Le vol de U2 vers le présent (Turbulences incluses) - Part I - U2 France
Accueil / Tournées / iNNOCENCE + eXPERIENCE Tour 2015 / Le vol de U2 vers le présent (Turbulences incluses) - Part I

Le vol de U2 vers le présent (Turbulences incluses) - Part I

samedi 2 mai 2015 / par Corine/Dead / Tags:
JPEG - 67.3 ko

par JON PARELES

Photos : Todd Heisler/The New York Times

C’était sans aucun doute une salle de rock, haut et fort, qui remplissait le Pacific Coliseum avec une déferlante de son. The Edge faisait hurler un riff distordu de deux accords à la guitare, la batterie et les cymbales de Larry Mullen Jr. atterrissaient brutalement, la basse d’Adam Clayton jouait un peu plus en sourdine tandis que Bono lâchait des “woo-oohs” dans un exultant falsetto. La formation rock irlandaise U2 a pris possession du coliseum pour un mois de répétitions à temps plein pour assembler sa tournée “Innocence and Experience”, qui débutera à la Rogers Arena de Vancouver dans moins de deux semaines, le 14 mai et nos diables d’Irlandais sonnaient la charge avec “Elevation.” La scène est une austère géométrie de tubes fluorescents ; la chanson triomphante. “Wow, quatre ans déjà que nous ne l’avions pas jouée ?”, de s’exclamer Bono alors que le dernier accord s’estompait. “Pas mal !”

La formation rock irlandaise U2, qui a sorti son premier album en 1980, s’apprête à faire ses preuves dans le présent. Car Apple a fait cadeau de millions d’exemplaires de son dernier opus, sorti en 2014, “Songs of Innocence” — le 13e en studio et le premier depuis “No Line on the Horizon” en 2009 — le groupe n’a aucun moyen de connaître l’impact de cet album au moyen des outils de vente commerciaux traditionnels. D’autant que l’album a été confronté à une vrai réaction négative de la part des non fans qui n’ont réellement pas apprécié de le voir débarquer automatiquement dans les "achats" de leur bibliothèque ou sur le cloud iTunes même s’il était offert gratuitement. Tant que U2 n’aura pas joué ses titres en tournée, il ne sera pas en mesure de savoir avec certitude si quelqu’un a réellement prêté attention à son œuvre. “L’idée qu’il peut y avoir quelque part tout un public qui ne sait pas encore s’il aime ou non notre groupe nous excite réellement”, de confier Bono. “Ça nous donne envie de partir à sa rencontre, s’il existe.” Il fait une pause et poursuit : “Peut-être qu’il n’existe pas.”

JPEG - 33.9 ko

Bono en répétition sur scène à Vancouver.

La tournée “Innocence and Experience” est à moindre échelle puisqu’elle est ramenée aux salles après la gigantesque tournée de U2 à 360° de 2009 à 2011 — tournée qui s’est vendue à guichets fermés dans les stades de la planète avec une scène colossale, voyante de la taille d’un petit immeuble. La nouvelle tournée fait appel à de la vidéo en haute résolution et proposera une approche radical pour ce qui est du son en salles. Technologiquement calée et déterminée à une approche plus intimiste, et que le revers Apple n’a apparemment pas affectée. Pour l’heure, la tournée a vendu 98 % de son million 200 000 de places pour ses 68 concerts, dont la totalité pour les dates européennes et 6 des 8 concerts donnés au Madison Square Garden, qui débuteront le 18 juillet. Mais U2 espère toucher plus que la loyauté et l’empressement des plus vieux.

“Songs of Innocence” possède une dualité et parfois une obligation contradictoire. Il cible l’impact pop massif avec des chansons pleines d’individualité, de détails locaux et de souvenirs. La confiance de U2 avait été grandement éprouvée par la réaction du public à “No Line on the Horizon”. Malgré la tournée théâtrale internationale à “360°”, “No Line on the Horizon” n’avait pas produit le single tube que U2 chérit tant : des titres tels que “Where the Streets Have No Name” et “Pride (In the Name of Love)” qui combinent popularité et sens noble implicite de la solidarité.

Aussi, le groupe élabore une discipline pour son songwriting, l’appuyant sur les bases de la guitare acoustique plutôt que sur les expériences soniques de “No Line on the Horizon” ; il privilégie également une génération de producteurs plus jeunes. Pourtant, les textes de ce nouvel album s’éloignent du simple rock adolescent, revenant souvent sur le passé. “Nous tenons à penser que nous pourrions faire des chansons contemporaines de ce que passent les radio actuellement mais, en réalité nous nous sommes inspirés différemment”, d’élaborer Adam Clayton. “Nous avons dû écrire dans la perspective de ce voyage, ce voyage de trente-cinq ans.”

Le groupe demeure perplexe à ce que Bono qualifie à présent de la “naissance difficile” de “Songs of Innocence”. À l’époque, les membres du groupe affirment que ça ressemblait à une manière de toucher les auditeurs aussi directement que possible. “Ne serait-ce que perforer la conscience du public en ces temps, est vraiment très dur aussi avons-nous tenté de trouver des moyens pour diffuser notre album auprès des personnes”, d’expliquer the Edge en coulisses. “L’idée de le sortir pour le voir disparaître dans un terrier, ce qui semble être le cas de nos jours pour de nombreux albums — serait comparable à la destruction d’une âme.”

(à suivre)

Notez cet article (de 1 à 5)
4.5/5(8) votes

Partagez cet article


Voir en ligne : The New York Times

Toutes les versions de cet article : [English] [français] [français] [français]


Portfolio


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 37

Derniers posts

Instagram widget

go-top