La revue de Rolling Stone - U2 France

La revue de Rolling Stone

lundi 22 novembre 2004 / par Steph

Revue : How To Dismantle An Atomic Bomb
Rolling Stone, 17 novembre 2004
Auteur : Rob Sheffield
Traduction : Steph

(Note : ****)

Vers le milieu de l’excellent nouvel album de U2, Bono annonce : ’J’aime le son de ma propre voix’. Bien dit, mon gars ; bien dit. Depuis que U2 ont commencé a faire du boucan dans Dublin, il y a maintenant de celà plusieurs centaines de ’dimanche sanglants’, Bono s’est laissé allé au son de sa propre et gargantuesque rock attitude. Ego, shmego, voici une rock-star qui ne devrait jamais baisser le niveau de ses ambitions épiques. Comme le dit le vieux proverbe zen, tu ne trouveras pas d’homme raisonnable au somment des hautes montagnes... et l’intelligence de U2, c’est leur refus de rester raisonnable.

U2 se sont travestis dans les années 90, ils essayaient d’être cool, des lavettes ironiques. Pff ! Personne ne veut d’un
Père Noël chauve, et c’est sur, personne ne veut d’un Bono en lavette. Nous voulons qu’ils se surpasse, qu’il joue avec le feu inoubliable. On veut qu’il chante en Latin, qu’il nourrisse le monde entier, ou qu’il joue à Jesus face aux lépreux qui sont dans sa tête. On veut qu’il soit Bono. Personne d’autre n’en a les capacités.

U2 a ramené cette ferveur wide-awake de l’ancienne école, dans How to Dismantle an Atomic Bomb. La dernière fois qu’on a entendu parler d’eux, pour All That You Can’t Leave Behind, U2 passaient une audition pour le job du plus grand groupe du monde. Euro-techno en grande pompe, tempos plus rapides, et Edge definissant les chansons avec une guitare revigorée. Bien, ils ont eu le job.

Sur Atomic Bomb, ils ne passent plus d’audition. C’est de la musique grandiose, écrite par des musiciens grandioses, confiants dans l’exécution de chacune de leur tache. Presque aucune des onze chansons ne dépasse les 5 minutes, ou ne s’éloigne la formule puncheuse de All That You Can’t Leave Behind. L’anxiété de leur milieu de carrière, à se demander s’ils étaient suffisament cools, est passée. A présent, ils s’en remettent à The Edge.

Pendant l’écoute de Atomic Bomb, vous serez invités à méditer sur la mort ("Sometimes You Can’t Make It On Your Own"), la naissance ("Original of the Species"), Dieu ("Yahweh"), l’amour ("A Man and a Woman"), la guerre ("Love and Peace or Else") et la paix ("City of Blinding Lights"), ce qui vous laissera tout juste le temps de vous demander si oui ou non le bassiste s’est inspiré d’Interpol. "Vertigo" annonce la couleur, un jingle de pub de 30 secondes explosant sur 3 grandes minutes, avec un riff sorti tout droit du "Dirty Boots" de Sonic Youth. "City Of Blinding Lights" commence avec une longue intro de The Edge à la guitare, en lamentation aigre-douce. "Yahweh" continue une tradition à la U2, en fermant l’album sur un bavardage avec Dieu. C’est trop long et trop lent, mais ça fait partie de la tradition.

Comme tous les albums de U2, Atomic Bomb a de faux pas, des breaks experimentaux pas très heureux et des moments ou les plus grandes ambitions foncent droit sur un mur. A l’heure où l’Amerique se relance groggy, en titubant vers à nouveau 4 années dont elle n’est pas prête de sortir, ce serait un grand plaisir que les discours politiques aient une telle profondeur. (How long ? How long must we sing this song ?). Bono marque un point avec "One Step Closer", une ballade intime sur la mort de son père, victime du cancer, en 2001. "Sometimes You Can’t Make It On Your Own" est une chanson qui fut chantée à ses funérailles. Quand Bono chante, "You’re the reason why I have the operas in me" (Tu es la raison pour laquelle j’ai les opéras en moi), ses pensées et sa grandeur viennent d’un seul et unique endroit : son coeur. Cela nous rappelle que ce qui fait la grandeur de U2, ce n’est pas vraiment leurs idées ou même leur intelligence, — mais c’est cette chaleur, que bien peu de rock-star arrivent à mettre en musique.

© Rolling Stone, 2004.

Notez cet article (de 1 à 5)

Partagez cet article


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 35

Derniers posts

Instagram widget

go-top