Lorsque U2 luttait avec son nouvel album... - U2 France
Accueil / Zoonation / Lorsque U2 luttait avec son nouvel album...

Lorsque U2 luttait avec son nouvel album...

mardi 16 septembre 2014 / par Corine/Dead / Tags:

En panne d’inspiration, peut-être, U2 s’est tourné vers les années 1970 à Dublin avec la violence cachée, le foyer de la scène musicale punk et new wave et un groupe d’amis qui n’était pas encore U2. Et Bono de confier : j’ai été dans pas mal de merdes !

JPEG - 21.9 ko
Beach sequence : U2 on Sandymount Strand in 1978. Photograph : Sheila Rock/Rex

Bono se penche vers mon visage jusqu’à ce que nos nez se touchent presque et chante, sans accompagnement musical : in to my face so our noses are almost touching, and he sings, unaccompanied, “La vie commence au premier regard, premier baiser lors de la première danse, nous nous demandons tous pourquoi nous sommes là dans cette salle de bal de Crystal sous le chandelier... Nous sommes les fantômes de l’amour et hantons le lieu, dans la salle de bal aux lumières de Crystal, tout le monde est la ce soi, sauf toi.”

“Je dois vous confier un truc de très bizarre à propos de cette chanson. Elle s’intitule The Crystal Ballroom, le nom de McGonagles dans le sud de Anne Street [aujourd’hui démoli]. Toute une génération de Dublinois s’y rendait pour danser et c’est la que de nombreux couples se sont rencontrés pour la première fois. Mon père et ma mère dansaient ensemble au Crystal Ballroom, aussi cette chanson que je viens de vous chanter à l’instant, qui n’est pas encore sortie, je m’imagine la chantant avec ce nouveau groupe dont je fais partie du nom de U2 sur la scène du McGonagles – et nous y avons donné un grand nombre de nos concerts à nos débuts. Et je jette un œil à l’assistance et j’y vois mon père et ma mère dansant romantiquement enlacés avec U2 sur scène.”

Bono respire profondément et à voix basse, il confie :, “Je viens seulement de comprendre que ma mère est morte il y a quarante ans hier et nous voilà aujourd’hui à jouer notre nouvel album qui traite de Dublin, de ma famille et de ce qui m’est arrive alors que j’étais ado.

“Ma mère est morte lors de l’enterrement de son père. Elle a succombé à un anévrisme cérébral. Je n’avais que quatorze ans. Et dans cette chanson, lorsque je dis, “Tout le monde est la ce soir sauf toi.” C’est parce que je veux voir ma mère danser à nouveau sur la piste de danse du Crystal et qu’elle voit ce qui est arrivé à son fils.”

Tout sur ma mère

Nous sommes à Cupertino, en Californie, dans une pièce sans fenêtres du siège d’Apple dans la Silicon Valley. U2 vient d’aider à lancer tout une gamme de produits Apple et son nouvel album a été annoncé, Songs of Innocence, et distribué gratuitement aux clients d’iTunes.

The Edge est également présent. Il cherche sur son téléphone, trouve The Crystal Ballroom et lance la chanson’ le silence s’installe alors que le morceau passe. Après une longue pause, à l’évidence bouleverse, Bono murmure, “son esprit était avec nous aujourd’hui.”

Ce nouvel album de U2 pourrait être interprété comme le "Tout sur ma mère de Bono". La chanson Iris (Hold Me Close) – Iris est le prénom de sa mère – traite de sa disparition prématurée. “Cette douleur dans mon cœur est une part tellement importante de mon identité . . . Serre moi très fort et ne me laisse jamais partir . . . Ta vie est en moi. . . Nous nous retrouverons.”

Debout et arpentant la pièce, il insiste sur une phrase de la chanson. “ Je chante ce couplet où Iris se tient debout dans le hall, elle me dit que je peux le faire,’ et puis il y a ce passage de ma mère qui s’adresse a moi et me dit : ’Tu seras ma mort.’ Mais ce n’était pas moi. Je n’ai pas été sa mort.”

“La mère est un thème tellement important dans la musique rock. Montrez moi un grand chanteur et je vous ferai voir quelqu’un qui a perdu tôt sa mère. Paul McCartney, John Lennon et Bob Geldof et ce qui est arrivé à sa mère.

“Dans le hip hop, par contre, il est toujours question du père – abandonné par lui et élevé seul par la mère. Mais dans mon cas, tout repose sur la mère. j’ai ressenti de la rage et du deuil pour ma mère. Je l’éprouve toujours. Je canalisais ces émotions dans la musique et continue de le faire. J’ai très peu de souvenirs de ma mère et je les ai tous mis dans la chanson Iris.”

La maman de Bono ne l’a vu chanter qu’une seule fois, avant U2, mais Bono déclare que s’il ne devait revivre qu’un seul moment de sa vie, il reviendrait pour chanter devant sa mère pour la première fois.

A quatorze, Bono – alors simplement Paul Hewson – avait une relation tendue avec son frère, Norman (huit ans plus vieux que lui), et son père, en grandissant à Cedarwood Road, dans Glasnevin, au nord de Dublin, après le décès de sa mère.

Sans mère, Bono s’est retrouve à frapper à la porte de ses voisins : les Rowen à l’heure du déjeuner et les Hanvey a celle du thé. Derek Rowen deviendrait plus tard l’artiste Guggi. Fionán Hanvey deviendrait le musicien Gavin Friday, des Virgin Prunes.

Dans l’une de ses nouvelles chansons, Cedarwood Road, Bono parle du cerisier en fleurs dans le jardin des Rowen. “ Je cherchais une âme reelle. Puis, je suis tombé sur toi, et ce cerisier en fleurs a été une entrée vers le soleil.” Dans les banlieue de Dublin des années 1970, Bono explique que ce cerisier en fleurs “semblait être le truc le plus luxueux”.

The Edge prend la parole à son tour et donne des détails sur la politique de la ville en matière de cerisiers. Comment, il sait cela ? Je n’en ai pas la moindre idee.

Finglas, Cabra, le SFX

Songs of Innocence voit U2 tentant de se connecter à nouveau avec ses années d’ados, la fin des années 1970 dans Dublin et sa nouvelle scène musicale centrée autour du McGonagles, du Dandelion Market et ses étranges percées dans SFX ou au Top Hat, a Dún Laoghaire.

“C’est nous, tentant de comprendre pourquoi nous voulions appartenir a un groupe, pour commencer, les relations autour du groupe et nos premiers voyages – géographiques, spirituels et sexuels. Ça a été dur et a pris du temps. Pour dire les choses, j’ai remue pas mal de merdes,” d’expliquer Bono.

Avec des chansons sur Finglas, voir les Ramones jouer au Cabra Grand et le bus jusqu’à Trnity Collège pour voir le concert des Clash, des décennies semblent séparer cet album du dernier. Et d’une certaine façon, c’est bien le cas.

Lorsque Bono s’était entretenu avec l’Irish Times vers le moment de la sortie No Line on the Horizon, en 2009, il avait emmené le journaliste dans son bureau à la maison à Dalkey, ouvert les fenêtres et lui avait montré la vue sur la mer d’Irlande, avec un horizon ininterrompu – ce jour-la en tout cas. La récession en Irlande s’aggravait et une rock star multimillionnaire rock star intitulait son album en s’inspirant de la somptueuse vue dont il jouissait au quotidien.

Mais l’image qui a circulé dans le monde entier la semaine dernière depuis la fête de lancement à Cupertino était très différente : un album vinyl dans une pochette en papier pour imiter la pochette du premier 45 tours du groupe lors de sa sortie en 1979, U2 Three.

JPEG - 32 ko
Dubliners : Bono and the Edge. Photograph : Richard Perry/New York Times

les bombardements de Dublin

En 2009, Bono m’avait montré une pochette de Frank Sinatra ; aujourd’hui, il me parle du Superquinn de Finglas (le premier endroit où on lui a demande un autographe, après la première participation de son groupe au Late Late Show), de la première fois ou U2 a joué en première partie des Stranglers au Top Hat (“ils nous ont traité comme de la merde si bien que nous leur avons piqué tout leur vin et nous sommes jurés que lorsque notre temps viendrait, nous traiterions tout le monde avec respect”) et de la virée en bus jusqu’à Marlborough Street pour farfouiller dans la boutique Golden Discs sur place.

L’on retrouve cette expérience dans une nouvelle chanson, Raised By Wolves, une sorte de Sunday Bloody Sunday des bombardements de Dublin en 1974. “Les bombes étaient réglées pour exploser à 17h30 le vendredi en 1974. L’heure a laquelle je me rendais tous les vendredis à la boutique Golden Discs dans Marlborough Street, tout près d’où les bombes ont explosé. Mais, ce jour-la, j’avais pris mon vélo pour aller en classe et n’avait donc pas pris le bus en rentrant pour me rendre en ville.”

Mais il ne s’agit pas d’un album emprunt de nostalgie. Bono se souvient également de la violence et des coups portes aux membres de U2 et à ses amis des Virgin Prunes. “Je ne parle pas vraiment ici des Black Catholics mais plutôt de comment nous attirions la violence en raison de notre apparence et des groupes que nous aimions. “Gavin Friday se faisait régulièrement casser la figure. Mais Gavin a toujours eu une stupide grosse tête.

“Puis, j’ai été un peu plus loin en me souvenant de la violence infligée par les maris à leur femme, des enfants battus par leur père et de cette époque, précisément où les prêtres abusaient sexuellement des jeunes enfants.”

Et il y avait cet auto dégoût musical. Lorsque Bono avait 17 ou 18 ans, il croyait qu’il n’avait aucune chance d’appartenir à un groupe. “Je chantais comme une fille et ma voix de gonzesse ne me donnait aucune chance de pouvoir un jour être chanteur de pop rock ou de punk rock. “Mais j’ai trouve ma voix en entendant Joey Ramone, chanter pour ce concert à Dublin. Joey avait également une sorte de voix aux intonations féminines lorsqu’il chantait – et ça c’était ma porte d’entrée.”

Plus tôt ce matin, lors du lancement chez Apple, le groupe avait joué un nouveau titre, The Miracle (of Joey Ramone), qui avait transporté les chefs techniques de Cupertino, qu’ils le sachent ou non, au Cabra Grand.

‘J’aurais aimé que nous soyons un meilleur groupe’

Cet auto dégoût est toujours présent. “Honnêtement, la vérité est que j’aurais aimé que nous soyons un meilleur groupe. Que nous ayons plus de talent. C’est la raison pour laquelle ce nouvel album a exigé autant de temps pour nous."

Et The Edge de remuer le couteau dans la plaie : “En tant que groupe, nous avons toujours eu de la puissance ou du bruit. Mais, aujourd’hui, il y a tellement de zones d’ombre chez U2. Ça n’est plus la puissance, ce qui est une bonne chose, ou le bruit, c’est dommage. Il faut savoir que lorsque cela n’arrive pas chez nous, le truc le plus dévastateur est le presque juste.”

“C’est également cette auto humilité qui fait un mal de chien que j’ai du traverser. Le fait que je pense que nous sommes incapables de grandeur. Et Jimmy Iovine, un ancien producteur de U2, m’a dit un truc très dur : ‘tu es très loin d’où tu vis.’ Et ça m’a fait mal. Je vis à Dalkey mais je suis de Cedarwood Road, et je sais ce qu’il disait de moi en utilisant cette phrase. J’ai été très gêné de l’entendre. Et c’est précisément la raison pour laquelle cet album est base sur le centre de Dublin.”

Les albums, l’argent et les tournées : Bono poursuit...

Le second album insiste Bono sera la sœur de Songs of Innocence, Songs of Experience, et sortira bientôt. “Nous allons collaborer pas mal avec Apple sur des trucs sympas, et Songs of Experience devrait ne pas tarder a être prêt. Je sais que j’ai déjà dit ça par le passe.”

Enfin, contrairement à ce qui a pu être écrit, U2 n’a pas fait don de Songs of Innocence a Apple pour qu’elle le distribue gratuitement, Bono confirme que son groupe a monnayé cet échange. “Nous avons été payés. Je ne crois pas en la musique gratuite. La musique est un sacrement.”

Au sujet de la tournée, notre diable d’irlandais souligne : The tour “Nous n’avons pas encore de date ferme et définitive pour la prochaine tournée de U2. Nous avons besoin de bonnes idées pour défendre notre retour sur scène en live. Attendez-vous à quelque chose de nouveau, de frais.”

Notez cet article (de 1 à 5)
4/5(2) votes

Partagez cet article


Voir en ligne : Irish Times

Toutes les versions de cet article : [English] [français]


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 37

Derniers posts

Instagram widget

go-top