When McPhisto comes to tour ! - U2 France

When McPhisto comes to tour !

vendredi 11 mai 2018 / par Corine/Dead / Tags:

par Corine/Dead

Un énorme merci et témoignage de respect pour cet incroyable travail de recherche et d’étude à Scott Calhoun de @u2.com

By : Scott Calhoun

 

Hold Me, Thrill Me, Kiss Me, Kill Me

La nouvelle vidéo musicale de la formation rock irlandaise U2 d’une durée de quatre minutes pour "Hold Me, Thrill Me, Kiss Me, Kill Me," telle que présentée lors de l’entracte des concerts de sa tournée actuelle Experience + Innocence, est la mise à jour la plus bienvenue et hautement divertissante de celle de son clip originel  sorti en 1995. Le titre lui-même, que U2 avait commencé à composer en 1993, est un hommage au "Hold Me, Thrill Me, Kiss Me," de Harry Noble écrit en 1952 et enregistré par de nombreuses artistes depuis, bien que l’enregistrement de 1965 par Mel Cartersoit la version la plus connue.

U2 en avait amplifié le côté malveillant dans sa version 1995 pour qu’elle colle au film Batman Forever, mais en lisant les paroles de Noblede 1952, je trouve suffisamment de nuances d’épouvante — rendue encore plus déroutante lorsque interprétée, comme cela a toujours été le cas, comme une sincère chanson d’amour passionnée — pour indiquer ce sentier encore plus sombre suivi par U2. (Noble écrivait : Ils m’ont dit, "Soit sensible avec ton nouvel amour" / "Ne te laisse pas avoir, en pensant que ce sera le dernier que tu trouveras" / Mais ils ne sont jamais restés dans le noir avec toi, amour / Lorsque tu me prends dans tes bras et me rends doucement dingue ... Serre-moi, serre-moi / Ne me laisses jamais partir avant de m’avoir dit, dit / Ce que je veux savoir et alors serre-moi, étreins-moi / Fais-moi te dire que je suis amoureux de toi")

La nouvelle vidéo 2018 de U2, baptisée "Innocence And Experience : The Heroes’ Journey," est tout simplement l’un des plus élégants specimens de ce que peut mijoter l’équipe créative de U2 en matière de pop art. Je ne vais pas me perdre dans une analyse poussée dans l’immédiat. Mais plutôt me contenter d’admirer le résultat et offrir mon respect. Merci à vous.

Bon ... et ceci aussi : comme nous avons pu le voir avant, lorsque l’équipe de U2 s’attaque au pop art, elle prouve combien elle est sensible et profondément informée de ces traditions culturelles de longue date et conversations que cette nouvelle œuvre rejoindra. Ce n’est pas souvent que le résultat nous signale aussi directement qu’il le fait dans cette nouvelle vidéo, mais nous sommes guidés ici par plusieurs références.

Par exemple :

1. L’attraction commence par ce qui semble être Gavin Friday récitant le poème The Sick Rose (la rose malade) de William Blake publié en 1794 dans son recueil Songs Of Experience :

O Rose toi qui est malade.
Le ver invisible,
Qui vole dans la nuit
Dans la tempête hurlante :

A découvert ton lit
De joie pourpre :
Et son obscure amour secret
Détruit ta vie.

2. Joseph Campbell a écrit à propos de ce voyage du héros dans son ouvrage The Hero With A Thousand Faces (le héros aux mille visages) (1949). (Merci à Mark Dirksen de m’avoir indiqué la liaison avec Campbell.)

3. Puis, nous avons ceci, bercé par le "Sympathy For The Devil" des Rolling Stones (1968) :

4. Ce mystérieux étranger, qui a sauvé les gars de ce qui semble être un radeau de fortune pour réfugiés de l’océan, offre sa carte de visite, énonçant qu’il est dans le commerce de "services de rédemption sur mesure". Ici apparaissent des références aux œuvres de C. S. Lewis The Screwtape Letters (Tactique du diable) (1942) Christopher MarloweDoctor Faustus (Docteur Faust) (1592) tel qu’il a été transmis à travers de nombreuses autres œuvres, notamment par Goethe Faust en 1790, dans laquelle figure le démon du nom de Mephistopheles.

Hold Me, Thrill Me, Kiss Me, Kill Me

5. Le mystérieux étranger leur donne des présents et le conseil de "fuir leur propre ombre", une référence au Shadow Man de Flannery O’ConnorWise Blood (1952).

6. Notre héros se lance et "franchit le seuil suivant" : autre référence au voyage de la compréhension que doit prendre le héros de Joseph Campbell.

Hold Me, Thrill Me, Kiss Me, Kill Me

Comme illustré par cette image, Campbell voyait le voyage de son héros comme nécessitant le franchissement du seuil après avoir rencontré le surnaturel. De l’autre côté de ce seuil, notre héros passerait par une transformation qui exige un moment de rédemption (ce qui est ce le mystérieux étranger de U2 propose comme son "service sur mesure") :

7. Déchus et humbles, nos gars sont une nouvelle fois sauvés par, semble-t-il, le même mystérieux étranger, qui à présent conduit is now driving "une longue voiture". "Encore toi ?" s’exclame The Edge dans le dessin animé, et pose ensuite la même question que le geôlier romain effrayé posait à St. Paul et Silas, comme compilé dans le livre des apôtres de la Bible 16:30 :

8. Notre étranger répond en citant la maxime de David Bentley Hart dans son ouvrage The Experience Of God : Being, Consciousness, Bliss (2013). Je ne pense que le fait que Hart emploie le mot béatitude dans le titre de son ouvrage soit une coincidence, comme le disait Joseph Campbell son conseil aux autres était de "suivre leur bonheur."

La vidéo finit sur la longue voiture déposant U2 avant son prochain concert avec un alléchant message de "to be continued" (à suivre). Avec autant d’allusions dans cette vidéo, l’équipe de U2 parvient à la fois à suggérer un moyen pour recevoir le message et nous invite toujours à plonger dans le mystère. Jusqu’à quel point cet étranger est vraiment là pour aider ? U2 a-t-il gagné en sagesse ? Quel est le prochain voyage de nos héros ?

MacPhisto

Lorsque examiné dans le contexte de la seconde partie du vrai concert de U2, lorsque MacPhisto opère son retour en 2018 avec un salut au maquillage du Joker interprété par le regretté Heath Ledger dans The Dark Knight, nous sommes encore plus mis au défi de trouver la signification de cet art et ce que U2 nous demanderait d’examiner en nous-mêmes. est de retour pour son anniversaire d’argent et c’est merveilleusement effrayant de le regarder interpréter "Acrobat." Cela, combiné à sa mention sur la carte de visite de la vidéo du Voyage du Héros, suggère l’intérêt de U2 à se moquer de lui, une nouvelle fois, et pourtant, et pourtant ... Il n’y a ni ironie, ni sympathie dans la performance d’Acrobat de Bono et cette vidéo suggère qu’il a été une partie manipulée du voyage de notre héros, ne serait-ce que pour lui donner l’apprentissage par l’expérience de jusqu’à quel point une société de "services de rédemption sur mesure" peut être frauduleuse.

Il n’est point de sympathie pour MacPhisto, mais en l’invoquant à nouveau dans cette nouvelle vidéo, je me demande s’il n’y aurait pas dans tout cela un message encore plus dérangeant ? U2 indique-t-il qu’il est nécessaire pour gagner en sagesse ? Les actes de trahison font-ils partie du voyage de l’expérience ? Et pour nous, public, U2 nous demande-t-il si nous les avons fabriqués dans notre propre guide sur mesure pour franchir ce seuil ?

En 2015, j’ai réalisé une présentation sur "Ecce Bono : Celebrity Status After 33" lors de la conférence Fandom and Religion qui se tenait à l’University of Leicester parce que cela m’intéressait de débattre sur l’énigme que présentait U2 dans son clip video de 1995 et, plus pertinemment, dans la carrière de U2, qui est inextricablement enveloppée dans l’énigme de Bono lui-même. Cette énigme est la suivante : jusqu’à quel point quelqu’un (ou un groupe) peut aider quelqu’un d’autre sans le trahir au moins une fois ? dans les années Achtung Baby de U2, Bono a déclaré que le conseil du poète irlandais Brendan Kennelly, If you want to serve the age, betray it (si tu veux être esclave de l’âge, trahis-le) ; Il semblerait que Bono attend désespérément de nous que nous lui disions hold him, thrill him, kiss him and then kill him, mai il est suffisamment insistant pour que nous ne nous accrochions pas à lui aussi fort. Et que l’on lâche prise, veut-il vraiment trahir ses fans ? Le dira-t-il à voix haute, ou utilisera-t-il la voix artistique de U2 pour faire une déclaration qui pourrait tuer l’esprit de la communauté des fans elle-même ? Est-il, alors, notre meilleur ou pire guide vers la sagesse ? Mais que voulons-nous ? Quelle revelation recherchons-nous ? Comment nous libérer de nous-mêmes ? Que pourrions-nous être sans Bono ? Que devons-nous faire pour être sauvés ?

Pour information, voici quelques diapos de ma présentation de 2015, et elles sont toutes disponibles au visionnageici : 

 

 

(c) @U2/Calhoun, 2018

Notez cet article (de 1 à 5)

Partagez cet article


Voir en ligne : @u2.com

Toutes les versions de cet article : [English] [français]


Nous Contacter

Le site de la communauté francophone U2. Depuis 1997 avec U2France accédez à l'actualité de U2, des tonnes de ressources, du contenu multimédia en tout genre et une communauté de fans via le forum. Vous trouverez toutes les actualités (news, revues, vintage, divers), les derniers ajouts de notre partie ressources, les discussion du moment sur le forum, ainsi que des extras tels que le son de U2 pour bien commencer la semaine, des albums photos et des fonds d'écran.

  • Adresse: Paris
  • Email: contact [@] u2france.com
  • Facebook: facebook.com/U2France
  • Twitter: twitter.com/u2france
  • Google+: https://plus.google.com/+u2france
  • Visiteurs sur le site : 39

Derniers posts

Instagram widget

go-top