Le nouveau U2, les vétérans du rock affrontent le futur (Part (...) - U2 France
Accueil / Discographie / Albums / Son gs of innocence / Le nouveau U2, les vétérans du rock affrontent le futur (Part (...)

Le nouveau U2, les vétérans du rock affrontent le futur (Part II)

samedi 4 octobre 2014 / par Corine/Dead / Tags:
JPEG - 741.8 ko

En quête de salut

Les membres de U2 se sont toujours préoccupés de sauver des trucs à commencer par eux-mêmes. Ils étaient dans un sale état lorsqu’ils se sont rencontrés pour la première fois en 1976, à la maison des parents de Mullen après qu’il ait épinglé une petite annonce à la Mount Temple School de Dublin, de recherche de musiciens pour monter un groupe. Ensemble, ils se sont découvert une alchimie, et un nom balourd - the Hype - changé plus tard contre une autre vieille caisse. (Le groupe est devenu célèbre avant de ne pouvoir changer à nouveau son nom).

Songs of Innocence son nouvel album - trouve l’origine de son titre dans un poème de William Blake, Songs of Innocence and Experience - documente l’enthousiasme de l’adolescence tel la découverte de la musique des Ramone et des Clash. Il renvoie également à d’autres tribulations qui teintent des titres encore plus rapides de mélancolie. La contradiction inhérente dans la distribution par U2 de "son album le plus intime jamais réalisé" à tous les possesseurs d’un compte iTunes a "un peu chatouillé" Mullen, d’affirmer le batteur. Une présence narquoise, à contre chant de la passion volubile de Bono, de l’auto effacement de The Edge et du charme décontracté de Clayton.

Le groupe ne dira pas combien apple a déboursé pour Songs of Innocence, mais une source d’une maison de disques a révélé que le géant de la technologie avait aligné plus de cent millions de dollars pour sa campagne marketing. Cette sortie surprise a ravivé les ventes de l’ancien catalogue de U2 avec d’anciens albums rentrant dans les charts d’iTunes du monde entier. ce sont là de bonnes nouvelles pour le groupe, mais l’argent n’a jamais été sa motivation. "Je préfère être de l’autre côté de la barrière", de confier Mullen, faisant référence à l’époque où travailler était une obligation et non une option. Cette philosophie - la quête continuelle, le dur labeur - est son moteur aujourd’hui : le groupe est directement retourné en studio après le tour de Cupertino, pour finir une version acoustique de Songs of Innocence qui figurera sur le CD et les morceaux bonus le 13 octobre dans le monde entier à l’exception des États-unis où la sortie est programmée au lendemain.

Lorsque U2 s’est formé, Mullen avait déjà perdu sa plus jeune sœur, décédée d’une maladie. À l’âge de quinze, peu après la formation du groupe, il a dû gérer la mort de sa mère dans un accident de voiture. Bono comprenait sa peine. À l’âge de quatorze ans, alors qu’il assistait aux funérailles de son grand-père, sa mère, Iris, s’est écroulée sur sa tombe. Elle décédait quelques jours plus tard. Il lui rend hommage dans Songs of Innocence avec une ballade, Iris (Hold Me Close). Ce traumatisme a laissé Bono avec une rage qu’il harnache aujourd’hui encore à sa créativité. "Mais je ne la laisse me contrôler."

PNG - 1.5 Mo

Pour sa part, Clayton a été déracine d’Angleterre pour l’Irlande et envoyé dans un internat avant d’être renvoyé de l’un d’entre eux pour atterrir à Mount Temple. The Edge ne peut pas facilement expliquer pourquoi il se sentait étranger, mais il était, selon son expression, un solitaire "bizarre".

Le groupe fournissait réconfort et l’opportunité de se réinventer : l’ado Paul Hewson devint Bono, Davis Evans, The Edge. La religion a également élevé le groupe, bien qu’à l’époque pas celle fournie par l’église catholique. Le morceau "Sleep like a baby tonight", dont le sujet est un prêtre pédophile, est le reflet de la réalité brutale de cette Irlande que U2 a connu enfant. Mullen a appris la batterie alors qu’il appartenait à une fanfare traditionnelle et il se souvient de l’échec des adultes à demander pourquoi l’un des enfants musiciens, victime d’abus sexuels, était trop traumatisé pour pouvoir parler.

Clayton, que l’on pense largement être le seul athée de U2, a détruit cette idée. Bien qu’il ait adopté avec enthousiasme le style de vie rock - au point d’atterrir en désintox dans les années 1990 - affirme être "probablement comme le reste du groupe" pour ce qui est de voir "le noyau d’un idéal dans la religion organisée séduisant, mais la façon dont elle se comporte dans une société de banlieue ne me touchait absolument pas". Écolier malheureux, il priait littéralement pour être musicien.

Pourtant, il n’a pas suivi ses trois camarades de groupe dans la secte chrétienne charismatique du nom de Shalom. Paul McGuinness, manager du groupe jusqu’en 2013, avait dû se battre lorsque Bono, The Edge et Mullen, sous l’influence de Shalom, déclaraient que la vie rock était incompatible avec la religion. Nous étions en 1981, l’album des débuts du groupe, Boy, caracolait et il venait de signait pour un successeur. Et McGuinness de se remémorer : "Je leur ai dit, si Dieu avait quelque chose à dire au sujet de nos projets, il aurait dû se manifester, il y a quelques semaines de cela, lorsque nous avons signé ce contrat".

Cette fois qui, au départ, avait menacé de briser U2 est aujourd’hui ce qui le soutient. "Ça m’a probablement sauvé de moi-même, au final, car lorsque l’on est dans cet environnement, on est incapable de se lever le matin et de commencer une nouvelle journée frais et dispo", de confier Mullen.

Cependant, la piété peut être une croix à porter pour U2. La campagne de Bono au travers de One, l’ONG de défense qu’il a cofondée pour lutter contre la pauvreté et sa sœur RED qui exploite le commerce pour lutter contre le sida peut paraître en désaccord avec les esprits plus sauvages du rock. Sa compréhension sophistiquée des mécanismes qui causent et maintiennent la pauvreté dans le monde - et sa détermination à mobiliser l’aide au travers du spectre politique pour désarmer ces mécanismes - crée des juxtapositions discordantes. Dur d’être branché lorsqu’on passe la brosse à reluire au président George W Bush ou invite le sénateur ultra conservateur américain Jesse Helms à ses concerts.

Helms a accepté, au plus grand embarras de The Edge, viscéralement opposé à la marque de politique que le regretté Helms représentait. Il se peut qu’il y ait des plaintes - et il y en a - mais le reste du groupe est en paix avec le travail extra scolaire de Bono, tolérant ce coup à leur image comme part de leur promesse durable de soutien les uns envers les autres.

PNG - 1.7 Mo

Part I

Part III

Fin

Notez cet article (de 1 à 5)

Partagez cet article


Voir en ligne : Times

Toutes les versions de cet article : [English] [français] [français] [français] [français]


Portfolio


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 44

Derniers posts

Instagram widget

go-top