’U2byU2’ : un portrait par les artistes - U2 France

’U2byU2’ : un portrait par les artistes

vendredi 22 septembre 2006 / par Corine/Dead

Source : USA Today

Auteur : Edna Gundersen

Sans conteste le plus grand groupe de rock de la planète, U2 nous offre l’ultime version de comment il en est arrivé là.

JPEG - 253.9 ko

Photo : Les dernières années. Un assortiment de photos du groupe entre 1998 et 2001. U2 Archives, HarperCollins

U2byU2 chez HarperCollins, ($39.95) comprend plus de 1.500 images et une riche autobiographie du groupe compilation de 150 heures d’entretien avec le chanteur Bono, le guitariste Edge, le bassiste Adam Clayton, le batteur Larry Mullen Jr. et le manager Paul McGuinness.

"Nous avons pensé qu’il était important d’archiver cette histoire, ce qui ne signifie pas que nous n’allons pas continuer pendant encore de très nombreuses années, déclare-t-il. "C’est notre histoire au jour d’aujourd’hui."

Dans un extrait d’un entretien exclusif, le groupe a quitté le camp pour enregistrer à Berlin Achtung Baby. Ils y arrivent le 3 octobre 1990, date officielle de la réunification de l’Allemagne, mais ils vont bientôt comprendre que leur vision et leur fraternité sont tout sauf unies.

Edge Nous nous sommes rendus à Berlin avec un tas d’idées mais la plupart étaient à l’état de squelette et inachevées. C’étaient des directions et des suggestions qui nous l’espérions déboucheraient sur des chansons abouties lorsque nous les attaquerions en répètes hélas comme nombre d’entre elles avaient commencé par des origines inhabituelles, parfois la batterie, d’autres simplement de sons étranges, elles ne sonnaient pas terribles lorsque le groupe essayait de les interpréter. Il y a eu cette phase maladroite où les choses ne fonctionnaient pas et il existait deux façons de les analyser. Adam et Larry étaient convaincus que ces idées de chanson étaient de la merde et Bono et moi pensions que la faute en incombait au groupe.

Larry J’ai pensé que peut-être c’était la fin. Nous avions traversé des épreuves difficiles et avions retrouvé notre chemin, mais c’était toujours hors des influences contre lesquelles nous luttions. Pour la toute première fois j’ai eu le sentiment que les fissures venaient de l’intérieur. Et c’était une situation bien plus délicate à gérer.

Bono Ce que nous pensions c’était que ces petites fêlures pouvaient aisément se soigner mais il s’avéra que cela devint bien plus sérieux, les murs avaient besoin d’être étayés, nous devions installer de nouvelles fondations ou le bâtiment tout entier s’écroulerait autour de nous. Nous gérions les notes d’hôtel et avions des professionnels, l’équipe de U2, dévisageant notre médiocrité et se grattant la tête en se demandant s’ils n’auraient pas mieux fait de bosser pour Bruce Springsteen. Nous nous sommes retrouvés face à face à nos limites en tant que groupe sur nombre de points, jouer et composer. Lorsque vous êtes en mer la chose la plus fûtée à faire est de se trouver un coin de terre au sec au plus vite. Aussi je pense que Larry étaient simplement inquiets : "Arrêtons de nous démener avec ce truc électronique, revenons en à ce que nous faisons. parce que tout ce truc expérimental ne fonctionne pas des masses, pas vrai ? Et puisqu’on en parle Orange mécanique c’était (juron)." C’était le genre de trucs qui se disait. "Quelqu’un a-t-il dit que nous étions un groupe de rock ?" Lorsque nous marchions dans les couloirs, c’est le genre de remarques qu’on entendait.

Larry Par le passé, lorsque nous composions, c’était dans une pièce où nous jouions et la discussion portait toujours sur : "Je n’aime pas vraiment cette partie-là, essayons autre chose." Nous démarrions par une page blanche jusqu’à grouiller d’idées, peut-être simplement avec la guitare, une mélodie, un riff ou une idée vocale. Mais là nous avions commencé à un endroit pour finir au même. Cette fois-ci, ce n’était pas la page blanche. Tous les paramètres étaient déjà établis, la batterie, les loops et les synthés. Et c’est plutôt difficile de se jeter dans de nouvelles règles lorsqu’on ne les comprend pas.

Adam Ca ne donnerait rien jusqu’à ce que One nous tombe dessus et tout à coup nous avons senti le sillon.

Bono Peut-être que "génial" est ce qui arrive lorsqu’on en a assez de "très bon". Nous avons en quelque sorte balayé la médiocrité, au début ça a clignoté puis One a déboulé.

Edge J’essayais de faire sortir quelque chose de l’une de nos idées à demi concrétisées et ça m’a inspiré. Je me suis rendu dans une autre pièce où j’ai développé quelques accords différents, en fait aucune de ces progressions cordes ne fonctionnait là où elle aurait dû. (Notre producteur) Danny Lanois m’a dit : "Qu’est-ce qui se passe lorsque tu les joues toutes les deux, l’une à la suite de l’autre ?" Je jouais de la guitare acoustique et Bono s’est mis au micro, il a commencé à improviser quelques mélodies et en quelques minutes nous possédions l’ossature de la chanson, mélodieusement, structurellement et même textuellement parlant.

Bono Les paroles sont simplement tombées du ciel, un don. Nous avions reçu une requête du Dalai Lama nous demandant de participer à un festival du nom de Oneness. J’aime et respecte le Dalai Lama mais il y avait quelque chose dans cette manifestation en particulier, une connotation hippy "tenons nous la main". Je suis intimidé par la position tibétaine sur la non violence mais cette manifestation ne me disait rien. Je lui ai envoyé un petit mot qui disait : "One - but not the same" (un - mais pas le même).

Edge A ce moment précis, nous étions en train de l’enregistrer, j’ai eu le sentiment très fort de sa portée. Nous jouions tous ensemble dans une grande salle d’enregistrement, immense, une inquiétante salle de bal pleine des fantômes de la guerre, et là tout s’est mis en place. Ce fut un moment rassurant, lorsque tout le monde a dit : "Oh, génial, cet album a commencé." C’est la raison qui fait que vous appartenez à un groupe - lorsque l’esprit descend sur vous et que vous créez quelque chose de sincèrement émouvant. One est un morceau incroyablement touchant. Il frappe direct en plein cœur.

Larry C’était comparable à la façon dont nous avions enregistré par le passé. D’une certaine façon c’était le signe que l’approche de la page blanche fonctionnait toujours. Tout n’était pas perdu.

Notez cet article (de 1 à 5)

Partagez cet article


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 39

Derniers posts

Instagram widget

go-top