Les Musicares vus de l’intérieur (fin) - U2 France

Les Musicares vus de l’intérieur (fin)

mardi 15 avril 2003 / par Anchoup

Source : Shane Fontayne

Auteur : Shane Fontayne

VENDREDI - encore des répétitions
Le jour du spectacle est arrivé. D’abord, de nouvelles répétitions. On a revérifié les arrangements avec Bono et Edge. Nous avons repassé tous les points qui avaient été soulignés la veille. Il y avait une bonne dynamique et tout le monde était à l’aise. Nous avons encore répété avec Sheryl, Norah ; la chorale gospel avec Rob Mathes a produit une performance pleine d’âme en l’absence de Patti Smith. Nous avons aussi pu faire notre première répétition avec Elvis Costello.
J’attendais ce moment avec beaucoup d’impatience, et je n’ai pas été déçu. Il se comportait en battant, impatient, ne tenant pas en place, un peu irritable. Il était prêt à jouer et son micro n’était pas allumé. L’équipe se démenait pour que tout soit au point pour lui. Il avait une Gibson acoustique avec un ampli de guitare électrique et une pédale à distorsion grunge. Puis il s’est mis à chanter. Quelle voix ! Il nous dirigeait sèchement sur la manière dont le groupe devait réagir dynamiquement. C’était l’un de ces moments où je ne pouvais que la fermer et attendre que ça se passe.

VENDREDI SOIR - le spectacle
L’artiste Peter Max avait conçu une toile de fond constituée de portraits de Bono. Le prix du billet pour assister à l’événement allait de 1.000 à 10.000 $. Les fonds ainsi récoltés ont été versés à diverses bonnes œuvres liées à la musique. Par exemple, une fondation pour les musiciens dans le besoin.

A la table centrale, devant, étaient notamment assis : Bono, sa femme et ses filles, le président Clinton, Salman Rushdie et Robert De Niro (le vrai maire de New York, d’après Bono). A la table voisine, figuraient David Bowie et The Edge. De l’autre côté, une table réunissait plusieurs grands noms de l’industrie, dont Tommy Mottola et Jimmy Iovine, avec aussi Sean « Puffy » Combs. Ashley Judd présentait la soirée.

Le président Clinton est monté sur scène pour remettre son trophée à Bono. En prenant place, il nous a salués, nous le groupe. Il n’avait pas de discours tout prêt, et il a parlé avec beauté et clarté de ce que Bono avait accompli. Entre autres, Bono avait réussi pendant les mandats, à faire une chose que le président lui-même n’avait jamais pu faire : obtenir la signature de Jesse Helms sur un point précis de législation. Je pense qu’il s’agit de l’allègement de la dette des pays du tiers-monde. Il a précisé que c’est à Bono seul que l’on devait ce chèque si important. Le président exprimait ses pensées avec révérence et un grand respect.

Bono s’est levé pour recevoir la récompense. Il a fait remarquer qu’il faisait attention à ne jamais être debout auprès de personnes trop grandes ! Il a parlé du chèque d’allègement de la dette que l’on doit au président. Il a aussi dit que deux millions et demi de personnes allaient mourir en Afrique dans la seule année prochaine, si on ne leur apportait pas plus d’aide. Il a parlé du lien inexorable entre le terrorisme et la pauvreté ; précisant que c’est bien moins cher de prévenir les incendies que de les éteindre.
Il a parlé de l’Irlande. Dans les années soixante-dix, l’IRA comptait peut-être 300 membres. Puis quand les soldats britanniques sont arrivés et que l’emprisonnement est devenu la règle, les 300 sont devenus 300.000.

Il a dit que, comme tout le monde, il était un admirateur. Il a promené son regard sur l’assemblée. « J’admire Robert De Niro ; j’admire David Bowie… » Il a dit que les gens sont déçus si celui en qui ils croient se plante, s’il sort un disque nul, etc. Et il a dit qu’il admirait l’Amérique. Il a aussi fait les louanges de Orrin Hatch, qui était dans la salle, en tant que sénateur républicain.

Puis le spectacle s’est déroulé. Comme c’est souvent le cas, lorsqu’on est concentré dans son travail, on ne peut pas bien profiter du moment. Mais comme toujours, le spectacle a progressé, et il possédait cette étincelle d’énergie vitale qui célébrait une soirée unique pour une occasion unique.
La troupe des Enfants d’Ouganda a fait une représentation en costume traditionnel. Ils ont dansé, joué du tambour et chanté. Chaque enfant a perdu au moins l’un de ses deux parents à cause du sida.
B.B.King et Wynonna ont ouvert notre partie du spectacle, avec un final grandiose tel que Wynonna l’avait demandé au groupe. No Doubt a joué « Sweetest Thing » avec l’ensemble rythmique légendaire des jamaïcains Sly and Robbie. Norah Jones a chanté avec sa belle voix enrouée.
Personnellement, je pense que j’ai été particulièrement réactif en accompagnant Mary J. Blige sur « One ». Cette chanson est construite de manière tellement naturelle, et à cet instant précis elle montait très haut « Love is a temple, love the higher ground… ».
Les jeunes groupes Black Rebel Motorcycle Club et Trail Of The Dead ont ensuite joué. Je pense que Bono, dans sa magnanimité habituelle, les avait invités à jouer, pour leur offrir une superbe opportunité d’être entendus. Et c’était un public difficile !
Patti Labelle avec la chorale était déchirante et pleine d’âme. L’espace de quatre ou cinq minutes, nous étions tous transportés dans une église !
Garbage a fait une telle interprétation de "Pride (In The Name Of Love)" que Bono s’est levé pour applaudir au premier refrain. Jimmy Fallon a fait un sketch très amusant, intitulé « un nouveau trophée pour Bono : quelle horreur ! » Elvis Costello a été pareil que dans la journée : impatient, nerveux, avec une voix forte et superbe. Après sa chanson, il a traversé la scène et a invité Bono et Edge à monter sur scène pour jouer, tout en demandant à ce qu’on arrête de polémiquer et qu’on « lui donne ce putain de Prix Nobel de la Paix TOUT DE SUITE ! »
Nous avons ensuite amorcé la fin de la soirée. Bono a chanté sur la très belle interprétation du groupe de « That’s Life ». « Night and Day » était merveilleux et nous avons terminé avec « The Hands That Built America ». La messe était dite.

EN CONCLUSION
Quel beau concert de rock !
Mais c’était l’un de ces concerts de rock qui sont d’une autre planète.

Peu après que l’on m’ait offert de prendre part à cet événement, de petits signes magiques m’ont montré que c’était un véritable cadeau du ciel. A cette époque de ma vie, alors que je suis en train de faire la promotion de mon CD - et si vous êtes toujours en train de lire cette lettre, je vous en remercie - la chance se manifeste sous la forme de trésors et de cadeaux. Cela me renforce pour affronter mon autonomie et pour m’exprimer avec autant de sincérité que je le peux, aujourd’hui et chaque jour que Dieu fait.

J’ai pu donner mon CD à Bono, Edge et Norah Jones. Bono m’a donné des conseils sur les endroits où je devrais envoyer mon CD et où il serait écouté. Et il m’a aussi dit de préciser que je venais de sa part. J’ai été le témoin d’un événement mondial très spécial et important - vu de l’intérieur.

Je ne me suis jamais considéré comme un musicien en tant que tel. Je ne lis pas bien la musique, bien que je puisse lire les partitions. En fin de compte, j’essaye de refaire les sons de mémoire. Je n’ai jamais fait partie de ces gens qui vont de concert en concert, de séance en séance. Mais j’ai travaillé avec les meilleurs artistes et les meilleurs musiciens dans mon domaine. Chacun est bien trop souvent confronté à ses doutes et à ses craintes. On m’avait demandé d’apporter à cet événement ce qui caractérise mon style et ma nature. Dans mon exubérance, à un moment j’ai fait une énorme fausse note. Mais c’est de la musique live, et le moment est vite passé. Si on a peur de l’échec, c’est facile de ne rien faire, mais ce n’est pas une vie bien excitante. Je suis en train d’apprendre à me détacher de mes doutes et de mes craintes. Chaque jour, j’apprends. Je souhaite que chacun de vous aie la chance de trouver sa propre voie, et si tout le monde y parvient, peut-être la paix gagnera.
Puissent la musique et l’art agrémenter votre vie de beauté et d’amour.

Notez cet article (de 1 à 5)

Partagez cet article


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 20

Derniers posts

Instagram widget

go-top