U2 marche sur les eaux (fin) - U2 France

U2 marche sur les eaux (fin)

lundi 15 janvier 2007 / par Corine/Dead

De retour au bar de la plage de PAPAYA, Larry Mullen, le batteur de U2 sur lequel le temps ne semble pas avoir d’emprise, soulève avec désinvolture sa chemise, révélant des abdos sur lesquels vous pourriez râper des carottes. Les femmes — et quelques hommes — retiennent leur souffle dans la pièce, ça s’entend. Inconscient de ce soudain manque d’oxygène, Mullen gratte paresseusement son ventre et allonge son dos étroit sur un confortable sofa.

Bono vous dira deux vérités concernant Larry Mullen Jr. (et rarement ce terme de "Junior" n’a été aussi approprié) : il résiste aux ravages du temps car, tel Dorian Gray, il conserve au grenier un portrait de lui qui vieillit horriblement année après année et lui permet de préserver son allure d’adolescent. Il appelle cette image hideuse "Bono." Deuxièmement, ne cherchez jamais la bagarre avec lui car il a toujours du renfort. "Il ne vous filera pas forcément une châtaigne", d’expliquer Bono, "mais on ne sait jamais qui vous attend au tournant."

Mais pour l’heure, maître du beat dur et tendu observe un mignon petit chaton qui glisse sur les tables nues dans sa direction. La minuscule boule de fourrure, pas plus grosse que l’une de ses tennis, bondit tout à coup et notre batteur sans peur et sans reproche pousse un cri strident comparable à celui d’une fille. "Je déteste les chats", frissonne-t-il, dans une pathétique tentative de recomposition. "Enfant, il m’est arrivé une terrible mésaventure avec l’un d’entre eux."

Pour se distraire, Mullen s’extasie sur les groupes sur lesquels U2 s’est fait les dents dans le circuit des clubs londoniens.

"Vous écoutez certains de ces disques aujourd’hui et ils sont toujours aussi géniaux", s’enthousiasme-t-il. "Echo and the Bunnymen et Teardrop Explodes les premiers albums. De superbes chansons. Ils assuraient vraiment. Ils avaient une vraie présence et confiance en eux. Dernièrement, je me suis remis à écouter certains de leurs trucs."

Se pourrait-il que la ré-émergence du son classique de la guitare d’Edge, le réapparition de Steve Lillywhite (producteur du tout premier album de U2) et le retour de Mullen avec ses vieilles connaissances de l’école de 1979 suggère une crise à mi-existence ? Un quarantenaire aspirant à une jeunesse envolée de puis longtemps ?

"C’est possible", de répondre Clayton, qui ces dernières années a adopté l’attitude sereine et propre y compris dans son aspect vestimentaire des moines bouddhistes.

Malgré ses millions inestimables et un portefeuille d’actions bien rempli, il semble qu’il ait renoncé au monde matériel et porte les sandales confortables d’un homme qui a vu les conséquences de l’addiction à la drogue et l’ennui des top models. "Nous nous sommes bien amusés à l’époque", sourit-il sarcastique.

Demandez donc à Bono à quand remonte la dernière sortie de U2 tous ensemble et où ils se sont éclatés, et il préfacera sa réponse avec "Bien, bien entendu, Adam ne boit pas..." avant d’ajouter : "mais on s’est foutu pas mal de raclées en jouant au Scrabble." Puis, "Parfois, on se jette encore du pétrole sur la tête, on craque une allumette et on voit ce qui arrive."

Mais, dans leurs jeans bien-aimés et dans leurs t-shirts préférés, il n’a jamais été question pour U2 ni de décadence baroque ni de consommation ostentatoire. C’est bien connu qu’ils possèdent de grandes parcelles de l’Irlande, de tranches enviables de propriétés française et américaine de côté. Mais leurs affaires, suavement menées par leur manager et "5e membre" Paul McGuinness, ont toujours été l’exemple même de la discrétion propre aux gentilshommes.

Bono peut bien partager un sandwich avec Bill Gates et inviter les Clintons à dîner, mais, si on lui laissait le choix, ils les conduiraient en Volvo rechargeable au pub du coin. Il est certainement l’une des rares stars à avoir le numéro personnel du Pape ou son numéro abrégé, mais qu’a reçu en cadeau de remerciement chaleureux de la taille d’une cathédrale le pape ? Des lunettes de soleil bon marché et un baise-main ?

Bien que U2 ait, en apparences, succombé aux pièges de la plus vulgaire rock star — Elevation Air, un 727 jumbo jet de 40 places avec équipage de bord et hôtesses, était le moyen de tranbsport retenu pour leur dernière tournée — de tels investissements ont souvent un sens financièrement parlant.

Ils ont acheté maisons, Harleys, résidences de vacances et, dans le cas de Bono, quelques moutons, mais ils ont tous appris, souvent à la dure, qu’"une maison ne signifie pas un foyer."

D’où, nous nous sommes une fois de plus mis à baver tels des ados devant le palace flottant de Paul Allen — il s’avère que l’Octopus de 413 pieds de long est l’un des trois yachts de cette catégorie qu’il possède — ce qui virtuellement obscurcit le parfait coucher de soleil derrière lui.

Bono s’est permis une bière et attaque une salade maison avec un admirable zèle. Il commande un carpaccio de calmar avec frites et mayonnaise ("Les propres poisson et frites de Dieu") pour ses invités et sélectionne plusieurs bouteilles d’un robuste rosé du coin avec l’air de celui qui n’a pas besoin de la carte des vins, merci.

Durant tout le dîner, Bono n’a pas arrêté de geindre en raison de la séance photos de demain pour la pochette de l’album. Il veut qu’elle représente le groupe comme des amis qui le sont restés et qui à la 40aine s’acceptent tels qu’ils sont les uns les autres avec leurs qualités et défauts. Peut-être, suggère Bono, une photo de U2 assis autour d’une table basse buvant le café ou bavardant ? Oh peut-être, taquine-t-il, un simple cliché du batteur musclé plongeant nu dans l’océan.

Cette idée semble remarquablement populaire, ce soir, pour tous à l’exception d’un seul.

"Allez vous faire voir", dit Mullen.

Avant que Bono ne glisse ses pieds dans ses sandales à épaisse semelle, se préparant à une courte balade pour rentrer chez lui, ses traits prennent une lueur béate. "Comment désamorcez-vous une bombe atomique ?" interroge-t-il. En l’absence de réponse sensée, il ôte ses lunettes, baisse la voix jusqu’à murmurer. "Grâce à l’amour", dit-il.

"Et beaucoup de soin", ajoute Mullen.

Comme toujours, il faut des heures avant que Bono ne se décide à partir. C’est quelqu’un d’incurablement sociable, il zigzague entre les tables, discute de potins avec ceux qui sont venus dîner de bonne heure et trafique le vin pour les tables à l’extérieur. "Alors qu’avez-vous fait dernièrement ?" demande une séduisante dame plus âgée et Bono, briseur de pouvoir international, devient tout à coup un écolier à la gorge nouée. "Bien, nous avons fini notre nouvel album", bafouille-t-il, "ce qui est... vraiment bien. Il nous reste juste à mettre les chansons dan,s l’ordre et on pourra dire en quelque sorte qu’il est fini."

* * * * *

Ces mots sonnent creux le lendemain soir lorsque, à la fin d’un tournage publicitaire, Edge se rend à sa boombox pour vérifier l’ordre qu’il a bidouillé toute la journée, et découvre alors que le disque n’est plus là. Lentement, il se fait jour que l’album de U2 a été dérobé.

Comme il n’existe qu’une poignée de copies complètes en circulation, le potentiel de piratage est immense. On appelle la police française et l’organisation U2 se démultiplie doucement de manière efficace. Deux ans de travail et des millions de dollars sont en jeu. Des personnes en haut lieu sont contactées. Edge est véritablement très ennuyé ; Bono écume ; Mullen est très silencieux et Clayton adopte un calme digne de sa Zen attitude. Comme ils ne prévoyaient pas de sortir l’album avant novembre, d’ici quatre mois, il va leur falloir trouver une solution et vite.

"U2 n’a toujours pas trouvé ce qu’il cherche" assènent les journaux le lendemain matin rapportant l’incident. Mais le groupe a un plan. Qu’un seul titre fasse son apparition sur Internet qu’aussitôt ils sortiront l’album dans son intégralité sur iTunes. Sinon, il leur faudra patienter.

"Et ben, nos vacances sont foutues", de déclarer bravement Bono avant de renvoyer ses pensées 24 heures plus tôt à un moment moins stressant.

Il était assis au bar près de la place, fixant la mer et se demandant se que pourraient bien faire les quatre membres de U2 à 80 ans.

"Si Dieu veut, nous serons dans un pub douillet de Dublin", dit-il souriant, considérant ses potes du groupe avec une tendresse paternelle. "Larry aura toujours l’air d’avoir 25 ans. Adam sera assis dans la position du lotus et aura trouvé le nirvana et Edge sirotera une Guinness, jusqu’à la dernière goutte, en disant ’Je viens d’avoir une idée...’ "

Et Bono ?

"Il y a fort à parier" dit Mullen en plissant les yeux, "que Bono sera probablement encore en train de parler."

Notez cet article (de 1 à 5)

Partagez cet article

Toutes les versions de cet article : [English] [français] [français] [français]


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 25

Derniers posts

Instagram widget

go-top