Entretien avec le super-producteur Steve Lillywhite (Part I) - U2 France
Accueil / Collaborateurs / Entretien avec le super-producteur Steve Lillywhite (Part I)

Entretien avec le super-producteur Steve Lillywhite (Part I)

dimanche 14 mars 2010 / par Corine/Dead / Tags:

par Noel Murray

JPEG - 149 ko

Chris Carlson/WireImage pour The Recording Academy

La musique rock aurait été très différente au début des années 1980, s’il n’y avait eu Steve Lillywhite, l’un des producteurs le plus en demande de l’époque et l’architecte du son “Big Music” de groupes tels que U2, Big Country et Simple Minds. Lillywhite a depuis maintenu un profil relativement haut dans cette industrie, qu’il s’agisse de travailler avec des artistes modernes tels que le Dave Matthews Band, pour lequel Lillywhite a produit quatre albums (le 4e n’étant jamais officiellement sorti, bien qu’il ait eu une longue après vie sur le marché gris) ou d’être responsable chez Columbia Records. Récemment, Lillywhite a fait la une avec sa campagne pour reprendre la place de juge de Simon Cowell pour American Idol lorsque Cowell partira pour créer la version américaine de The X Factor à la fin de cette saison. Lillywhite s’est entretenu avec The A.V. Club au sujet de cette campagne et de son long parcours dans l’industrie musicale.

Jusqu’à quel point êtes-vous sérieux pour remplacer Simon Cowell en tant que juge pour American Idol et quelles chances pensez-vous avoir ?

Steve Lillywhite Je suis totalement sérieux. Lorsque je décide de faire quelque chose, je décide vraiment de le faire. Ce n’est pas ma décision que je l’obtienne ou pas mais il m’appartient de savoir comment je peux me présenter. Les gens qui me connaissent uniquement pour mon travail disent : “Pourquoi voudrais-tu faire ça ?” Mais ceux qui connaissent ma personnalité disent : “Steve, tu serais parfait pour cette émission.” Je pense que j’ai les références nécessaires. J’ai bien réussi dans l’industrie musicale pendant un temps mais c’est plus la personnalité que je peux apporter qui importe, je pense. Mais je pense aussi être un bon guetteur de talents. Les gens disent : “Oh tu ne travailles que dans l’univers du rock.” Bien, je ne vois pas ce que je fais en musique rock. Je considère des groupes tels que Nickelback comme musique rock. Prenez U2. Bono est en gros un Frank Sinatra accompagné par des guitares électriques. C’est un crooner. J’ai bossé avec un tel éventail de chanteurs : Chris Cornell, Rob Thomas, Jason Mraz, Jared Leto jusqu’à Peter Gabriel et Morrissey. Je travaille avec Amy Lee d’Evanescence en ce moment. Selon moi, le chanteur est en fait l’élément le plus important. Lorsque je travaille avec quelqu’un ça se résume toujours à savoir si j’aime le chanteur ou pas. Aussi, je veux étendre cela au processus de jugement. Et mes chances ? Qui sait ? Je ne sais pas.

Quelqu’un de l’émission vous a-t-il contacté ?

Pas du tout. J’investis un peu de mon temps. J’ai fait une petite vidéo qui m’a demandé 20 minutes. Demain, je vais en refaire une autre légèrement plus succincte et l’envoyer et peut-être la mettre en ligne car c’est dans ce monde que nous vivons aujourd’hui. Je ne pense pas que le public ait quoi que ce soit à voir avec cette décision, mais si Perez Hilton peut mettre en ligne une vidéo affirmant qu’il pourrait le faire, alors pourquoi pas moi ?

Au cours de votre temps passé dans cette industrie, vous est-il arrivé de rencontrer l’un des juges ?

Je connaissais [Simon] Cowell au milieu des années 1980, en fait. Je l’avais rencontré une ou deux fois et c’était tout. Pour être honnête, nos mondes ne sont pas beaucoup en collision, mais j’ai le plus grand respect pour lui. Je pense que la différence entre nous deux est que sa vision de la “star” est beaucoup plus étroite que la mienne. Je sais ce qu’il s’attend à ce qu’une star soit et je suis d’accord avec ça, mais j’élargirai un peu ce champ tant qu’à savoir ce que pourrait être une star. Je pense que le public américain prend American Idol très au sérieux, car, en gros, vous avez tous inventé la pop. Et quoi qu’invente l’Amérique, elle le fait très sérieusement. Mais je pense que je pourrais apporter une palette plus variée et peut-être que si j’étais juge, les candidats se diraient : “Oh je vais tenter ça parce qu’il se pourrait que Lillywhite m’apprécie.” Mais je ne suis pas producteur de rock. Je ne m’y vois pas. Autrefois, j’ai refusé Guns N’ Roses. Je n’aime pas quand ça gueule. Je suis un gars qui se concentre sur les mélodies. J’adore les belles mélodies. Okay, Chris Cornell est un chanteur rock mais la plupart de ce que je fais, je le qualifie de musique pop car c’est populaire.

Quel genre de juge pensez-vous que vous seriez ?

Bon, si l’on compte que 99 % de la musique est de la daube, je ne mâcherais pas mes mots, mais je serais juste. Et vous ne m’entendrez jamais dire : “C’est un peu haut.”

Pouvez-vous promettre sur le champ que vous aurez de meilleures analogies que “karaoké,” “bateau de croisière” et “chanteur de salon” ?

Oui, bien sûr. Pour commencer, je demanderai : “Veux-tu appartenir au monde de cette personne ?” C’est tellement important. Il y a deux ou trois concurrents cette année, oui, leur univers semble intéressant. J’aimerai appartenir à leur monde, et c’est ainsi que j’essaierai et serai leur mentor. Je dirais : “Ecoutez, vous avez besoin que les gens s’intéressent à vous.” Il faut mettre votre monde à la mode. Vous êtes un vendeur et durant deux minutes sur scène, vous vendez votre aspirateur. Il faut vous assurer que votre aspirateur soit le meilleur foutu aspirateur que l’on puisse vanter.

Alors vous avez regardé la saison en cours d’Idol ?

Bien sûr. Si quelqu’un dit : “Je veux être juge mais je ne regarde pas l’émission”, c’est de la complaisance à énième degré. Je n’ai pas regardé toutes les saisons, parce que parfois je suis occupé à faire un album et donc je l’ai ratée. Mais à présent c’est sur le DVD enregistreur. Je rentre tous les soirs du studio et boum je la regarde.

Le type d’artiste qu’ils recherchent a complètement changé au cours des années. Avant, ils voulaient la nouvelle Christina Aguilera mais aujourd’hui, ils semblent plus chercher des gens comme Feist ou Corinne Bailey Rae.

Mais lorsque X Factor sortira, qui a une palette bien plus riche, je pense qu’American Idol devra étendre ce qu’il recherche. Comme je le dis, la vision de Simon Cowell de ce qu’est une star est très étriquée. Ma version est légèrement plus large, et j’essaierais de renvoyer cela aux concurrents que je défendrais dans l’émission.

Vous êtes dans cette industrie depuis près de 40 ans à présent…

Bouclez-la. Pas aussi longtemps. [Rires.] Pas aussi longtemps.

Vous étiez ingénieur sur un album récompensé par un Golden Earring en 1972, pas vrai ?

Okay, oui. Je poussais le bouton.

Etant donné où vous avez commencé et étant donné le temps que vous avez passé du côté de l’industrie, votre vision de cette même industrie a-t-elle changé au cours de ces 40 ans ?

Oh, c’est complètement différent. Lorsque j’ai débuté en studio, les ingénieurs portaient presque tous des manteaux blancs avec des stylos dans les poches du haut, cette sorte de choses. Il n’y avait pas de CDs, pas de numérique. La culture du studio d’enregistrement était très saine. C’est dans cet univers que j’ai grandi. Mais ce monde est un endroit en perpétuel changement et c’est génial. J’embrasse le changement. Mon temps chez Columbia s’est achevé en raison d’un changement à la tête, mais je suis parti en ayant aidé à faire signer MGMT, et c’est le genre d’artiste qui non seulement vous rapporte mais donne envie aux gens de signer avec vous. Nirvana a signé avec Geffen parce que Sonic Youth avait signé chez eux. MGMT est ce genre de groupe. Un groupe magnétique.

(à suivre)

Notez cet article (de 1 à 5)

Partagez cet article


Voir en ligne : avclub.com

Toutes les versions de cet article : [English] [français] [français] [français]


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 31

Derniers posts

Instagram widget

go-top