corps en mouvement, il met en action un être vivant et décompose ses mouvements (plus d’informations sur la page Wikipedia, où l’on voit de manière frappante la ressemblance entre les travaux de Muybridge et Lemon). Cette étude du mouvement est le thème du clip de Lemon : les membres du groupe font des actions, présentées découpées et légendées pour illustrer ledit-mouvement. Pour les refrains Mark Neale change de procédé, il laisse de côté l’étude des mouvements et fait place aux grands angles pour filmer le jeu de MacPhisto (alias Bono dans sa tenue démoniaque).

1997 : Année de sortie de l’étonnant (et déroutant pour certains fans) album Pop. Comme pour Achtung Baby le premier single et clip, Discotheque, annonce la donne du nouvel opus et de la tournée qui l’accompagnera. Les premières secondes de la vidéo nous emmènent dans une boule à facettes, symbole de boîte de nuit et d’ambiance club, partie source d’inspiration de U2 pour cet album. Tout le clip se déroule dans cette boule à facettes/discothèque où joue le groupe. Couleurs flashy, pour être ensuite diffusées sur l’écran géant de la tournée PopMart où les vidéos se veulent l’écho au mouvement artistique du ’pop-art’. Le concept du clip vire au kitsch (concept aussi présent sur la tournée) notamment lors de la scène finale du “Boom Cha” montrant les membres de U2 au grand complet habillés et mimant les membres du célèbre groupe gay Village People !

Staring At The Sun est le 2e clip extrait de Pop et connaît un sort similaire à celui de One. La première version est finalement délaissée par le groupe et une seconde version est réalisée. Jake Scott avait le projet ambitieux de jouer avec différents effets de lumière, faute de temps, le résultat ne sera pas suffisamment probant : trop sombre. C’est la femme de The Edge, Morleigh Steinberg, qui en produit la seconde version en capturant des images de U2 dans la ville de Miami. Le clip de If God Will Send His Angels va lui aussi user d’un effet technique inédit. Filmé au ralenti, il a contraint Bono à chanter plus lentement afin d’être synchrone avec les images et la chanson. Les autres personnages présents, eux, parlent et avancent à vitesse régulière, si bien qu’ils semblent avoir été filmé en accéléré en comparaison avec Bono.

Les deux autres clips de Pop (on exceptera le clip de Mofo, chanson remixée sur laquelle sont posées des images de la tournée) n’offrent ni panel de couleurs flashy allant de paire avec le PopMart ni nouveaux effets techniques. La mise en scène des titres est privilégiée pour mieux coller à un thème narratif. Premier de ces deux clips, Last Night On Earth, est tourné comme un film de série B. Il présente U2 dans une ville où la population est attaquée par une colle due à une lumière extra-terrestre. Le groupe part en quête de cette source de lumière et découvre son origine en la personne de l’écrivain William Burroughs, dont c’est la dernière apparition puisqu’il décédera quelques jours plus tard.

Second clip, Please, de nouveau produit par Anton Corbjin. Toput comme pour One, Anton Corbijn soigne le décor et travaille à faire du clip un récit imagé du texte de cette chanson. Un décor composé de maisons à apparence humaine, le groupe se trouve dans l’une d’elles. Bono regarde le monde par la fenêtre et chante ce qu’il voit : des hommes de tous âges et toutes catégories sociales tous à genoux, en signe d’humilité. Ce monde filmé en noir et blanc est celui que Corbijn décrit comme étant celui dont il aurait voulu. Au break les personnages se relèvent, le monde est alors filmé en couleur et symbolise sa réalité : violent, indifférent à un mendiant âgé pour aboutir à l’image d’une fillette innocente brandissant la pancarte de supplication « please ». L’histoire veut que Bono se soit réellement mis à pleurer à ce moment, en chantant.

(suite et fin prochainement...)

Correction, editing et complément d’info. (notamment Stay, Faraway, so close et Discotheque) : Corinne/Dead

Voir également :

Première partie de l’article : le début des années 1980

Deuxième partie de l’article : la seconde moitié des années 1980

Notez cet article (de 1 à 5)

Partagez cet article


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 40

Derniers posts

Instagram widget

go-top